skip to content
SANCHEZ Felix
SANCHEZ Felix

Felix SANCHEZ

  • O 0
  • A 0
  • B 0

La victoire remportée aux Jeux de 2012 à Londres a été un moment chargé d’émotion pour le Dominicain Félix Sánchez, ancien champion olympique du 400 m haies.

Après la grande douleur ressentie à Beijing où il ne réussit même pas à accéder en finale du 400 m haies, il se trouve dans l’incapacité de défendre son titre. Quatre ans plus tard, il décroche toutefois l’or, devenant le plus vieil athlète à s’octroyer une médaille aux Jeux dans cette discipline.

La course est présentée comme une bataille entre le numéro un mondial Javier Culson et le champion du monde britannique Dai Greene, mais Felix Sánchez, arborant ses légendaires lunettes en verre teinté, arrache  la victoire en 47,63 s, réalisant le même temps qui lui avait valu le titre de champion en 2004 à Athènes.

Quand on lui demande quelle sera sa réaction quand il sera de retour dans la République dominicaine, l’athlète de 34 ans répond : "Ca va être géant. Ils s’attendaient à ce que je gagne les Championnats du monde (il a remporté les Championnats du monde de 2001 et 2003), mais personne ne s’attendait à cela. Ils étaient nombreux à dire que je devais prendre ma retraite, mais je me suis accroché."

En effet, Felix Sánchez n’est pas un athlète qui renonce. Son rêve de défendre l’or en Chine est toutefois cruellement anéanti quand, le jour même des séries du 400 m haies, il apprend le décès de sa grand-mère Lillian, ce qui le bouleverse  profondément.

Peu de personnes auraient pu prédire qu’à l’âge de trente-cinq ans environ il  reviendrait sur la scène pour s’offrir une deuxième médaille d’or dans une course aussi exigeante physiquement. Et c’est pourtant ce qu’il fait. Inspiré par le souvenir d’une grand-mère qu’il chérissait, il a même épinglé sa photo sur son dossard et inscrit son nom sur ses chaussures.

Et tandis que la pluie commence à tomber sur le stade olympique et qu’il attend de recevoir sa médaille, il confie avoir senti sa présence à ses côtés sur le podium.

Lors d’une conférence de presse, il déclare: "Il a commencé à pleuvoir.  C’était comme si c’était elle qui pleurait de joie avec moi. J’ai été ému durant toute la semaine, je pensais à elle en me demandant si je pouvais gagner."

Felix Sánchez est né aux États-Unis en 1977, mais fait le choix de courir pour la  République dominicaine. Il commence à porter les couleurs de son pays aux Jeux panaméricains de 1999; de 2001 à 2003 il remporte 43 courses d’affilée, et est couronné champion du monde à deux reprises.

Mais victime d’une série de blessures après les Jeux de Beijing, il semble devoir mettre un terme à sa carrière sans réitérer sa victoire d’Athènes. Sa persévérance a toutefois gain de cause et sa victoire incroyable et inattendue à Londres  électrise les spectateurs.

Le généreux coureur entreprend de créer une fondation dans son pays d’origine. Cette dernière offre aux enfants défavorisés l’opportunité de pratiquer un sport, en leur fournissant des vêtements, des livres et du matériel, et en les aidant sur les plans de la formation et de l’éducation.

Après avoir gravi la plus haute marche du podium à Londres, il ajoute : "J’ai eu tellement de déboires durant ces huit dernières années. Je me demandais vraiment si j’allais pouvoir revenir sur le stade mais j’ai été parmi les meilleurs pendant si longtemps. Quand tu domines les autres, tu as vraiment confiance en toi."

MoreLabel
Plus


Résultats



back to top