skip to content
HOKETSU Hiroshi

Hiroshi HOKETSU

  • O 0
  • A 0
  • B 0

Le cavalier japonais Hiroshi Hoketsu grand habitué des compétitions équestres offre quelque espoir à tous ceux qui estiment être trop vieux pour devenir olympien.

Hiroshi Hoketsu, 71 ans, était le plus âgé des concurrents à Beijing en 2008 et en 2012 à Londres. Près d’un demi-siècle après les Jeux à Tokyo en 1964, il a terminé 17e sur 24 dans la compétition de dressage.

Après sa première apparition en compétition olympique, il s’en est allé étudier l’économie à l’Université Duke aux États-Unis, non sans poursuivre sa pratique de l’équitation. Plus tard et tout au long de sa carrière au Japon, il se lève à 5h00 du matin tous les jours pour monter à cheval avant de se rendre au bureau.

À son départ en retraite, sa femme l’incite à reprendre la compétition sportive ce qui lui vaut de se qualifier à Beijing et à Londres.

Il admet cependant que sa préparation aux récents Jeux a exigé de lui davantage de que de coutume. Sa concentration était telle qu’il n’a pas vu son épouse durant toute l’année qui a précédé sa prestation dans le parc de Greenwich.

« Il est difficile de demeurer si longtemps loin de chez soi à l’âge que j’ai, a-t-il reconnu devant les journalistes. Je dois tout à la patience et à la compréhension de ma femme. »

Ce cavalier japonais, qui s’entraîne en Allemagne n’estime pas que son âge soit un handicap : « J’ignore comment on est censé se sentir à 71 ans, » explique-t-il. « J’ai le même physique que quand j’étais à l’université. Il n’y pas de secret particulier. Je me lève à 7h00 !

« Longtemps je me suis levé à 5h00 pour aller monter, retourner à la maison avant de me rendre au bureau durant les 30 ans de ma vie professionnelle. Désormais je peux dormir jusqu’à 7h00, c’est un luxe ! »

Hoketsu qui s’est également qualifié pour les Jeux de 1988 n’a malheureusement pu concourir à Séoul car son cheval était retenu en quarantaine.

Et tristement, il s’est interdit de se présenter aux Jeux à Rio en 2016, non pas qu’il se trouve trop vieux mais Whisper, son cheval, ne rajeunit pas et lutte contre une rigidité aux tendons.

« J’aimerais aller au Brésil mais je ne pense pas pouvoir. » dit-il. « Trouver un remplaçant d’ici à Rio de Janeiro sera difficile. Ma monture actuelle est trop âgée pour ça. Ce qui me motive néanmoins c’est que je sens que je ne cesse de m’améliorer. Si j’avais l’impression d’être pire qu’avant j’arrêterais »

Il ajoute : « ma femme préférerait que cela soit ma dernière année de compétition et tel sera probablement le cas. J’estime néanmoins que mon style s’améliore encore et je suis meilleur cavalier que j’étais à quarante ans. »

Plus




back to top