skip to content
2012 Getty Images
Date
08 juin 2016
Tags
Actu CIO , Rio 2016 , , Lituanie , Natation

A Rio, la championne olympique du 100m brasse Rūta Meilutytė va mettre fin à quatre ans d’attente


Championne olympique du 100m brasse à l’âge de 15 ans en 2012 à Londres, l’adolescente lituanienne Rūta Meilutytė a continué à dominer sa spécialité sur la scène mondiale, dans l’objectif d’être au sommet à Rio quatre ans après.

« Je pense à Rio tous les jours. C’est mon principal objectif pour les quatre années à venir » dit Rūta Meilutytė en octobre 2012, lorsqu’elle revient dans son lycée de Plymouth (en Angleterre où elle s’entraine et habite avec sa famille depuis 2010) après avoir été fêtée par tout un peuple en Lituanie.

Ce 30 juillet 2012 dans la piscine de l’Aquatics Centre de Londres, Rūta prend le départ de la finale du 100m brasse à la ligne 5. Plus jeune concurrente en lice (elle est âgée de 15 ans), elle a déjà rempli son objectif : « En arrivant aux Jeux, mon plus grand espoir était d’atteindre la finale. A ce point, c’est tout ce que je voulais faire, être parmi les huit finalistes, être rapide… ». Pourtant, son meilleur temps des séries (1:05.56, record national), amélioré en demi-finale (1:05:21, record d’Europe) a dû lui donner des idées !

Des larmes pour un exploit historique

« Ma Grand-mère était là, plusieurs amis étaient présents, et il y avait même la présidente de la Lituanie. Personne ne savait qui j’étais. J’étais déjà si contente de mes chronos en séries. Il me fallait juste répéter cette performance. J’étais la plus jeune concurrente dans la piscine, et la favorite était incontestablement la championne olympique et double championne du monde, Rebecca Soni ».

Alors que les huit finalistes sont sur le plot, prêtes à s’élancer, l’Américaine Breeja Lason, à ses côtés (ligne 6) commet un faux départ. « Cela ne m’a pas dérangée. Ce genre de chose arrive. Cela ne m’a pas rendue nerveuse. J’ai juste laissé passer ce moment et je suis restée dans ma bulle de concentration ». Dès le départ, après la coulée, Rūta prend les devants. Elle a décidé d’aller le plus vite possible, craignant d’être rattrapée dans les 50 mètres « retour », persuadée qu’elle va faiblir dans le dernier quart de la course.

Au moment de virer, la jeune championne lituanienne est en tête avec 29/100e d’avance sur Breeja Larson et 34/100e sur la Russe Yuliya Efimova. Elle ressent l’incroyable passion de la foule qui emplit les gradins. Et reste en tête. « Tout ce que je voyais, c’était le mur et je ne me concentrais que là-dessus. il s’agissait de l’atteindre plus vite possible, sans regarder sur les côtés », racontera-t-elle.

Cela revient effectivement très fort derrière elle, Rebecca Soni menant la chasse. « La course s’est vraiment bien passée jusqu’au 15 derniers mètres. Ça commençait à faire mal et les autres filles me rattrapaient. Je les sentais et essayais de ne pas regarder. Je savais que mes rivales étaient très fortes dans le final. Il me fallait juste garder mes yeux sur ma propre ligne, me concentrer sur ma nage, plutôt que sur celle des autres ». Rūta Meilutytė touche le mur la première, en 1:05.47, tout juste 8/100e de seconde avant Rebecca Soni. « Si la course avait fait 105m, je l’aurais probablement perdue. Je ne pouvais pas y croire. J’étais submergée de bonheur ».

Mais l’adolescente de Kaunas et de Plymouth ne réalise vraiment son exploit historique (elle est la plus jeune championne olympique du 100m brasse et la première médaillée de son pays en natation) qu’au moment de monter sur le podium où elle fond en larmes. « C’était mon rêve depuis ma plus tendre enfance, être capable de représenter mon pays, peut-être un jour, mais carrément pas à ces Jeux-là. Je ne m’attendais pas à le faire à Londres. C’est cela dit un tel moment de fierté, un rêve devenu réalité ! ».

© 2014 / COMITÉ INTERNATIONAL OLYMPIQUE (CIO) / JONES, IAN
Recordwoman du monde sur les deux distances « sprint » de la brasse

Londres 2012 ne marque en fait que le début de la domination planétaire de Rūta Meilutytė dans sa spécialité sur les distances de 50m et 100m. Non contente d’être aujourd’hui la détentrice des deux records du monde (28.48 sur 50m, 1:04.35 sur 100m, tous deux signés en 2013), elle est championne du monde et championne d’Europe en grand comme en petit bassin, et a même prolongé ses années junior, où elle a également tout gagné, jusqu’en 2014, afin de représenter son pays aux Jeux Olympiques de la Jeunesse de Nanjing où elle s’est imposée sur les deux distances, avant de filer vers Berlin pour remporter quelques jours plus tard le 50m brasse des championnats d’Europe senior.

En septembre 2015, Rūta Meilutytė se blesse au coude en chutant à vélo. Elle doit être opérée avec le placement d’une plaque métallique qui ne lui est retirée qu’en fin d’année. Le 18 mai 2016 dans la piscine de ses exploits à Londres, elle conserve son titre de championne d’Europe sur 100m brasse en 1:06.17 devant l’Islandaise Hrafnhildur Lúthersdóttir (1:06.45) et la Britannique Chloe Tutton (1:07:50). « J’ai eu beaucoup de défis, beaucoup de hauts et de bas », dit-elle, « Mais il faut toujours rester positif, prendre ce que l’on peut des expériences vécues, surmonter les difficultés et apprendre de nouvelles choses. Et j’en ai appris beaucoup ces deux dernières années ». C’est une championne aguerrie et avertie qui partira à la défense de son titre à Rio, à seulement 19 ans. 

back to top En