skip to content

Matthias MAYER

  • O 2
  • A 0
  • B 0

La double sensation

Skieur d’une grande finesse technique, l’Autrichien Matthias Mayer n’avait jamais gagné d’épreuve de Coupe du Monde lorsqu’il est devenu champion olympique de descente en 2014 à Sotchi à l’âge de 23 ans. À PyeongChang, quatre ans plus tard, il récidive en s’offrant l’or du super G, au nez et à la barbe des favoris norvégiens.

Dynastie olympique 

Matthias Mayer incarne à merveille l’esprit olympique. Le skieur de Carinthie, né le 9 juin 1990 à Afritz am See, a parfaitement réussi ses rendez-vous avec les Jeux pour s’inscrire parmi les plus grands noms du ski autrichien. Champion de grand talent, il est le fils d’Helmut Mayer, un ancien olympien qui avait obtenu la médaille d’argent en super-G lors des Jeux de Calgary en 1988 derrière le Français Frank Piccard.

L'or en descente.... en spécialiste du super-G

Lors des Jeux de Sotchi en 2014, Matthias Mayer fait partie des outsiders pour la descente disputée à Rosa Khutor le 9 février. Sur une piste très tournante, ses qualités de spécialiste du super G s’expriment à merveille et son style très fluide allié à un gabarit compact (1,79 m) lui permettent de devancer d’un souffle deux autres spécialistes de cette discipline, l’Italien Christoph Innerhofer, battu de six centièmes, et le Norvégien Kjetil Jansrud, relégué à dix centièmes. Matthias Mayer devient le septième Autrichien à remporter la descente olympique et le premier depuis Fritz Strobl en 2002. En raison de son jeune âge, il s’inscrit immédiatement parmi les grands de la discipline reine dans son pays. Cette victoire est de fait son premier grand succès international, lui qui avait signé son premier podium en Coupe du monde un an plus tôt à Kitzbühel avec une deuxième place en super G, suivie d’une autre en décembre 2013, à Beaver Creek.

Hauts, bas et blessures 

La période post-olympique va être une succession de hauts et de bas. D’abord, dans la foulée de son sacre à Sotchi, Matthias remporte son premier succès en Coupe du monde en dominant la difficile descente de Lenzerheide lors des finales de Coupe du monde en mars 2014. Mais la saison suivante débute par une blessure au genou subie à l’entraînement. Après quelques semaines délicates, il retrouve le chemin de la victoire à Saalbach avec un doublé descente-super G. Sa saison 2015-2016 s’achève prématurément en raison d’une lourde chute lors de la descente de Val Gardena le 19 décembre 2015. L’Autrichien part en arrière et se fracture deux vertèbres malgré le déclenchement de son airbag qui a sans doute évité une blessure encore plus grave. Le voilà privé de compétition pour de longs mois.

Victoire de prestige à Kitzbühel

Il faudra attendre janvier 2017 pour voir Matthias Mayer revenir à son meilleur niveau. Et c’est à Kitzbühel qu’il retrouve la plus haute marche du podium en remportant le super G, l’occasion pour lui de donner son nom à une des cabines menant au sommet de la Streif. La saison 2017-2018 confirme ce retour en forme avec de nombreux podiums à Lake Louise, Wengen, Kitzbühel encore et surtout à Val Gardena où il prend une sorte de revanche sur la piste de la Sasslong sur laquelle il avait lourdement chuté deux ans plus tôt. Mais c’est à PyeongChang 2018 qu’il va retrouver les sommets et s’installer parmi les très grands du ski alpin autrichien.

L'alerte avant un nouveau triomphe olympique 

La quinzaine coréenne ne débute pas idéalement pour Matthias Mayer. Le 13 février, lors de l’épreuve du combiné, il prend une très bonne troisième place en descente. Malheureusement, lors du slalom, quelques heures plus tard, il chute dans la partie raide. Touché à la hanche, il est incertain pour la descente. Mais l’homme est robuste et il prend une honorable 9e place. Le lendemain, 15 février, pour le super G, sous le soleil retrouvé de Jeongseon, il déroule son ski à la perfection, réussissant à emmener énormément de vitesse sur la partie médiane de la piste. Sa technique lui permet d’absorber les nombreux mouvements de terrain et de signer le meilleur chrono en 1.24.44. "J’ai dû beaucoup travailler avec le kiné pour soigner ma hanche blessée", expliquera t-il. "Mais aujourd’hui je n’ai pas pensé à la blessure. Quand j’ai effectué le dernier saut, je savais que j’avais fait un bon run. C’est pour ça que j’ai poussé sur les deux dernières portes". Il l'emporte avec 13/100e d'avance sur le Suisse Beat Feuz, le Norvégien tenant du titre Kjetil Jansrud terminant en bronze à 18/100e.

Parmi les plus grands 

Avec ce deuxième sacre olympique, Matthias Mayer rejoint son glorieux homonyme Hermann Maier qui, jusque-là, était le seul Autrichien à avoir remporté l’or dans cette discipline à Nagano en 1998. Mais surtout, il devient le deuxième skieur alpin seulement à remporter l’or en descente et en super-G lors des Jeux Olympiques après le Norvégien Aksel Lund Svindal, titré en super-G à Sotchi et en descente à PyeongChang.  À lui de se construire un palmarès à la hauteur de ces deux illustres références. Quelques victoires majeures pourraient l’emmener dans une position idéale lui permettant de viser une troisième médaille d’or lors des Jeux de Beijing en 2022 où il n’aura que 31 ans…

Plus


Résultats



back to top En