skip to content
FUNG Lori

Lori FUNG

  • O 1
  • A 0
  • B 0

Lori Fung : La première, pour l’éternité

Sacrée championne olympique de gymnastique rythmique à Los Angeles en 1984, la Canadienne Lori Fung a été la toute première médaillée d’or de sa discipline.

Une jeune gymnaste obstinée

« L’entraînement était difficile. Il y avait des jours où ça n’était pas drôle. Tout le monde a vu l’image finale, la gloire, tout en place, mais avant ça, il y a eu beaucoup de larmes, beaucoup de jours où je ne savais pas si je pourrais passer une étape supplémentaire, si je pouvais refaire tel ou tel exercice une fois de plus. Mais j’ai eu un fantastique soutien de mes entraîneurs et de ma famille qui m’ont donné la force de continuer à avancer. Cela a fait de moi une personne obstinée, décidée à tout faire à 150%, pas 90%, pas 99% mais 150% », raconte Lori Fung. L’enfant de Vancouver se met très tôt à pratiquer sa discipline, encore confidentielle dans son pays, au cours des années 1970. Obstinée comme elle le dit, elle s’entraîne au ruban, au cerceau, au ballon et aux massues jusqu’à six heures par jour. A 19 ans, en 1982, elle devient championne du Canada tout en apprenant que la « gym rythmique » est admise pour la première fois au programme olympique à Los Angeles 1984.

Eblouissante à Los Angeles

Lori Fung redouble d’ardeur à l’entraînement. Elle continue son parcours scolaire par correspondance pour se consacrer totalement à son rêve.  Au Canada, elle est la N°1 de sa discipline, encore championne en 1983 et en 1984, mais au niveau international, Lori reste une inconnue. Elle est ainsi classée au 23e rang mondial quand elle se présente au Jeux où la seule épreuve est le concours multiple individuel. Le samedi 11 août 1984, tout le travail réalisé avec tant d’acharnement porte ses fruits. Elle réalise des performances éblouissantes, pleine de grâce et d’excellence technique, récoltant les meilleures notes et des tonnerres d’applaudissements du public du Pauley Pavillon de l’Université de Californie. Lori Fung s’impose devant la favorite roumaine Doina Staiculescu et devient pour l’éternité la première championne olympique de gymnastique rythmique.

« Ma plus grosse expérience »

« Le sport a changé ma vie », explique Lori. « Après ma victoire aux Jeux, j’ai réalisé à quel point j’’avais grandi en tant que personne. Ce qui a suivi a également été ma plus gosse expérience. Tout le monde pourrait croire que c’étaient les Jeux, le fait d’avoir entendu l’hymne national, mais revenir dans ma ville si fière, être arrêtée par des gens dans la rue et dans les centres commerciaux, être saluée par les automobilistes, entendre dire « vous m’avez fait rêver »…. J’étais celle qui regardait les Jeux à la télévision, toujours fière des athlètes canadiens et là, je me retrouvais de l’autre côté de la barrière ! Cela m’a fait comprendre ce que le sport peut faire pour toute une communauté, tout un pays ».

Les bénéfices du sport

Lori Fung devient une véritable star au Canada. Elle se produit devant le Pape Jean-Paul II, le Prince de Galles Charles et son épouse Diana, le premier ministre canadien… Elle se voit décorée de l’Ordre du Canada en 1985. Lori se prépare pour défendre son titre à Séoul en 1988 mais un mauvais virus et une tendinite au pied l’obligent à mettre fin à sa carrière sportive.  Elle fonde une famille, devient entraîneur, ouvre son école de gymnastique et dit : « On récolte encore des bénéfices des années et des années plus tard. Je me retrouve encore aujourd’hui à faire des choses que je ne me serais jamais crue capable de faire, et je crois que tout ça vient de mon entraînement en sport ».

Plus



Résultats

  • Jeux
    Résultat
    Sport
    Epreuves
  • O 57.950
    Gymnastique
    concours individuel multiple femmes

back to top En