skip to content

L'escalade est devenue très populaire au cours des vingt dernières années.

En 1985, un groupe de grimpeurs s'est réuni à Bardonecchia, près de Turin, en Italie, pour un événement appelé "SportRoccia", qui est devenu la première compétition d'escalade de difficulté organisée, dans laquelle les concurrents grimpent dans un temps limité.

Compétitions : de la roche aux murs d'escalade

Le premier événement sur un mur d'escalade artificiel a été organisé dans un gymnase à Vaulx-en-Velin, près de Lyon, en 1986.

Au début des années 1990, il a été décrété que les événements internationaux se dérouleraient uniquement sur des infrastructures conçues à cet effet, sans que l'environnement naturel ne soit affecté. La préservation de l'environnement étant l'une des valeurs fondamentales du sport, les grimpeurs sont responsables de l'entretien des lieux dans lesquels ils escaladent.

En quelques années, le développement de murs d'escalade a contribué à la popularité de la discipline, la rendant accessible à tous.

Selon le site web de la Fédération internationale d'escalade sportive, 25 millions de personnes pratiquent régulièrement l'escalade (données de 2012).

Le sport fera ses débuts olympiques à Tokyo en 2020.

Règlement de la compétition à Tokyo

Quarante athlètes au total se retrouveront à Tokyo, répartis en deux groupes de 20. Ils concourront dans trois disciplines : bloc, difficulté et vitesse.

Chaque tour commencera par la présentation des athlètes, suivie d'une observation des voies.

En difficulté, les athlètes tentent de grimper aussi haut que possible sur un mur mesurant plus de 15 m de hauteur et 6 m en devers dans un temps limité.

En escalade de bloc, l'objectif est de surmonter le plus de difficultés sur une voie en effectuant le moins de tentatives possible sur des structures de 4,5 m de hauteur dans un délai fixé. C'est le nombre de difficultés résolues qui détermine le classement.

Le but de l'escalade de vitesse consiste à atteindre le sommet d'un mur de 15 m de hauteur le plus rapidement possible, avec des concurrents qui escaladent par paires sur des voies identiques.

Chaque grimpeur concourra dans les trois disciplines, le classement final reflétant les résultats combinés. Le résultat de l’athlète dans chaque discipline se multiplie et le grimpeur ayant le plus petit nombre de points est déclaré vainqueur.

Plus



back to top En