skip to content

Marie MARTINOD

  • O 0
  • A 2
  • B 0

Sa vie est un roman

Pionnière du half-pipe en ski, revenue à la compétition après un long arrêt pour fonder une famille, et dès lors qu’elle a appris que sa discipline entrait au programme des Jeux, Marie Martinod a connu la consécration à 29 ans lors de ceux Jeux de Sotchi 2014 où elle est devenue vice-championne olympique. Gagnante pour la première fois des X-Games à Aspen en janvier 2017, puis pour la deuxième fois de la Coupe du monde, treize années après, la Française a terminé sa belle carrière sur une nouvelle médaille d'argent rempotée à PyeongChang 2018. 

Le ski et l’Olympisme dans le sang

« Je suis née de l’union d’une monitrice de ski et d’un chauffeur de dameuse de piste ! La montagne et le ski sont inscrits dans mon ADN ! », écrit Marie Martinod sur son site officiel. Il faudrait ajouter : les Jeux Olympiques. Ceux de 1992 ont lieu dans le chef-lieu de sa vallée de la Tarentaise, à Albertville, et l’enfant de La Plagne, âgée de 7 ans, en prend plein les yeux. Sur les skis dès qu’elle a su marcher, elle voudra dès lors se consacrer au ski de bosses et au saut acrobatique « comme mes idoles des JO d’Albertville ». À partir de ses 9 ans, elle progresse avec le club des sports de La Plagne, puis elle devient une des pionnières d’une discipline naissante : le half-pipe en ski.

Gagnante de la première Coupe du monde de half-pipe en ski

Très en avance sur les « tricks » possibles avec deux planches dans un demi-tube de neige, Marie Martinod gagne de nombreuses compétitions nationales, puis s’aligne dans la toute première Coupe du monde FIS de half-pipe en 2003-2004 : elle remporte les trois épreuves au programme et s’adjuge d’entrée le globe de cristal de la discipline. Elle se fait aussi un nom aux X-Games, avec une médaille de bronze remportée dans le superpipe d’Aspen en 2006. Elle a 22 ans.

Arrêt, puis retour pour disputer les Jeux !

La championne française décide alors de tout arrêter. Par amour. Elle s'éprend de Maxime, saisonnier à La Plagne. À eux deux, ils gèrent un bar dans la station savoyarde. En 2009, elle donne naissance à Mélirose, leur fille. Maman et patronne de bar à 25 ans, Martinod est à des années-lumière de la compétition. Mais en 2011, la Savoyarde amorce un nouveau virage à 180°, une petite fraction des rotations qu'elle lançait autrefois dans le « pipe ». Le ski half-pipe va entrer au programme des Jeux d’hiver. Après six années de break, ultra motivée par les débuts de sa discipline sur la grande scène olympique, Marie rechausse les planches et part à l’assaut de sa qualification pour les Jeux de Sotchi 2014.

Vice-championne olympique

Marie est tout de suite dans le rythme. Entraînée par Greg Guenet, elle se consacre corps et âme à ses nouveaux objectifs. En 2013, elle remporte une belle victoire dans le half-pipe de Tignes, lors des X-Games Europe. Moins d’un an plus tard, le 20 février 2014 à Rosa-Khutor, elle s'adjuge à 29 ans la médaille d’argent de la première compétition olympique de sa discipline, derrière l’Américaine Maddie Bowman (89,0 points). La Française (84,50 points) place notamment un "McTwist" (rotation la tête en bas) et réussit un  "900" à la fin de son 2e run. "J'ai touché mon rêve du doigt plus de 10 années avoir fait mes premières compétitions internationales !", notera-t-elle.  Dans l’aire d’arrivée à Rosa Khutor, son compagnon Maxime réagit :  "Elle s’est entraînée, elle a en bavé et maintenant c'est la consécration, c’est beau", dit-il, au milieu du groupe de supporteurs qui ont donné de la voix pour "Marie". Au premier rang, la petite Mélirose, avec sa grand-mère. "Je voulais montrer à ma fille ce que ça faisait d'atteindre son but quand on s'en fixe un", explique alors Martinod. "Il fallait qu'elle comprenne pourquoi je fais des abdos pendant qu'elle regarde les dessins animés".

Au sommet !

Dès lors, Marie Martinod a un nouveau but : devenue à 30 ans passés la « doyenne » des championnes de ski freestyle, elle veut gagner l’or aux Jeux de PyeongChang 2018. Elle passe malheureusement une saison 2015 blanche en raison d’une blessure au genou contractée en décembre 2014. De retour au plus haut niveau international, elle connaît une nouvelle consécration majuscule : le 27 janvier 2017 dans le superpipe d’Aspen, Marie Martinod remporte les X-Games. Avec beaucoup de style et d’amplitude, elle prend les commandes de la finale dès son premier run (89,33 points) pour ne plus jamais les lâcher.  Elle s’impose devant la championne olympique en titre Maddie Bowman. En gagnant lors de cette saison pré-olympique trois épreuves de Coupe du monde sur quatre, elle s'adjuge également le globe de cristal FIS de la discipline, treize ans après le précédent !  Enfin, elle est médaillée d'argent lors des Mondiaux 2017 disputés en mars à Sierra Nevada. En octobre 2017, Marie Martinod dira de son parcours après les Jeux de Sotchi 2014 : "J'ai d'abord profité de ce qui m'arrivait, c'était juste magique, et puis on s'est dit "on refait une saison" et puis une autre, et une autre, avant de se retrouver l'hiver dernier en se disant "c'est la saison pré-olympique". Là, j'ai connu cette belle période de grâce mais je ne sais pas si elle va durer. Tout passait, il n'y avait pas d'appréhension, dans ce cas, on peut se concentrer sur la technique et c'est ce qui me sauve dans le pipe, cela crée un cercle vertueux."

Une 2e médaille d'argent olympique pour terminer

Le 20 février 2018 dans le demi-tube de neige du Phoenix Park, la Plagnarde réalise un premier run solide en finale de sa deuxième compétition olympique qui lui vaut un score de 92.20 et déjà la 2e place derrière la jeune Canadienne Cassie Sharpe (94.40). Elle fait encore mieux à son deuxième passage en réussissant à plaquer un 1080 avec grab à son dernier saut : 92.60, puis elle chute à son 3e run et laisse sa rivale canadienne s'envoler avec un score de 95.80 pour une victoire incontestable. Cela n'enlève rien à son bonheur :  "Cette deuxième place est la preuve que j’ai eu raison de revenir après avoir eu ma fille. C’est une récompense de tout le travail que j’ai pu accomplir", souligne-t-elle. "C’est aussi le signe que je peux quitter le circuit avec un message pour toutes les filles : si tu veux te battre, tu peux te battre jusqu’au bout et si tu prends soin de toi, tu peux le faire au moins jusqu’à 33 ans."

Une dernière compétition en forme de jubilé à Tignes le 22 mars, fêtée par une foule considérable, entourée de sa famille et de ses amis, qu'elle achève sur la 2e marche du podium... derrière Cassie Sharpe, et devant l'Américaine Brita Sigourney, comme à PyeongChang, et Marie Martinod raccroche définitivement ses skis.

"C’est une très belle soirée câlins ! Le sport créé une forme de respect entre nous tous. C’est magique de finir sur le podium dans un half-pipe où j’ai connu tant d’émotions", dit-elle alors.

Plus


Galerie

Image Alt Text

Ski acrobatique - Ski Halfpipe femmes - Marie Martinod - France - Médaillée Argent

La française Marie Martinod célèbre sa médaille d'argent en Ski Halfpipe femmes
Getty Images
Image Alt Text

Ski acrobatique - Ski Halfpipe femmes - Médaillées

(G-D) La médaillée d'argent Marie Martinod de France, la médaillée d'or Maddie Bowman des Etats-Unis et la médaillée de bronze Ayana Onozuka du Japon en Ski Halfpipe femmes
Getty Images

Résultats


back to top En