skip to content

Une page d’histoire pour Porto Rico

La tenniswoman portoricaine Monica Puig a créé une belle surprise en devenant championne olympique du simple dames après sa belle victoire en finale des Jeux de Rio 2016 sur la favorite allemande Angelique Kerber. Elle est ainsi devenue pour l’éternité la première médaillée d’or de son pays !

Avant le 13 août 2016, « l’Etat libre associé de Porto Rico », île des Caraïbes peuplée de 3'500'000 habitants, dépendante des Etats-Unis en tant que « territoire non incorporé », n’avait jamais obtenu de médaille d’or olympique. Le CNO local a été créé en 1948, année où Porto Rico a envoyé ses premiers athlètes aux Jeux, à Londres. Depuis lors, le pays a surtout brillé en boxe (6 médailles de 1948 à 1996), et deux de ses athlètes ont disputé des finales : Luis Ortiz chez les poids léger en 1984 à Los Angeles, et Jaime Espinal en lutte libre à Londres en 2012. La tenniswoman portoricaine Gigi Fernandez a bien gagné deux titres en double dames en 1992 et 1996, mais sous la bannière des USA. Tout a changé à Rio avec Monica Puig pour la plus improbable des victoires !

Première expérience olympique aux JOJ de Singapour 2010

Monica Puig Marchán nait à San Juan, la capitale portoricaine, mais elle grandit à Miami, sous le soleil de la Floride. Elle et est initiée au tennis par sa maman Astrid. Le premier souvenir tennistique de sa tendre enfance est un stage sur les courts d’un club local. Elle progresse dans toutes les classes d’âge au niveau national, régional et bientôt international et passe professionnelle en 2010, à l’âge de 16 ans. Elle dispute ainsi les premiers Jeux Olympiques de la Jeunesse à Singapour avec le rang de tête de série N°2 du tableau féminin, mais elle est battue au 2e tour par la Chinoise Zheng Saisai. En 2011, Monica Puig est finaliste des tournois junior de l’Australian Open à Melbourne et de Roland Garros à Paris (Grand Chelem) et médaillée d’argent des Jeux Panaméricains à Guadalajara, dominée en finale par l’Américaine Irina Falconi. Entre 2012 et 2013, elle progresse jusqu’au « Top 100 » de la WTA, avec notamment un 3e tour à Roland Garros et un 1/8e de finale à Wimbledon. En 2014, elle remporte son premier tournoi WTA à Strasbourg (France) ce qui restera durant deux ans son meilleur souvenir.

Un chien nommé Rio

Monica Puig n’obtient pas de résultat manquant en 2015, mais elle attaque la saison suivante sur les chapeaux de roue en se qualifiant pour le tableau principal du tournoi de Sydney où son parcours ne s’achève qu’en finale. Elle passe encore trois tours à Melbourne et à Roland Garros et se retrouve ainsi 34e mondiale au moment de tenter sa chance aux Jeux de Rio. Un signe ? En juillet, elle donne un nom à son nouveau et adorable chien : Rio !

Parcours royal

La jeune championne portoricaine, 22 ans, n’est pas tête de série du simple dames à Rio 2016, mais son parcours va être carrément impérial sur les courts en dur du Parc Olympique de Barra de Tijuca. La Slovène Polona Hercog au premier tour, la Russe tête de série n°14 Anastasia Pavlyuchenkova au 2e tour, la toute récente championne espagnole du tournoi du Grand Chelem de Roland Garros, Garbiñe Muguruza (tête de série N°3) en 1/8e de finale et l'Allemande Laura Siegemund en quart de finale sont toutes écartées en deux manches sèches, des fois sévèrement : Puig élimine Muguruza 6-1, 6-1, et elle ne concède que 14 jeux en tout sur la route du dernier carré. « Je me suis améliorée au fur et à mesure des matchs. J’ai commencé à aller plus vite et à être plus puissante. J'ai commencé à avoir de plus en plus confiance en moi. À chaque match, j'ai continué d'apprendre et de grandir », confiera-t-elle ensuite.

Une victoire historique

En demi-finale, Monica Puig affronte un autre des patronnes du circuit féminin, la Tchèque Petra Kvitova double championne de Wimbledon (2011 et 2014). Toujours en grande forme, ne baissant pas dans l’intensité, Monica Puig maitrise parfaitement le troisième set, après que les deux joueuses se soient retrouvées à une manche partout (6-4, 1-6, 6-3). Le podium est assuré et c’est déjà un rêve qui se réalise. Mais ce n’est pas fini ! Le samedi 13 août, Monica Puig est en finale face à la N°2 (et future n°1) mondiale allemande Angélique Kerber, gagnante en janvier de l’Open d’Australie et finaliste à Wimbledon. En état de grâce, trouvant les lignes du court avec son jeu audacieux et tout en puissance, Puig écœure son adversaire. Au terme d’un affrontement de 2h09 Kerber s’incline finalement 6-4, 4-6, 6-1 après avoir sauvé plusieurs balles de match. L'air de ne pas y croire, Puig lâche sa raquette et prend sa tête à deux mains, les larmes aux yeux. Elle s’accroupit sur le court, avant de saluer le public, où l'on peut voir de nombreux drapeaux de Porto Rico.

« J'ai écrit l'histoire et cela vaut de l’or », s’exclame la première championne olympique portoricaine de l’histoire. « J’ai toujours eu la foi dans le fait que je pouvais réussir quelque chose comme ça, et maintenant, j’ai la confiance en sachant que je l’ai fait ! Toute la semaine, je suis allée plus vite, j’ai gagné en puissance, j’ai cru en moi de plus en plus. Je sais que ce n’est pas la fin pour moi. Ma vie va changer, pour le meilleur ». En novembre 2016, Monica Puig est honorée du titre de « meilleure athlète féminine des Jeux de Rio 2016 » par l’Association des Comités Nationaux Olympiques (ACNO).

Plus


Galerie


Résultats

  • Jeux
    Résultat
    Sport
    Epreuves
  • Tennis
    simple

back to top En