skip to content
Qui fait quoi?

Protéger les athlètes intègres en luttant contre le dopage est une priorité absolue pour le CIO, lequel a adopté une politique de tolérance zéro à l'égard des tricheurs afin de faire en sorte que toute personne utilisant ou fournissant des produits dopants ait à rendre des comptes.

Laboratoire antidopage IOC / Furlong Christopher

L'Agence Mondiale Antidopage (AMA) est une organisation internationale indépendante chargée de superviser et de réglementer la lutte contre le dopage à l'échelle internationale par l'entremise du Code mondial antidopage 2015 (le Code). Elle est également chargée de faire appliquer et respecter le Code par ses signataires. Le Code est accompagné des cinq Standards internationaux. Pour en savoir plus, cliquez ici

En que chef de file du Mouvement olympique, le CIO rend obligatoire l'application du Code par toutes les composantes du Mouvement. Durant les Jeux Olympiques, il supervise toutes les procédures de contrôle du dopage conformément aux articles du Code. Il s'efforce néanmoins de les rendre indépendantes. Ainsi, depuis les Jeux Olympiques de Rio 2016, les sanctions relèvent du Tribunal Arbitral du Sport (TAS) et de sa chambre antidopage. La création d'une autorité de contrôle indépendante est également en cours. 



Lutte contre le dopage et promotion de la santé des athlètes

Téléchargez la feuille d'information (en anglais)

Intégrité des futurs Jeux Olympiques : Une évolution vers des contrôles plus intelligents

Le nombre de tests effectués pendant les Jeux Olympiques n'a cessé de croître au fil des années : de 3 600 à Athènes à plus de 5 000 à Londres et Rio. Alors que cette augmentation est une démonstration claire de l'engagement pris par le CIO de veiller au fair-play des athlètes, un profond changement s'est également opéré avec le recours à une stratégie de contrôle plus intelligente à travers une augmentation du nombre de tests ciblés hors compétition.

En savoir plus

Enquêtes Sotchi 2014

Le CIO a pris des mesures fermes à la suite des conclusions du rapport McLaren sur le dopage et la manipulation d'échantillons en Russie, lesquelles ont révélé une grave atteinte à l'intégrité des Jeux Olympiques et du sport en général.

Plus

Contrôles ciblés avant les Jeux par les Fédérations Internationales


En savoir plus

PyeongChang 2018 : Règles antidopage applicables aux Jeux

 Lettre circulaire – Règles antidopage – Jeux Olympiques d’hiver de PyeongChang 2018
 Règles antidopage - Jeux Olympiques d’hiver de PyeongChang 2018
 Règlement d'arbitrage de la chambre anti-dopage du TAS
 La Liste des substances et méthodes interdites (Liste 2018), disponible depuis le 1er octobre 2017, sera utilisée pendant les Jeux Olympiques d’hiver PyeongChang 2018.
 Politique du CIO en matière d’injections - Jeux Olympiques d’hiver de PyeongChang 2018
 Politique du CIO concernant certains équipements scientifiques et médicaux des CNO aux XXIIIes Jeux Olympiques d’hiver de PyeongChang en 2018
 Formulaire AUT – Jeux Olympiques d’hiver de PyeongChang 2018

INFORMATIONS SUR LA LOCALISATION DES ATHLÈTES

Le CIO va faire appel aux CNO afin de protéger les athlètes intègres et de renforcer l'efficacité de la lutte contre le dopage pour les Jeux Olympiques d'hiver de PyeongChang 2018.

Le CIO demandera aux CNO de l'aider à localiser tous les athlètes, autrement dit ceux qui sont déjà inscrits dans un système de localisation et ceux qui n'en font pas partie, en lui remettant la liste à jour des chambres (voir modèle ci-après) de ceux qui résident dans le village olympique ainsi que les adresses de ceux qui logent en dehors. Les informations doivent être suffisamment détaillées (numéros du bâtiment et de la chambre pour le village olympique et lieu d'entraînement) afin que les athlètes puissent être facilement localisés de la date d'ouverture du village (1er février 2018) à la date de la cérémonie de clôture incluse (25 février 2018). Les CNO doivent veiller à ce que les athlètes qui appartiennent à un groupe cible d'athlètes soumis aux contrôles comprennent bien l'importance que revêt le fait de se conformer aux exigences en matière d'informations sur la localisation. Les informations en question doivent être fournies sous format électronique au moyen du modèle disponible en anglais ici.

Les CNO peuvent décider de :

  • ne pas remettre la liste des chambres si tous leurs athlètes ont fourni des informations complètes sur leur localisation, ou
  • fournir la liste des chambres uniquement pour les athlètes qui ne répondent pas aux exigences en matière d'informations sur la localisation, ou
  • établir, pour des questions pratiques, la liste des chambres pour toute l'équipe, autrement dit avec les adresses des athlètes logeant en dehors du village.

Les listes de chambres doivent être envoyées par courriel à l'adresse dop@pyeongchang2018.com. Si le personnel de PyeongChang 2018 chargé des contrôles de dopage a des difficultés à localiser un athlète devant être contrôlé, le système utilisé par le CNO concerné pour la localisation sera examiné par le CIO. Il pourra être demandé, dans certains cas, aux Fédérations Internationales ou aux organisations nationales antidopage d'inscrire dans leur système de localisation les athlètes qui ne figurent dans aucun système.

Code médical

Découvrez la nouvelle version du Code médical du Mouvement olympique applicable aux Jeux Olympiques à compter de l’édition 2016 à Rio. Ce document énonce les règles de base relatives aux bonnes pratiques médicales dans le domaine du sport et à la protection des droits et de la santé des athlètes.

Télécharger

Commission médicale et scientifique

En savoir plus
back to top En