skip to content
Date
12 juil. 2011
Tags
Actu CIO , Londres 2012 ,

À la recherche de la Perfection: Mijaín López


Le lutteur cubain de 28 ans espère conserver son titre olympique l’année prochaine à Londres.

Comment se déroule votre entraînement pour Londres 2012?

Tout se passe comme prévu. Je n’ai pas de blessures et j’espère me qualifier pour les Jeux Olympiques aux Championnats du monde de 2011 en Turquie. Les six premiers se rendront aux Jeux. L’autre compétition importante pour moi sera les Jeux panaméricains, en octobre, à Guadalajara (Mexique).

Qu’espérez-vous le plus des Jeux de 2012?

Mon but est de remporter une seconde médaille d’or olympique. Cet exploit n’a été accompli que par un autre Cubain: Filiberto Azcuy, qui a gagné l’or en lutte à Atlanta en 1996 et à Sydney en 2000.

Qui, selon vous, seront vos principaux rivaux à Londres pour la médaille d’or? Tous ceux qui se qualifieront pour les Jeux seront de sérieux rivaux.

Comment avez-vous débuté dans le sport?

Mes frères, Misael et Michel, sont tombés amoureux de la boxe et Michel a gagné le bronze à Athènes en 2004. Mais le ring ne m’attirait pas et, dès l’âge de 10 ans, je me suis entraîné en lutte dans une école de ma province de Pinar del Río. Puis je suis allé à l’école d’initiation sportive (EIDE) et plus tard, au siège de l’école de perfectionnement en athlétisme (ESPA), toujours dans la catégorie «jeunes». Je fais partie de l’équipe nationale des seniors depuis dix ans. 

Quels étaient vos héros olympiques dans votre jeunesse?

Héctor Milián, né aussi dans la province de Pinar del Río, qui remporta l’or à Barcelone en 1992. Et aussi le double médaillé d’or Filiberto Azcuy, qui a été intronisé dans le Temple de la gloire de la FILA. Dans d’autres sports, j’admirais Omar Linares et Victor Mesa, vedettes cubaines de baseball tous les deux. 

Quels sont propres souvenirs olympiques?

Je n’oublierai jamais ma demi-finale à Beijing contre un lutteur arménien. Tout le monde pensait que j’allais perdre, mais en fin de compte j’ai gagné et j’ai pu aller jusqu’à la médaille d’or. Je me souviens également de la finale comme si c’était hier. Cela m’a procuré tant de joie car c’était la seconde médaille olympique d’or cubaine en 2008, après Dayron Robles qui avait remporté le 100 m haies. 

Comme vous détendez-vous en dehors du sport, quels sont vos passe-temps?

Lorsque je ne m’entraîne pas et que je ne suis pas en compétition, j’aime écouter de la musique, n’importe quoi du moment que c’est cubain. Ce qui me procure le plus de plaisir, c’est d’être à la maison avec mes parents, mes frères et ma femme, l’escrimeuse Maylin González. Nous aurons bientôt un nouveau venu dans notre famille car elle attend notre premier enfant.

Découvrez la nouvelle édition de la Revue Olympique!

back to top En