skip to content
Groupe de travail antidopage avant les Jeux : contrôles ciblés

S’appuyant sur le succès du groupe de travail antidopage mis sur pied avant les Jeux Olympiques de Rio 2016, le CIO, l’AMA, l'unité "sport sans dopage" de l'Association mondiale des fédérations internationales de sport (GAISF) et les Fédérations Internationales des sports olympiques d'hiver, ont établi un groupe de travail similaire avant les Jeux Olympiques d'hiver de PyeongChang 2018 dans le but d'optimiser l'efficacité des contrôles des athlètes, à travers une évaluation approfondie d'athlètes individuels et de groupes d'athlètes afin de recommander des contrôles spécifiques ciblés, puis assurer un suivi et superviser les contrôles effectués sur ces athlètes. 

Les contrôles ciblés avant les Jeux recommandés par le groupe de travail renforcent les contrôles déjà menés par les Fédérations Internationales (FI) et les Organisations nationales antidopage (ONAD).

Il a été souligné que l'attention du groupe de travail s'était particulièrement portée sur les athlètes russes, étant donné les enquêtes en cours des deux commissions du CIO, notamment s'agissant des Jeux Olympiques d'hiver de Sotchi 2014. Outre l'accent mis plus spécifiquement sur les athlètes russes, le programme de contrôles ciblés avant les Jeux est également renforcé selon les critères suivants :

  • Les sports et les nationalités à risque seront concernés en priorité.
  • Les athlètes individuels seront ciblés en fonction de leur classement, en particulier les 20 meilleurs athlètes, et de leurs performances, et également suite à tout changement suspect dans les performances récentes et au regard de contrôles précédents anormaux.

Les contrôles ciblés ont été effectués durant la période courant du mois d'avril 2017 à janvier 2018 par les FI et les ONAD. Il y a eu plus de 17 000 contrôles ciblés réalisés sur plus de 6 000 athlètes. Ces recommandations adressées aux FI et aux ONAD ont été suivies et supervisées par le groupe de travail.

Les données figurant dans le rapport consolidé porteront sur une série d'aspects tels que :

  • le nombre de disciplines et d'épreuves qui sont sous la responsabilité de chaque FI;
  • les renseignements spécifiques recueillis à partir de l'évaluation des risques; et
  • le moment approprié pour effectuer les contrôles en fonction de chaque discipline et épreuve.

Le premier rapport consolidé comprend les contrôles effectués par les FI, les ONAD et l'Agence Mondiale Antidopage (AMA) et détaille les chiffres cumulés des contrôles réalisés entre avril et octobre 2017. D'autres rapports comportant les chiffres actualisés ont ensuite été publiés chaque mois jusqu'à la tenue des Jeux Olympiques d'hiver de PyeongChang.

 Voir les résultats complets - avril à octobre 2017
 Voir les résultats complets - novembre 2017
 Voir les résultats complets - décembre 2017 
 Voir les résultats complets - janvier 2018

Cette initiative renforce l'importance des contrôles ciblés et approfondis sur des athlètes  grâce à un effort coordonné de toutes les organisations antidopage concernées tant au niveau national qu'international.

L'engagement de toutes les FI de sports d'hiver, des ONAD et des Comités Nationaux Olympiques (CNO) continue à protéger l'intégrité du sport et le droit des athlètes intègres à concourir sur un pied d'égalité.

RAPPORTS DES FÉDÉRATIONS

Dans le cadre de ce programme, les Fédérations Internationales de sports d'hiver ont publiés un rapport mensuel sur le nombre d'athlètes contrôlés dans ces conditions. Les premiers rapports des FI comprennent le total de contrôles effectués d'avril à octobre 2017. Par la suite, chaque FI a publié un nouveau rapport chaque mois jusqu'aux Jeux Olympiques d'hiver de PyeongChang 2018.

Clliquez sur le logo de la FI pour en savoir plus

Programme de réanalyse du CIO

Ce programme a été lancé par le CIO avant les Jeux Olympiques de Londres 2012 (pour les échantillons prélevés lors des Jeux Olympiques d'Athènes 2004) afin "de permettre à tous les athlètes intègres de concourir sur un pied d'égalité" en procédant à de nouvelles analyses sur les échantillons conservés.

Beijing 2008 – La réanalyse des échantillons prélevés lors des Jeux Olympiques de Beijing 2008 est terminée. Consultez ici la feuille d'information pour de plus amples renseignements, les chiffres clés et la liste des décisions rendues par les commissions disciplinaires du CIO. 

Vancouver 2010 – Le programme de réanalyse des échantillons de Vancouver 2010 a pris fin en septembre 2017, avant l'expiration du délai de prescription, à savoir février 2018. Cliquez ici pour lire le communiqué de presse publié à ce sujet.

Londres 2012 – La réanalyse des échantillons prélevés lors des Jeux Olympiques de Londres 2012 est en cours. De nouvelles analyses sont prévues fin 2017. Consultez ici la feuille d'information pour de plus amples renseignements, les chiffres clés et la liste des décisions d'ores et déjà rendues par les commissions disciplinaires du CIO.

Sotchi 2014 – voir la section "Enquêtes Sotchi 2014" pour plus d'informations.

PyeongChang 2018 : Règles antidopage applicables aux Jeux

 Lettre circulaire – Règles antidopage – Jeux Olympiques d’hiver de PyeongChang 2018
 Règles antidopage - Jeux Olympiques d’hiver de PyeongChang 2018
 Règlement d'arbitrage de la chambre anti-dopage du TAS
 La Liste des substances et méthodes interdites (Liste 2018), disponible depuis le 1er octobre 2017, sera utilisée pendant les Jeux Olympiques d’hiver PyeongChang 2018.
 Politique du CIO en matière d’injections - Jeux Olympiques d’hiver de PyeongChang 2018
 Politique du CIO concernant certains équipements scientifiques et médicaux des CNO aux XXIIIes Jeux Olympiques d’hiver de PyeongChang en 2018
 Formulaire AUT – Jeux Olympiques d’hiver de PyeongChang 2018

INFORMATIONS SUR LA LOCALISATION DES ATHLÈTES

Le CIO va faire appel aux CNO afin de protéger les athlètes intègres et de renforcer l'efficacité de la lutte contre le dopage pour les Jeux Olympiques d'hiver de PyeongChang 2018.

Le CIO demandera aux CNO de l'aider à localiser tous les athlètes, autrement dit ceux qui sont déjà inscrits dans un système de localisation et ceux qui n'en font pas partie, en lui remettant la liste à jour des chambres (voir modèle ci-après) de ceux qui résident dans le village olympique ainsi que les adresses de ceux qui logent en dehors. Les informations doivent être suffisamment détaillées (numéros du bâtiment et de la chambre pour le village olympique et lieu d'entraînement) afin que les athlètes puissent être facilement localisés de la date d'ouverture du village (1er février 2018) à la date de la cérémonie de clôture incluse (25 février 2018). Les CNO doivent veiller à ce que les athlètes qui appartiennent à un groupe cible d'athlètes soumis aux contrôles comprennent bien l'importance que revêt le fait de se conformer aux exigences en matière d'informations sur la localisation. Les informations en question doivent être fournies sous format électronique au moyen du modèle disponible en anglais ici.

Les CNO peuvent décider de :

  • ne pas remettre la liste des chambres si tous leurs athlètes ont fourni des informations complètes sur leur localisation, ou
  • fournir la liste des chambres uniquement pour les athlètes qui ne répondent pas aux exigences en matière d'informations sur la localisation, ou
  • établir, pour des questions pratiques, la liste des chambres pour toute l'équipe, autrement dit avec les adresses des athlètes logeant en dehors du village.

Les listes de chambres doivent être envoyées par courriel à l'adresse dop@pyeongchang2018.com. Si le personnel de PyeongChang 2018 chargé des contrôles de dopage a des difficultés à localiser un athlète devant être contrôlé, le système utilisé par le CNO concerné pour la localisation sera examiné par le CIO. Il pourra être demandé, dans certains cas, aux Fédérations Internationales ou aux organisations nationales antidopage d'inscrire dans leur système de localisation les athlètes qui ne figurent dans aucun système.

QUI FAIT QUOI?

Protéger les athlètes intègres en luttant contre le dopage est une priorité absolue pour le CIO, lequel a adopté une politique de tolérance zéro à l'égard des tricheurs afin de faire en sorte que toute personne utilisant ou fournissant des produits dopants ait à rendre des comptes.

En savoir plus

Enquêtes Sotchi 2014

Le CIO a pris des mesures fermes à la suite des conclusions du rapport McLaren sur le dopage et la manipulation d'échantillons en Russie, lesquelles ont révélé une grave atteinte à l'intégrité des Jeux Olympiques et du sport en général.

Plus
back to top En