skip to content

Michael JOHNSON

  • O 4
  • A 0
  • B 0

Un exploit de légende à Atlanta

Durant 7 ans, au coeur des années 1990, l’Américain Michael Johnson reste invaincu sur sa distance fétiche, le 400m, et accumule les titres mondiaux et olympiques sur 200m et 400m. Il est considéré comme un des plus grands sprinters de tous les temps.

L'athlétisme par les études

Michael Duane Adalbert Adam Johnson est le dernier né d’une famille de 5 enfants. Il voit le jour le 13 septembre 1967 à Dallas. Il se consacre dans sa jeunesse à ses études, pratiquant l’athlétisme pour le plaisir et entrant à 19 ans à l’Université de Baylor à Waco. Il est remarqué par Clyde Hart, l’entraîneur qui l’amènera vers les sommets, le jour où il bat le record de la piste du campus sur 200m en avril 1987. Dans son style particulier, buste droit, foulées courtes, il gagnera bientôt plusieurs surnoms : « The Duck » (le canard) pour sa façon de courir, « Superman » pour ses exploits, ou encore « la loco de Waco» pour les observateurs francophones.

En route vers les sommets

Diplôme de comptabilité en mains, Michael Johnson décide de se consacrer à plein temps à l’athlétisme en 1990. Il commence à briller aussi bien sur 200m que sur 400m terminant cette année là en tête des bilans internationaux sur les deux distances, une combinaison rare dans l’athlétisme mondial qui va lui apporter la gloire. Sacré champion du monde du 200m à Tokyo en 1991, il connait l’échec en individuel lors de ses premiers Jeux Olympiques à Barcelone en1992 en raison d’une intoxication alimentaire. Michael Johnson gagne toutefois en Espagne sa première médaille d’or avec le relais 4x400m américain.

Invincible

A partir de 1993, et notamment pour 58 courses consécutives sur 400m, « MJ » ne connait plus la défaite. Il signe son exploit majeur aux Jeux d’Atlanta 1996 sous les viva des 83.000 spectateurs du Stade Olympique, réalisant avec ses chaussures dorées le seul doublé 200m-400m de l’histoire de l’athlétisme masculin, avec des chronos exceptionnels : 19.32 sur 200m, record du monde qui ne sera battu que 12 ans plus tard par Usain Bolt, et 43.49 sur 400m.

Des records et des médailles

Le 26 août 1999 en finale des championnats du monde à Séville, Michael Johnson établit en 43.18 un record du monde du 400m qui attend encore d’‘être amélioré. Sur une décennie, jusqu’à son dernier titre olympique individuel sur 400m à Sydney en 2000, il aura remporté huit titres mondiaux et quatre médailles d’or olympiques, n’ayant connu que la plus haute marche du podium dans ces évènements. Il prend sa retraite sportive en 2001, pour devenir notamment consultant pour la TV et les médias, mais également manager de Jeremy Wariner, médaille d’or du 400 à Athènes en 2004.

Plus

Galerie


Résultats



back to top