skip to content

Ester LEDECKA

  • O 2
  • A 0
  • B 0

Un exploit pour l'histoire à PyeongChang 2018

En l'espace d'une semaine, Ester Ledecka a inscrit son nom dans le grand livre des Jeux d'hiver. Meilleure spécialiste mondiale du snowboard alpin, elle a commencé par surprendre toutes les favorites dans le super-G, avant de remporter sans discussion la finale du géant parallèle en snowboard. Gagner dans deux sports durant les mêmes Jeux est un exploit totalement inédit. Son visage incrédule dans l'aire d'arrivée du super-G à Jeongseon restera comme une image forte des Jeux de PyeongChang 2018.

Séisme à Jeongseon

Dimanche 17 février 2018, Ester Ledecka crée un véritable séisme en gagnant le super-G, après avoir dévalé la piste de Jeongseon tout en fluidité, rapidité et précision avec son dossard n°26 pour devancer d'1/100e la tenante du titre autrichienne Anna Veith et toutes les reines de la vitesse en ski alpin. L'image de la championne tchèque totalement incrédule dans l'aire d'arrivée restera longtemps dans les mémoires. Une semaine plus tard, spécialiste du snowboard alpin, quasi invincible durant toute la saison, championne du monde en titre, elle s'impose sans discussion en finale du géant parallèle face à l'Allemande Selina Jörg pour entrer dans la légende avec deux médailles d'or dans les mêmes Jeux, dans deux sports sur la neige, deux planches... une planche. Exceptionnel ! L'exploit majeur des Jeux de PyeongChang 2018.

Le snowboard et le ski alpin depuis le début

À l'automne 2017, la petite-fille de la star du hockey tchécoslovaque Jan Klapac (doublé médaillé olympique, champion du monde 1972), expliquait en vue de ces Jeux :  "Je vais sans aucun doute essayer d'être la meilleure dans les deux sports et on verra bien." Qui l'aurait crue alors ? "Depuis le début, les gens me disent : “Tu ne peux pas faire les deux sports, tu dois te spécialiser ou tu n’atteindras jamais le plus haut niveau". Depuis que j’ai 14 ans, mes entraîneurs me disent : “Tu dois faire un choix et bla-bla-bla.” Je leur réponds : “Je ferai les deux, et si ça t’ennuie, je trouverai un autre entraîneur parce que ce sera comme ça et pas autrement.”  C'est... comme ça, et pas autrement qu'Ester Ledecka prouvera au monde entier la justesse de son parcours inédit sur la neige.

D'un sport à l'autre pour se nourrir

Finalement, elle se nourrit des deux sports. Son entraîneur de ski alpin Tomas Bank explique : "Le snowboard lui donne un grand équilibre et un bon feeling, alors que le ski alpin l'aide sur sa planche parce que ça va plus vite. Elle doit trouver que le snowboard avance au ralenti ! Ses rivales ne se sont jamais montrées aussi rapides qu'elle." Son entraîneur du snowboard Justin Reiter ajoute : "Le seul problème avec elle, c'est qu'elle ne veut jamais quitter la pente. Elle en veut toujours plus, plus de runs !" Aux premières loges pour observer le phénomène, le spécialiste français du snowboard alpin Sylvain Dufour témoigne : "Chez les snowboardeuses, elle est complètement au-dessus du lot. Elle a pris six départs avant les Jeux et elle en a gagné cinq. Le seul qu'elle n'a pas gagné c'est celui du slalom. En snowboard, c'est un monstre." En effet, puisque dans cette discipline, elle gagne encore la dernière épreuve de la saison à Scuol (Suisse) le 10 mars, et s’adjuge haut la main le globe de la discipline... son troisième consécutif.

Une sportive multicartes

Comme l'explique la FIS, "la route menant Ester Ledecka aux sports professionnels a été pavée dès le jour de sa naissance", le 23 mars 1995 à Prague. Sa mère Zuzana est une patineuse artistique émérite, son père Janek est un chanteur connu en République tchèque et son grand père Jan Klapáč a été membre de l'équipe tchécoslovaque de hockey sur glace médaillée de bronze à Innsbruck en 1964 et d'argent à Grenoble en 1968. Ester est une sportive multicartes dès son enfance, démarrant par le hockey sur glace, sur les skis à l'âge de quatre ans, avant de se mettre au snowboard. Elle joue de la guitare, adore chanter, et pratique aussi les sports d'été comme le beach-volley et la planche à voile.

Dominatrice en snowboard

Elle est encore lycéenne lorsque qu'elle débute en Coupe du monde de snowboard lors de la saison 2012-2013 où elle est parallèlement sacrée double championne du monde junior, en mars à Erzurum (Turquie). Ester Ledecka remporte sa première victoire en géant parallèle en janvier 2014 à Rogla (Slovénie) et attire l'attention aux Jeux de Sotchi 2014 où, à 17 ans, elle termine 6e du slalom parallèle et se classe 7e du géant. Elle prend ensuite son envol, avec un premier titre mondial en slalom parallèle remporté le 22 janvier 2015 à Kreischberg (Autriche) où elle bat la championne olympique autrichienne en titre Julia Dujmovits en finale, avant de s'adjuger deux globes de cristal (classement général parallèle et géant parallèle) au terme de la saison 2015-2016. Et le 6 février 2016, elle dispute sa première épreuve en Coupe du monde de ski alpin, la descente de Garmisch-Partenkirchen où elle marque d'entrée 7 points pour sa 24e place.

Deux Championnats du monde en 2017

À 21 ans, lors de la saison 2016-2017, Ester Ledecka remporte le classement général de la Coupe du monde des épreuves parallèles en snowboard et s'adjuge deux médailles en mars aux Mondiaux FIS de Sierra Nevada (Espagne) : l'argent en slalom parallèle pour commencer, puis l'or en géant parallèle, la discipline olympique. "C'est un rêve qui devient réalité. C'est énorme", dit-elle dans les montagnes andalouses. "C'était mon but de disputer les deux Championnats du monde cette saison, ceux du ski alpin et du snowboard, et c'est ici le grand bonus : j'ai deux médailles, je suis ravie". Ester Ledecka a en effet participé au slalom géant, au super-G, au combiné et à la descente des Championnats du monde de Saint-Moritz (Suisse) en février, obtenant son meilleur résultat dans le combiné : 20e.

Pas de limites

Lors de l'hiver olympique, elle continue à dominer de la tête et des épaules le snowboard parallèle, et obtient son meilleur résultat en Coupe du monde de ski alpin : 7e de la descente de Lake Louise le 2 décembre 2017. Mais en super-G, son meilleur résultat avant les Jeux est une 19e place.

Après son exploit majuscule sur les neiges coréennes, après sa victoire dans la dernière épreuve de géant parallèle de la saison, on la retrouve encore le 6 avril sur un slalom géant du circuit FIS de ski alpin aux Ménuires (France), où elle l'emporte ! Bref, ce qui paraissait impossible... est devenu possible pour la championne tchèque, qui n'a sûrement aucune intention de s'arrêter en si bon chemin ! Personne ne connaît encore ses limites.

Plus


Résultats

  • Jeux
    Résultat
    Sport
    Epreuves
  • O
    Ski
    Slalom géant parallèle
    O 1:21.11
    Ski
    Super-G


back to top En