skip to content
Tokyo 2020

Adam Peaty : une brassée de records sur la route de Tokyo 2020

Le Britannique Adam Peaty a ajouté deux couronnes mondiales à son formidable palmarès lors des mondiaux 2019 de natation à Gwangju. Le champion olympique du 100 m brasse à Rio 2016 a surtout réussi à franchir pour la première fois la barrière des 57 secondes sur la distance, lançant un sérieux avertissement à ses rivaux pour Tokyo 2020. L’homme aux impressionnants biceps détient désormais les 16 meilleures performances mondiales sur les deux longueurs de bassin en brasse !

Depuis sa médaille d’or sur 100 m brasse aux Jeux de Rio 2016, Adam Peaty avait créé le "Projet 56" avec comme objectif de faire tomber la barrière des 57 secondes sur sa distance de prédilection. Il lui aura fallu attendre trois ans pour y parvenir lors des demi-finales des Championnats du monde de Gwangju en République de Corée avec un temps de 56,88 améliorant de 22 centièmes son précédent record établi lors des Championnats d’Europe de Glasgow l’année précédente. "Il n’y a pas d’autre mot qu’incroyable pour qualifier cette performance", s’est-il exclamé. "Depuis que j’avais touché le mur à Rio, je savais que je pouvais aller plus vite. C’est un voyage très particulier qui m’a conduit jusque-là."


Des écarts impressionnants et un double triple

En finale, Adam Peaty s’est adjugé sa troisième couronne mondiale de suite sur 100 m brasse devançant son partenaire d’entraînement James Wilby d’une seconde et 32 centièmes et se plaçant d’ores et déjà en position de favori pour sa propre succession aux Jeux de Tokyo 2020. "Je ne me préoccupe pas de l’écart avec mes adversaires", a-t-il précisé. "J’essaie de me concentrer sur ce que j’ai fait à l’entraînement en essayant de la reproduire en course. Les Jeux Olympiques seront très différents, car j’aurai à y défendre une médaille d’or. Je pense que j’arriverai à y trouver cette motivation supplémentaire pour aller encore plus vite."

Adam Peaty Getty Images

À Gwangju, le 'gars' d’Uttoxeter comme il aime à se définir, a réussi pour la troisième fois consécutive à doubler avec un succès mondial sur 50 m brasse en 26,06, devançant le Brésilien Felipe Lima de 60 centièmes. Avec cette victoire, il compte sept couronnes mondiales, quinze titres européens et une médaille d’or olympique. Un palmarès impressionnant pour celui qui avait peur de l’eau lorsqu'il était petit. Ses frères aînés avaient en effet réussi à lui faire croire qu’un requin pouvait venir le dévorer dans sa baignoire en passant par le tuyau d’évacuation. Depuis Adam Peaty a bien grandi (1,91 m pour 86 kg) et s’est affirmé parmi les plus gros poissons de sa discipline.

Adam Peaty Getty Images

Un lion sur le biceps

Son apparence physique a même sensiblement changé depuis les Jeux de Rio avec un passage chez le tatoueur. Ses biceps affichent désormais une énorme représentation du lion de la savane, un symbole britannique, sans oublier le dieu Neptune, Athéna et bien sûr les anneaux olympiques.

Adam Peaty est toujours entraîné par une ancienne nageuse internationale, Melanie Marshall, laquelle l’a repéré il y a dix ans. C’est elle qui a découvert qu’il avait quelque chose de spécial quand il se mettait à nager la brasse. Le moins que l’on puisse dire est que depuis ce moment-là, il a largement confirmé cette belle intuition…

back to top En