skip to content
2012 / Xinhua News Agency / WU, Wei
Date
12 oct. 2017
Tags
Actualités Olympiques , JOJ

“Plus que ce que j’aurais pu imaginer” – Jacques Rogge à propos des Jeux Olympiques de la Jeunesse

Si Pierre de Coubertin est le père des Jeux Olympiques modernes, l’ancien président du CIO Jacques Rogge est le créateur des Jeux Olympiques de la Jeunesse (JOJ) qui sont en train de marquer toute une époque.

En seulement 10 ans, les JOJ sont passés d’un concept imaginé par Jacques Rogge à un événement bien établi dans le calendrier sportif mondial. On leur doit la présentation au monde de talents extraordinaires (tels que Chad le Clos et Chloe Kim). Ils ont également contribué à ajouter toute une série d’épreuves fascinantes aux Jeux Olympiques. Les fans de sport peuvent remercier le Belge, ancien joueur international de rugby et navigateur olympique.

“J’y pensais déjà avant de succéder à (Juan Antonio) Samaranch (président du CIO de 1980 à 2001)”, a déclaré Jacques Rogge. “Tout a commencé quand j’étais président des Comités Olympiques Européens en 1991 et que j’ai créé les Journées olympiques de la jeunesse (européenne). Nous avions cet événement dédié aux jeunes pour les CNO européens et lorsque j’ai eu la possibilité d’obtenir le soutien du monde olympique en faveur des JOJ, ça a pris immédiatement.”

Dès le début, la motivation était à plusieurs niveaux. “Nous avions toujours eu une approche holistique”, a expliqué Jacques Rogge. “Le concept était que les JOJ seraient plus qu’une simple compétition sportive; ils seraient également une expérience éducative.

“Il s’agit des meilleurs athlètes du monde dans leurs catégories d’âge. Ce sont les futures stars et nous voulons leur donner la possibilité de concourir au plus haut niveau, tout en profitant en même temps du programme éducatif, de la lutte contre le dopage, de la prévention des blessures, des choses qui sont très utiles et que les athlètes en devenir doivent savoir.”

2012 / CIO / JUILLIART, Richard

Le programme "apprendre et partager", couvert d’éloges aux JOJ de Lillehammer 2016, est le résultat direct de la détermination de Jacques Rogge. Avec des thèmes tels que le développement des compétences, des séminaires sur la sensibilisation à l’environnement ou encore des cours de responsabilité sociale, les JOJ ont continuellement développé cet élément clé au cours des 10 dernières années. Quelques grands noms du sport moderne – Usain Bolt, Lindsey Vonn ou encore Michael Phelps pour n’en citer que quelques-uns – ont soutenu si fortement ce pilier des JOJ qu’ils ont joué le rôle d’athlètes modèles et d’ambassadeurs des Jeux.

Tout aussi important, Jacques Rogge avait également l’intention d’innover sur l’aire de compétition. Les tout premiers Jeux à Singapour en 2010 comprenaient des épreuves de judo par équipes mixtes ainsi que des relais mixtes en natation, et ils ont été en fait la plateforme de lancement du basketball 3x3, une discipline qui n’a cessé de gagner en popularité depuis.

“Toutes ces nouveautés ont été de grands succès, et je suis très heureux de voir ces épreuves entrer au programme des Jeux Olympiques de 2020”, a dit Jacques Rogge, qui se réjouit de voir ces trois épreuves faire leurs débuts à Tokyo dans trois ans.

Les JOJ de Singapour étaient, en soi, assez remarquables. “En tout, cela a pris moins de trois ans pour organiser les Jeux. C’était très rapide”, a indiqué Jacques Rogge, tout sourire. “J’ai expliqué le projet aux membres de la commission exécutive du CIO, et ils se sont montrés très favorables. Nous avons eu ensuite une Session (en 2007) durant laquelle, à l’exception de deux voix, nous avions un soutien unanime pour le projet; puis j’ai eu un grand soutien de Singapour, où nous avons organisé les premiers Jeux. C’était une véritable réussite.”

À cette époque, le président Rogge avait déjà vécu 22 éditions des Jeux Olympiques, trois en tant qu’athlète (il avait concouru aux épreuves de voile pour la Belgique aux Jeux de Mexico 1968, de Munich 1972 et de Montréal 1976) et 19 en tant que dirigeant. Mais tout cela est passé au second plan en comparaison avec le moment où cette idée est devenue une réalité.

“C’était plus que ce que j’aurais pu imaginer”, a déclaré Jacques Rogge à propos des JOJ de Singapour. “C’était un énorme succès; les jeunes étaient si enthousiastes d’être là. L’organisation a été de première classe et le public était nombreux.”

Sept ans plus tard, et après six autres éditions des Jeux à son actif (trois JOJ, une édition des Jeux d’hiver et deux d’été), lorsqu’on lui demande si Singapour est toujours le pinacle de sa carrière olympique, la réponse est sans équivoque. “Oui, sans aucun doute”, s’exclame Jacques Rogge.

Xinhua
Les quatre éditions des JOJ qui ont eu lieu depuis sept ans ont différé par leur taille et leur ambition, et celle de Nanjing 2014 s’est particulièrement démarquée. Jacques Rogge ne regrette pas l’infrastructure et les investissements importants consentis par le gouvernement chinois pour ces JOJ.

“Nous savions que Nanjing serait une exception, que ces Jeux étaient organisés en fait par la nation et non par la ville”, a expliqué Jacques Rogge. “Ils étaient très bien organisés; il y avait beaucoup de points positifs, mais ce n’est pas quelque chose à refaire chaque fois. Il y aura peut-être d’autres Nanjing dans le futur, mais je pense que les Jeux de Buenos Aires et de Lausanne (JOJ d’hiver de 2020) seront organisés avec des budgets plus modérés et sans dépenses excessives.” Le septuagénaire prévoit d’assister aux deux éditions, juste pour vérifier. “Si j’ai toujours la santé comme aujourd’hui, j’y serai”, a-t-il déclaré.

Que de chemin parcouru depuis ce jour où, le 7 juillet 2007, durant la 119e Session du CIO, le président Rogge avait présenté aux membres du CIO son grand projet pour la jeunesse ! Trois ans plus tard, lors de son discours aux premiers JOJ à Singapour, il avait indiqué qu’il espérait que les JOJ seraient bientôt “un événement aussi indispensable du calendrier olympique que le sont leurs "grands frères"”. Il est convaincu que ce moment est arrivé.

“Je pense que ce sera définitivement le cas après Buenos Aires 2018”, a déclaré Jacques Rogge. “Je pense qu’à partir de là, ces Jeux seront un événement auquel vous penserez automatiquement.”


back to top En