skip to content
Date
01 oct. 2014
Tags
Actu CIO

14 ans après les Jeux Olympiques de 2000 à Sydney : un héritage en pleine croissance

Le 1er octobre, est le jour anniversaire de la cérémonie de clôture de Sydney 2000, mais les souvenirs et le legs de ces Jeux Olympiques demeurent plus vivants que jamais.


C’est toujours avec beaucoup d’émotion que les Australiens se souviennent de la fabuleuse médaille d’or de Cathy Freeman dans le 400 m et des prouesses de Ian Thorpe, nageur alors âgé de 17 ans. Quant aux exploits du rameur britannique Steve Redgrave et de la kayakiste Birgit Fischer ou du sprinter américain Michael Johnson, ils n’ont rien perdu de leur signification dans le monde.

Hormis les hauts faits sportifs, la réalisation la plus importante des Jeux de 2000 à Sydney demeure le legs dont la manifestation a été à l’origine pour la cité australienne.

Quatorze ans après, le Parc olympique de Sydney spécialement conçu pour les Jeux de 2000 et qui abritait plusieurs sites olympiques majeurs, est désormais un espace commercial, résidentiel et sportif qui ne cesse de se développer. Le Stade olympique accueille de grandes manifestations de tous ordres comme la finale de la Coupe du monde de rugby et les salles couvertes sont le cadre de concerts pop internationaux.

En tout, chaque année, le parc est le lieu de près de 6 000 manifestations où se pressent quelque 14 millions de visiteurs. C’est aussi là que plus de 220 organisations ont leur siège, ce qui implique la présence d’une population active de plus de 17 000 personnes et compte pour plus d’un milliard de dollars australiens dans le résultat économique annuel de la Nouvelle-Galles-du-Sud.

« Avec la réalisation du Parc olympique de Sydney, l’Australie a obtenu un espace complètement intégré destiné aux grandes manifestations avec des équipements de classe mondiale, bien desservi par un réseau de transport adapté, géré par des équipes administratives de haute qualité sous la houlette d’une organisation gestionnaire elle-même expérimentée, la Sydney Olympic Park Authority, » comme l’explique son directeur général, Allan Marsh.

Outre les équipements du Parc olympique de Sydney, les Jeux de 2000 ont également produit de nombreux autres legs, comme l’importance prise par la gestion de l’environnement qui s’est accrue sensiblement avec un programme impressionnant de régénération des sols et la création de 430 hectares de parc paysager, sans oublier l’augmentation du taux de la pratique sportive.

Selon Marsh, le succès de l’héritage de Sydney 2000 peut être directement attribué à la planification intervenue en amont des Jeux.

« Les Jeux Olympiques de 2000 à Sydney ont été les premiers Jeux à intégrer explicitement la planification de l’héritage dès la candidature, prévoyant pour les infrastructures olympiques un avenir au-delà de la durée des Jeux, » explique-t-il. « L’héritage concernant le sport, l’environnement et les sites a été envisagé bien avant les Jeux et ce notamment pour le parc olympique de Sydney. »

Afin que le parc olympique de Sydney continue de pérenniser le legs des Jeux, une série de projets a été conçue et planifiée, accompagnée de feuilles de route en vue de la poursuite du développement du parc.

« Le plus récent de ces documents, le plan directeur 2030, décrit la vision d’avenir du parc pour les 20 prochaines années, » précise Marsh. « Le but de ce plan directeur est qu’en 2030 le parc soit le lieu de résidence quotidienne de 50 000 personnes, travailleurs, étudiants et résidents, tout en accueillant 25 000 visiteurs supplémentaires par jour.

L’application de ce plan permet au Parc olympique de Sydney de poursuivre le développement du premier espace de grandes manifestations d’Australie et l’avenir paraît aussi brillant qu’au moment de l’extinction de la flamme olympique, il y a 14 ans.


Tags Actu CIO
back to top