skip to content

Martins DUKURS

  • 0
  • 2
  • 0

Et si la troisième fois était la bonne ?

Deux fois, à Vancouver en 2010 et à Sotchi en 2014, le Letton Martin Dukurs a lutté jusqu’au bout pour la médaille d’or olympique du skeleton, mais il a du s’incliner d’un souffle face au Canadien Jon Montgomery et quatre ans plus tard, plus nettement, devant le Russe Alexander Tretiakov. Il est pourtant le N°1 mondial de sa discipline depuis toutes ces années, l’octuple vainqueur de la Coupe du monde FIBT, et le triple champion du monde en titre ! Et si sa 3e tentative, en 2018 à PyeongChang, était enfin la bonne ?

Une affaire de famille

Martins Dukurs et son grand frère Tomass, de trois ans plus âgé, grandissent au bord de la piste de Sigulda dont leur père Dainis, ancien champion de bobsleigh, est le responsable. « Quand j’ai commencé à travailler sur cette piste en 1994 », raconte-t-il, « je leur ai fait essayer la luge, le bobsleigh et le skeleton. Quand ils se sont mis sur la planche de skeleton, ils ont adoré. Et nous avons progressé, progressé… ». Dainis est également un concepteur de skeletons et l’entraîneur national de l’équipe lettone. Tomass débute avant Martins au niveau international, mais c’est ce dernier qui part à 21 ans disputer ses premiers Jeux sur la piste de Cesana Pariol à Turin en 2006 au moment où il mène également ses études pour devenir diplômé en économie. Il prend la 7e place de la compétition gagnée par le Canadien Duff Gibson.

Emulation entre frères

La famille Dukurs évolue en équipe sur le circuit international, et même si Martins va rapidement s’affirmer comme le meilleur des deux, c’est la compétition interne qui le propulse au sommet. « « Nous n’avons pas de secret, » dira-t-il, « nous sommes en concurrence, mais si un de nous a trouvé une bonne ligne, s’il a fait une erreur quelque part, nous partageons l’information. » Pour Tomass, l’émulation familiale « nous permet d’avancer, nous pousse à devenir de meilleurs athlètes. »

Médaille d’argent à Vancouver 2010

Martins remporte sa première victoire en la Coupe du monde en février 2008 sur la piste de Winterberg (Allemagne), il accumule les places d’honneur la saison suivante, et en 2009-2010, il remporte le classement général de Coupe du monde pour la première fois avec quatre victoires. Le 12 février 2010, il mène la délégation de la Lettonie drapeau en mains au BC Center, lors de la cérémonie d’ouverture des Jeux de Vancouver. Les 18 et 19 février sur le toboggan de glace de Whistler, Dukurs est le plus rapide de la première manche où il bat le record de la piste et établit le meilleur temps de la compétition (52.32), mais le Canadien Jon Montgomery réplique du tac au tac en signant le meilleur temps des deux descentes suivantes. Il compte pourtant encore 18 centièmes de retard sur le Letton, à l’amorce de l’ultime manche. Montgomery est à nouveau le plus rapide lors de la descente finale, et il laisse la médaille d’argent à Dukurs pour 7/100e de secondes au total.

La collection de trophées s’agrandit

Le règne de Martins Dukurs s’étend par la suite sur toutes les pistes du monde : cinq victoires en 2010-2011, sept en 2011-2012, et il ne passe pas loin du Grand Chelem en 2012-2013 avec huit victoires et une deuxième place en 9 courses. Il est à nouveau le plus fort en 2013-2014, où il signe six victoires, et où Tomass est son dauphin au classement général comme l’hiver précédent. « J’ai fini 2e de la Coupe du monde, mais seulement 2e dans ma famille », note l’ainé. A ces cinq succès consécutifs au classement général de la Coupe du monde s’ajoutent deux titres mondiaux, en 2011 à Königsee et en 2012 à Lake Placid, sans compter cinq championnats d’Europe remportés à la suite.

A nouveau vice-champion olympique

Le voilà donc grand favori des Jeux de Sotchi. « Si je ne suis pas à mon meilleur niveau, si je ne fais que la moitié de ce que je peux faire et si je me retrouve avec une médaille d’argent, je ne serai vraiment pas heureux. Mon objectif est d’être le meilleur », dit-il avant de se lancer sur la piste Sanki. Mais les 14 et 15 février 2014, il trouve à nouveau à qui parler en la personne du Russe Alexander Tretiakov. Ce dernier le devance dans les manches 1 et 2, Dukurs est le plus rapide pour 2/100e de seconde dans la manche 3, Tretiakov parachève son oeuvre dans la dernière manche et l’emporte avec une avance de 81/100e. « J’ai donné mon maximum à chacune des quatre manches. Techniquement, c’était bon, et mon matériel était OK. C’est peut-être mon départ qui n’était pas le meilleur » explique le Letton pour la 2e fois vice-champion olympique. « D’une manière générale, je suis satisfait de mes quatre runs. Mais il y a des compétiteurs, et vous ne savez jamais à quel niveau ils se situeront. Aujourd’hui, le meilleur, c’était Alexander. »

Domination sans partage

Le champion qui a fêté ses 30 ans le 31 mars 2014 et en l’honneur de qui un timbre de la poste lettone a été émis, poursuit par la suite sa domination mondiale sans partage. Champion du monde 2015 (Winterberg), 2016 (Igls) et un 5e titre remporté à Königsee le 26 février 2017 applaudi par le président du CIO Thomas Bach, présent au bord de la piste de glace allemande. Martins Dukurs est le vainqueur de la Coupe du monde 2014-2015, 2015-2016 (avec sept victoires et une 2e place en huit épreuves) et 2016-2017, soit huit classement généraux remportés à la suite, et il s’approche à grands pas des 50 victoires internationales tout en restant invaincu aux championnats d’Europe (8 titres consécutifs depuis 2010 !). Il sera à nouveau l’immense favori pour le titre olympique à PyeongChang, en espérant bien que cette fois, rien ni personne ne viendra entraver sa marche vers la consécration suprême. 

Plus


Galerie


Résultats


back to top En