skip to content

Les retombées positives de la tenue à Londres de la plus grande manifestation terrestre continueront de s’y ressentir dans les générations à venir.

La régénération de l’Est de Londres, et notamment le site du Parc olympique à Stratford, entraînera des bénéfices insoupçonnés pour ce quartier et pour la population qui y réside.

Le Parc olympique sera transformé en Parc paysager Reine Elizabeth et les sites permanents qui y ont été construits offriront de nouveaux équipements de loisirs. L’intérêt renouvelé que les Jeux ont entraîné pour cette partie de Londres, couplé à l’amélioration des liaisons de transport et au nouveau centre commercial adjacent au Parc, ne manquera pas de provoquer une augmentation de sa fréquentation et des investissements dans l’ensemble de l’arrondissement.

Olympic Park London 2012 - Aerial View Getty

Les sites permanents comme le vélodrome et le parc aquatique bénéficieront non seulement aux gens des alentours qui pourront les fréquenter à des prix abordables mais ils encourageront aussi l’ensemble des Londoniens à la pratique d’activités sportives. Ils serviront également de cadre à des manifestations de classe internationale lesquelles à leur tour attireront à Londres un surcroît de tourisme, ce qui donnera un coup de fouet aux entreprises opérant dans la capitale.

Le legs sportif dont les Jeux sont à l’origine aura lui aussi un impact durable sur la capitale et ses habitants. Les Jeux de 2012 à Londres ont entraîné un intérêt considérable pour le sport et un certain nombre de projets existent déjà pour tirer parti de l’enthousiasme qu’ils ont provoqué et inciter le public à la pratique sportive.

Boris Johnson, maire de Londres, a indiqué comment Londres devait maintenir l’impulsion donnée par les Jeux et garantir un héritage durable à la capitale. « Nous pouvons tirer de ces Jeux des legs en matière de transport, de logements, d’infrastructures, couplés à un héritage sportif, culturel et social et transformer ces Jeux en or pour les dizaines d’années à venir.

Londres 2012 - Faits & Chiffres

Londres 2012 - Changing Places IOC

Tirant son inspiration du travail intensif de réhabilitation en cours dans le parc olympique, le concept du programme « Changing Places » entendait initialement alléger les problèmes sociaux et environnementaux des zones limitrophes du principal site olympique en encourageant les habitants des arrondissements à améliorer leur propre quartier.

En plus d’aborder ces questions importantes, le programme voulait également contribuer à associer  davantage les habitants à l’organisation des Jeux et à leur procurer le sentiment de s’approprier ce qui se passait devant chez eux. Si cela fonctionne, le programme pourrait être synonyme de vrai changement pour un grand nombre de personnes, et les effets des Jeux pourraient se déployer bien au-delà de l’été 2012.

Le programme Changing Places poursuivait trois objectifs principaux:

  1. Inciter les collectivités à améliorer les espaces publics (parcs, espaces ouverts et espaces riverains par exemple),
  2. donner aux gens l’occasion de s’intéresser à autre chose et d’assimiler de nouvelles compétences et
  3. améliorer la qualité de l’environnement des sites de Londres 2012 et au-delà, afin de mettre en place des changements à long terme.
Londres 2012  - Jeunes ambassadeurs Getty

Lorsque la ville de Londres s’est portée candidate à l’organisation des Jeux de la XXXe Olympiade, elle s’est immédiatement engagée à placer les jeunes au centre des Jeux et à inciter toute une génération à faire le choix du sport. Un programme a adopté une approche novatrice envers l’engagement des jeunes.

« Pour les jeunes, par les jeunes », telle est la description faite par Ian Cawley, membre de l’organisme caritatif d’éducation sportive Youth Support Trust (YST), à propos de l’initiative intitulée Jeunes ambassadeurs mise en place par YST avec le soutien du comité d’organisation des Jeux de Londres (LOCOG), de la Fondation olympique britannique (BOF), de l’Association paralympique britannique (BPA), des instances gouvernementales et, plus récemment, d’Adidas comme sponsor privé.

L’activité clé du programme consiste à promouvoir plusieurs espoirs très talentueux de 15-19 ans au sein des établissements scolaires du Royaume-Uni. Les jeunes ambassadeurs potentiels sont sélectionnés pour leur talent sportif et/ou leur exceptionnel engagement et pour leur capacité à œuvrer comme jeunes dirigeants ou volontaires.

La philosophie du programme part du principe que les jeunes savent souvent bien mieux communiquer entre eux que les adultes et sont plus souvent pris comme modèles qu’eux. Une fois formés, ces jeunes ambassadeurs deviennent donc des exemples dont leurs pairs s’inspirent.

Leurs tâches se déclinent en trois volets:

  • Promouvoir Londres 2012 au sein de leur école et de leur communauté ;
  • Se servir de l’effet de Londres 2012 pour accroître la pratique du sport et de l’éducation physique (EP) parmi leurs semblables ;
  • Promouvoir et vivre les valeurs olympiques et paralympiques que sont le respect, l’amitié, l’excellence individuelle, le courage, la détermination, l’inspiration et l’égalité.

Grâce à cette approche de groupe identitaire, 11 000 jeunes ambassadeurs se sont déployés au Royaume-Uni en 2012 afin d’encourager des milliers d’autres jeunes à faire du sport et à intégrer les valeurs olympiques dans leur existence.

Londres 2012 - Vision culinaire IOC

La question de l’approvisionnement durant les Jeux représente un défi de taille pour les villes hôtes. Cependant, ces Jeux 2012 se sont distingués des Jeux précédents par l’attention particulière accordée à l’aspect culinaire – et notamment la décision prise par le comité d’organisation des Jeux Olympiques de Londres (LOCOG) de mettre sur pied une « Vision culinaire durable ».

L’objectif poursuivi par LOCOG ne consistait pas uniquement à s’assurer du bon déroulement du système de restauration mais également d’en faire une source d’inspiration pour toutes les personnes se restaurant sur un site olympique. Il a voulu améliorer l’industrie alimentaire locale et laisser un héritage durable et positif après les Jeux. Sa vision culinaire s’est déroulée sur la devise éthique « Des Jeux plus goûteux, plus sains et plus verts ».

Après la parution de la publication du LOCOG sur sa vision culinaire en décembre 2009, le maire de Londres a émis un communiqué de presse pour indiquer qu’il adopterait les normes culinaires de Londres 2012 et veillerait à ce que les exigences de durabilité soient intégrées dans les futurs contrats. Le maire de Londres est en charge d’un des plus grands départements du secteur public d’acheteurs et de consommateurs de nourriture à Londres ; ses 30 000 employés sont répartis sur des centaines de sites et consomment des centaines de milliers de repas chaque semaine. C’est la première fois qu’un organisme aussi important du Royaume-Uni prend un engagement de ce type. Cela signifie qu’à partir de 2012, les salariés et visiteurs du Greater London Authority (GLA) auront l’assurance de bénéficier de repas plus sains, produits dans un souci accru de durabilité environnementale et de respect du bien-être des animaux.

Londres 2012 - Fire Fit IOC

Quel est le rapport entre un service d’incendie et de sauvetage situé à 300 km du Parc olympique de Londres et les Jeux de 2012 ? La réponse se trouve dans l’approche novatrice de l’engagement communautaire dans laquelle s’est engagé le Royaume-Uni.

La paternité de Fire Fit revient au service d’incendie et de sauvetage régional de Merseyside (MFRS) qui exploite 26 casernes de pompiers desservant 1,4 million de personnes vivant à Liverpool et alentours. En tant que projet lauréat d’Inspire Mark de Londres 2012, Fire Fit tend à construire « des communautés plus sûres et plus fortes » grâce à un programme varié d’activités sportives, culturelles et récréatives destiné aux masses. Ces activités sont organisées et dirigées par des membres du service d’incendie MFRS en collaboration avec un réseau de partenaires.

Les initiatives comprennent un parcours du combattant pour les familles, l’installation d’une « cage de football » et de murs de grimpes mobiles dans les quartiers défavorisés, la création de productions de théâtre dans les différentes casernes et l’organisation de « ournées d’été sportives et festives » qui ont pour but de favoriser la cohésion de la collectivité et de promouvoir la santé publique et la sécurité. En plus d’avoir un effet rassembleur et d’encourager les gens à adopter un mode de vie plus sain et plus actif, Fire Fit a également déployé des effets bénéfiques sur les services d’urgence. Il ressort en effet du rapport d’évaluation de MFRS que les incendies et incidents policiers sont en diminution dans les endroits où Fire Fit a été mis en œuvre avec la collectivité locale, et plus particulièrement avec la population jeune.

back to top