skip to content

Fabian CANCELLARA

  • 2
  • 1
  • 0

Le maître du temps

Au cours d’une carrière prolifique, le champion suisse Fabian Cancellara a triomphé deux fois dans le contre-la-montre olympique : à Beijing en 2008 et à Rio en 2016 où il a disputé la dernière course de sa carrière à 35 ans, quittant le cyclisme au sommet !

Spartacus

« Je suis comme une montre suisse. Je sais comment courir contre la montre, et comme tous les Suisses, j’ai la tête dure, très dure, » a un jour résumé celui que le milieu du cyclisme a surnommé « Spartacus » pour son impressionnante puissance physique. Né dans le canton de Bern d’un père italien et d’une mère suisse-allemande, Il découvre son sport à l’âge de 13 ans en tombant sur une vieille bicyclette dans le garage familial. En l’enfourchant, en partant se balader, il en tombe amoureux et abandonne rapidement le football pour se consacrer au vélo. « Ca a complètement changé ma vie. J’ai réalisé d’un coup que j’étais resté enfermé dans une boîte, et que la nature m’avait permis d’ouvrir les yeux sur de nouvelles aspirations. Je me suis alors lancé, moi et mon corps, dans la course sur route. Les spectaculaires routes de montagnes suisses sont les plus belles au monde. »

Un coureur tout terrain  

Durant sa brillante carrière, Fabian Cancellara va exceller aussi bien dans l’exercice solitaire du contre-la-montre que dans la course en ligne, grandes classiques et courses par étapes. Il est champion du monde junior du contre-la-montre en 1998 et en 1999, et passe professionnel au tournant du XXIe siècle, à 19 ans. Equipier précieux pour mener le train et préparer le sprint pour son leader d’équipe, le Suisse prend son véritable envol en 2006. En mars, il remporte une victoire de prestige à l’arrivée du Paris-Roubaix, « la reine des classiques », et en septembre, il est pour la première fois sacré champion du monde du contre-la-montre à Salzbourg (Autriche). L’année suivante, Fabian Cancellara s’adjuge deux étapes du Tour de France dont le prologue, avant de conserver son titre mondial du contre-la-montre à Stuttgart.

A l’heure, à Beijing 2008

Vainqueur de trois grandes classiques italiennes en mars 2008 (Monte Paschi Eroica, Tirreno-Adriatico et Milan-San Remo), et 2e du Paris-Roubaix, Fabian Cancellara commence ses Jeux de Beijing en « revenant de nulle part » le 9 août dans la course sur route pour participer au sprint final dont l’Espagnol Samuel Sanchez sort vainqueur. « Spartacus », 3e dans un premier temps, est finalement médaillé d’argent à la suite de la disqualification pour dopage de l’Italien Davide Rebellin. Le 13 août, sur le parcours vallonné du contre-la-montre (deux boucles de 23,8 km pour un total de 47, 6 km), Fabian Cancellara est le dernier coureur à s’élancer. Il commence plutôt prudemment puis monte en puissance. Au dernier pointage intermédiaire, il est en retard de 6 secondes sur le Suédois Gustav Larsson. Il passe alors la surmultipliée dans le final en légère descente et l’emporte avec 33 secondes d’avance sur Larsson, alors que l’Américain Levi Lepheimer prend le  bronze à 1:09. « En haut de la dernière montée, j’ai pris connaissance de mon retard, alors j’ai donné tout ce que je pouvais », raconte le vainqueur, « J’étais le favori, je m’étais spécialement préparé pour ce jour, il y avait donc beaucoup de pression, mais je suis fier de gagner la médaille d’or. »          

Un dernier contre-la-montre olympique à Rio 2016

En 2009 à Mendrisio (Suisse) et en 2010 à Melbourne (Australie) Cancellara remporte ses 3e et 4e titres de champion du monde du contre-la-montre. Il gagne le Tour de Suisse 2009, s’impose pour la deuxième fois dans le Paris-Roubaix en 2010 et continue à gagner des étapes sur le Tour de France, tout en étant champion de suisse en continu. Mais en avril 2012, il se fracture la clavicule en chutant lors du Tour des Flandres. Diminué lors des Jeux de Londres, il termine 106e de la course en ligne, et abandonne son titre du contre-la-montre en se classant 7e.  Auteur d’un nouveau doublé Tour des Flandres-Paris Roubaix en 2013, Fabian Cancellara va aussi devenir le coureur ayant porté le plus souvent le maillot jaune du Tour de France (29 fois) sans l’avoir gagné. Il revient une dernière fois sur la grande scène olympique lors des Jeux de Rio 2016, à 35 ans.

La victoire et la retraite
Le 10 août 2016 sur le parcours olympique de Grumari, Fabian Cancellara dispute l’ultime course de sa si belle carrière. Il l’a annoncé avant de prendre le départ de son troisième contre-la-montre olympique. Tout en puissance il prend de l’avance à la marque des 10km, premier temps intermédiaire, mais aux 19.7km, c’est l’Australien Rohan Dennis qui est le plus rapide, reléguant le coureur suisse à plus de 24 secondes.  Sur ce parcours exigeant, Cancellara prend finalement le dessus dans la seconde moitié de course. Rohan Dennis étant ensuite retardé par un bris de guidon (il finira 5ème), le coureur au maillot rouge, blanc et noir impose sa supériorité dans le second tour de parcours pour boucler la distance de 54,5 km à la moyenne de 45,255 km/h. Cancellara pleure longuement après cette superbe victoire. Au final, il bat le Néerlandais Tom Dumoulin, médaillé d’argent, de 47 secondes. Le vainqueur du Tour de France Chris Froome prend le bronze à plus d’une minute. « ll n’y a tout simplement pas de mots. Laisser le sport avec une médaille d’or, c’est la façon la plus parfaite de mettre un point final à ma carrière. J’ai poussé un grand cri sur le podium. C’était le dernier gros contre-la-montre de ma vie ! » note le double champion olympique qui s’en va au sommet.
Plus



Résultats

  • Jeux
    Résultat
    Sport
    Epreuves
  • 1:12:15.42
    Cyclisme
    épreuve contre la montre individuel
  • 1h02:11.43
    Cyclisme
    épreuve contre la montre individuel hommes
    6h23:49
    Cyclisme
    course sur route individuelle hommes

back to top En