skip to content
BOITEUX Jean
BOITEUX Jean

Jean BOITEUX

  • O 1
  • A 0
  • B 1

Jean Boiteux, le premier champion olympique français de natation

Jean Boiteux a été le seul médaillé d’or français de natation durant 52 ans, après sa victoire dans le 400m nage libre des Jeux d’Helsinki 1952. L’image de son père Gaston sautant tout habillé dans la piscine pour le serrer dans ses bras, est entrée dans la légende.

Une famille olympique

Né à La Ciotat (Bouches du Rhône), Jean Boiteux est le fils de Gaston, nageur qui a atteint le niveau national avec son club, et de Bibienne Péllégry, qui a participé aux Jeux de Paris 1924 et d’Amsterdam 1928 (les deux fois 5e du relais 4x100m). Son oncle Salvator Péllégry a lui aussi disputé les Jeux de Paris, sur 400m et 1'500m nage libre. Au sein de leur exploitation agricole, les parents Boiteux font aménager un bassin de 25m sur 7m où leurs quatre enfants s’exercent, se mettant tous ensuite à la compétition. Mais Jean est de loin le plus doué !

L’ascension

A 14 ans, en 1947, Jean Boiteux rejoint le club des « Dauphins du TOEC » à Toulouse, sous la houlette du fameux entraîneur Alban Minville. En 1949, il remporte son premier titre de champion de France sur le relais 3x100m 3 nages, 43 autres suivront ! Victime par la suite d’une mauvaise chute en ski, il doit provisoirement nager en ne se servant que de ses bras, ce qui renforce sa puissance musculaire.

En juillet 1951, Jean Boiteux bat le record d’Europe du 400m nage libre (4:33.3), puis en août, le record du monde du 4x200m avec Joseph Bernardo, Willy Blioch et Alex Jany en 8:33 soit 7 secondes de moins que la précédente marque détenue par le Japon. Il brille également lors des premiers Jeux Méditerranéens à Alexandrie (Egypte) cette même année en s’imposant sur 400m et 1500m.

La victoire inédite à Helsinki

Lors des Jeux d’Helsinki 1952, Jean Boiteux commence par offrir le bronze à son équipe sur 4x200m. Dernier relayeur, il rattrape et dépasse le Suédois Olle Johansson pour toucher le mur en 3e position. Le 30 juillet dans le stade de natation en plein air garni par des milliers de spectateurs, il domine la finale du 400m de bout en bout, repoussant les assauts de l’Américain Ford Konno pour s’imposer en 4:30.7, nouveau record olympique. Aucun français n’avait jusque-là remporté l’or en natation course aux Jeux Olympiques. Jean Boiteux réalise cet exploit à 19 ans.

A peine a-t-il touché le mur, que son père Gaston se jette à l’eau, tout habillé et coiffé d’un béret, pour le serrer dans ses bras. Cette image a fait le tour du monde et a pris sa place dans la légende des Jeux Olympiques.

52 ans d’attente

44 fois champion de France en nage libre (individuel et collectif), 6 fois médaillé d’or aux Jeux Méditerranéens (1951 et 1955), quatre fois vice-champion d’Europe, Jean Boiteux dispute encore les Jeux Olympiques de Melbourne en 1956 où son meilleur résultat est une 6e place sur 1500m. Il prend sa retraite sportive au début des années 1960 et passera le reste de sa vie au bord des bassins en tant que Conseiller Technique Régional (CTR) à Bordeaux.

Il faudra attendre 52 ans et la victoire de Laure Manaudou sur 400m à Athènes en 2004 pour voir un nouveau titre olympique français en natation, et celle d’Alain Bernard sur 100m à Beijing en 2008 pour un 2e sacre masculin. Jean Boiteux décède à l’âge de 76 ans le 11 avril 2010 après avoir chuté d’une échelle en jardinant. De nombreux hommages lui sont rendus sur tout le territoire.

Plus



Résultats

  • Jeux
    Résultat
    Sport
    Epreuves
  • B 8:45.9
    Natation
    relais 4x200m nage libre hommes
    O 4:30.7
    Natation
    400m nage libre hommes

back to top En