skip to content
Getty Images
Nagano 1998

« Herminator » électrise Nagano

L’histoire de l’Autrichien Hermann Maier est captivante, de celles qui défient l’entendement. Maçon et moniteur de ski à mi-temps, il ne se consacre au ski à 100 % que vers la vingtaine, soit trois ans avant ces Jeux, ce qui ne l’empêchera pas de devenir l’un des sportifs d’hiver les plus brillants de la planète. Et par-dessus le marché, il skie en permanence comme s’il avait une avalanche aux trousses, attaquant la neige avec une totale détermination.


À Nagano, Maier est engagé dans quatre épreuves, dont la descente qui ouvre le bal. Confronté à un parcours difficile, son ski qui carbure à l’adrénaline le conduit au tapis après une chute spectaculaire, un vol plané et une réception sur la tête qui s’achève entre deux rangées de barrières. L’accident semble terrifiant, mais Maier réussit néanmoins à se relever, à se secouer et à partir à pied, avec seulement une épaule et un genou douloureux et un mal de tête !

Getty Images

Le super-G, son épreuve fétiche, est prévu le lendemain. Mais il finit par être reporté à deux reprises en raison du mauvais temps, laissant un peu plus de temps à l’Autrichien pour se remettre sur pied. Le jour J, lorsqu’il s’élance sur le parcours, il est à nouveau en forme optimale. Bien qu’il en garde un peu plus sous les spatules qu’en descente, il améliore cependant le chrono de son coéquipier Hans Knauss de plus d’une demi-seconde. Personne ne pourra s’en approcher, offrant à Maier son premier titre olympique, 72 heures après l’accident et les craintes de certaines personnes qui redoutaient le pire : la fin de la saison de l’Autrichien, voire même de sa carrière.

 


Désormais accolés au surnom de « Herminator », les exploits de Maier le transforment en super chouchou du public de Nagano. Trois jours plus tard, il réalise une performance tout aussi dominatrice dans le slalom géant, où il signe le meilleur temps de chacune des manches pour finalement reléguer la plupart de ses adversaires à plus d’une minute.

L’Autrichien va devenir le meilleur skieur masculin de l’histoire de son pays en gagnant 54 courses de Coupe du monde. Il sera élu en 1999 Sportif autrichien de l’année, titre qui lui sera décerné également lors des trois années suivantes.

Getty Images
Maier aura un nouvel accident de nature à compromettre sa carrière en 2001, cette fois à moto. Mais une fois encore, il réussira à récupérer tant bien que mal pour gagner des médailles d’argent et de bronze aux Jeux de 2006 à Turin. Ce seront ses dernières, puisqu’il renoncera à la compétition en 2009, à l’âge de 36 ans.
back to top En