skip to content
GAGNON Marc

Marc GAGNON

  • O 3
  • A 0
  • B 2

Un héros Canadien

Avec cinq médailles dont trois en or remportées en trois olympiades, Marc Gagnon est le sportif masculin canadien le plus couronné des Jeux, hiver et été compris. Son royaume était l’ovale de glace où il domina durant une décennie les compétitions de patinage de vitesse sur piste courte.

Le short track comme une évidence

Né à Chicoutimi dans la région de Saguenay–Lac-Saint-Jean au Québec, Marc Gagnon est sur les patins longs dès ses trois ans, suivant la trace de son frère ainé Sylvain, son modèle. Marc choisit la piste courte à cinq ans devient un des meilleurs jeunes patineurs canadiens, mais il souffre des genoux et à dix ans, on lui diagnostique une Chondromalacie, pathologie qui affecte les articulations. La passion de Marc prend le dessus, il refuse d’abandonner le sport et s’entraîne deux fois plus pour surmonter la douleur. Justin Rochefort, son premier entraîneur, lui enseigne sa philosophie « ne réagit pas, agit ! ».

Champion du monde à 17 ans

Lors des championnats du monde 1993 à Beijing, Marc Gagnon dispute aux côtés de son frère sa première grande compétition internationale à 17 ans. Au fil des épreuves, ils se retrouvent premiers ex-aequo avant la finale du 3'000m que Marc remporte en dépassant Sylvain. Les Gagnon prennent l’or et l’argent. « Un des plus grands moments de ma vie » dira le plus jeune. Dans les championnats du monde, jusqu’en 2001, Marc Gagnon va remporter onze médailles d’or individuelles dont quatre fois le classement général (1993, 1994, 1996, 1998), sept titres par équipes, onze médailles d’argent et cinq en bronze.

La quête d’un titre individuel aux Jeux

Marc Gagnon ne connaît pas la réussite espérée lors des Jeux de Lillehammer 1994 dont il repart avec la médaille de bronze du 1'000m. Il décide alors de s’associer avec Sylvie Daigle, double médaillée olympique et quintuple championne du monde, devenue entraîneur. A Nagano en 1998, le champion de Chicoutimi emmène le relais 5'000m canadien à la victoire, mais il chute en finale du 5'000m et ne dépasse pas les quarts de finale sur 1'000m. Toujours sans titre olympique individuel, il met sa carrière sportive entre parenthèses et prend un poste de technicien en informatique dans la ville de Québec

Retour fracassant

Rapidement, Marc Gagnon retrouve l’envie de compétition et décide de repartir s’entraîner en vue des Jeux de Salt Lake City 2002. Enfin, le 23 février sur la glace du Delta Center, il atteint son but : en finale du 500m, son accélération dans le dernier tour cloue sur place l’Américain Rusty Smith et son compatriote Jonathan Guilmette, et il remporte enfin ce titre olympique individuel tant attendu.  Il prend également le bronze sur 1'500m (arrivé 4e en finale mais classé 3e suite à la disqualification sud-coréen Kim Dong-Sun) et s’offre une dernière médaille d’or collective avec Jonathan Guilmette, François-Louis Tremblay et Mathieu Turcotte dans le relais 5'000m.

Une carrière sportive bien remplie

Après avoir atteint son but à Salt Lake City, Marc Gagnon prend sa retraite sportive à 27 ans. « J’ai couru après mes rêves sportifs et je les ai atteints. Il est temps pour moi de courir après mes autres rêves » dit-il septembre 2002 après avoir obtenu le plus beau palmarès olympique des sportifs canadiens.

Plus


Galerie


Résultats


back to top En