skip to content
DI CENTA Giorgio
DI CENTA Giorgio

Giorgio DI CENTA

  • O 2
  • A 1
  • B 0

Une affaire de famille

Le petit frère de la septuple médaillée olympique Manuela Di Centa a réussi à perpétuer la tradition familiale et à se faire un prénom, triomphant devant ses supporters à l’arrivée du 30km départ groupé des Jeux de Turin 2006.

Un final à couper le souffle

Ils sont sept coureurs à se disputer la victoire, ce 26 février 2006 à Pragelato, dans la dernière ligne droite du 50km départ groupé, ultime épreuve de ski de fond des Jeux d’hiver de Turin 2006. Dans la petite montée à l’entrée du stade, Giorgio Di Centa place un démarrage qui lui permet de prendre une longueur d’avance et de franchir la ligne d’arrivée 8/100e de seconde devant le Russe Eugeni Dementiev suivi par l’Autrichien Mikhail Botvinov à 9/100e. Ce final au  Centa est fêté comme il se doit par une foule en délire et remporte sa 2e médaille d’or « à domicile » après le relais 4x10km disputé une semaine plus tôt avec Fabio Valbusa, Pietro Piller Cottrer et Christian Zorzi. « Aujourd’hui encore, les gens me parlent de l’émotion qu’ils ont ressenti, de la façon dont ils se sont identifiés à ma victoire » dit-il des années plus tard.

Une famille sportive

Dans la maison familiale de la petite ville de Paluzza, Giorgio est le troisième enfant de Gaetano et Maria Luisa Di Centa, frère cadet de Manuela et d’Andrea. Ce dernier, promis à une belle carrière sportive, est victime à 18 ans d’un grave accident de scooter qui met fin à ses rêves, tandis que Manuela deviendra une immense championne, remportant sept médailles olympiques dont deux en or. Giorgio, pour sa part, souffre d’asthme dans sa tendre enfance. « Mon père m’amenait marcher en montagne pour que je puisse respirer un air pur. C’est une des raisons qui m’ont rapproché du sport... et de mes splendides montagnes ». Celles de la « Carnia » en Frioul-Vénétie-Julienne, aux confins de l’Autriche et de la Slovénie. Tout jeune, il voit son frère et sa soeur aînés s’entraîner assidûment, disputer des courses toutes les semaines, et se moque d’eux en leur disant « Tant d’efforts et de fatigue ! Je ne serai jamais aussi stupide que vous ! ».

Le virus du ski de fond

Giorgio est toutefois gagné par le virus familial, et se retrouve à 16 ans en équipe d’Italie juniors de ski de fond. Il devient également carabinier ce qui lui apporte la sérénité et la possibilité de se consacrer pleinement à son sport. Il débute en coupe du monde à 20 ans, en 1993 et monte sur son premier podium à Hakuba (Japon) en 1997 en se classant 2e du 15km libre. Avec la formation italienne, Giorgio s’impose plusieurs fois en relais et c’est en compagnie de Fabio Maj, Pietro Piller Cottrer et Christian Zorzi qu’il remporte en 2002 à Salt Lake City sa première médaille olympique en prenant la 2e place du 4x10km derrière la Norvège.

De plus en plus fort avec l’expérience

Marié avec Rita, père de trois enfants, Giorgio connait ses meilleurs résultats à l’approche de la quarantaine. Après ses exploits turinois, on le retrouve souvent sur le podium lors des saisons 2007-2008 et 2008-2009 de Coupe du monde, et enfin, le 5 février 2010 à Canmore (Canada), il remporte sa première victoire à l’arrivée du 15km libre. Ce même mois, il est le porte-drapeau de la délégation italienne lors de la cérémonie d’ouverture des Jeux de Vancouver où il ne connaît pas la réussite. Qu’à cela ne tienne, Giorgio Di Centa continue sa carrière et reste un fer de lance de l’équipe italienne de ski de fond. « A Sotchi, je peux réussir car mon corps répond bien à 1500m d’altitude » dit le champion qui a fêté ses 41 ans en 2013.

Plus

Galerie


Résultats

  • Jeux
    Résultat
    Sport
    Epreuves
  • O 2h06:11.8
    Ski
    50km hommes
    O 1h43:45.7
    Ski
    Relais 4x10km hommes
  • A 01:32:45.800
    Ski
    Relais 4x10km hommes


back to top