skip to content

Eric FRENZEL

  • O 3
  • A 1
  • B 2

Géant du combiné nordique

Meilleur spécialiste mondial du combiné nordique des années 2010, Eric Frenzel compte un record de cinq victoires consécutives au classement de la Coupe du monde. De Sotchi en 2014 à PyeongChang en 2018, il réussit l'exploit de conserver son titre sur tremplin normal, et s'installe tout en haut du palmarès avec six médailles olympiques dont trois en or.

 L'enfant de la balle

"Sauter loin, skier vite", Eric Frenzel s’y applique depuis sa plus tendre enfance. Son père, entraîneur de combiné nordique, l’a mis sur les skis à deux ans et en haut d’un tremplin à six ans. "C’est lui qui m’a intéressé à ce sport magnifique", dit-il. Champion du monde junior en sprint à Tarvisio (Italie) en mars 2007, il débute sur la Coupe du monde FIS la même année à 19 ans. Mais il devra patienter et parfaire son talent avant d’atteindre les sommets mondiaux. Jeune père d'un petit Phillip, il dispute ses premiers Jeux à Vancouver en 2010 revenant du tremplin et des pistes de Whistler avec la médaille de bronze par équipes remportée en compagnie de Johannes Ridzek, Tino Edelmann et Björn Kircheisen derrière les États-Unis (argent) et l'Autriche (or).

Successeur de Jason Lamy-Chappuis

Eric Frenzel marque une première fois l’histoire de son sport en devenant champion du monde sur le petit tremplin d’Holmenkollen à Oslo en mars 2011, puis en prenant le bronze sur le grand tremplin, et deux médailles d’argent par équipes. Le 4 décembre 2011 à Lillehammer, il remporte la première course à pénalités organisée sur la Coupe du monde. Lors de la saison 2012-2013, il s’envole littéralement, met fin à la domination du Français Jason Lamy-Chappuis (trois fois de suite vainqueur de la Coupe du monde), remporte six victoires et gagne le classement général ainsi que le gros globe de cristal qui l’accompagne. Il devient également champion du monde individuel pour la deuxième fois en s’imposant sur le grand tremplin (K120 + 10km) de Val Di Fiemme le 28 février 2013.

Premier titre olympique

Eric Frenzel arrive aux Jeux de Sotchi dans la foulée d'un exploit unique : du 17 au 19 janvier 2014, devant 18 000 spectateurs enthousiastes à Seefeld (Allemagne), il remporte en effet la compétition labellisée « Triple » avec trois succès consécutifs sur 5 km, 10 km et 15 km ! Pour la presse de son pays, il devient "l’imbattable", "l'auteur d’un exploit historique", le "Roi de Seefeld", l’athlète qu’il faudra battre pour gagner dans la vallée de Krasnaïa Polyana. Large leader du classement général de la Coupe du monde, il s'élance en grand favori dans la compétition olympique tremplin normal qui démarre le 12 février sur la rampe HS106 de RusSki Gorki. Parti en tête pour les 10 km ski de fond après un bond à 103.0 m, il se détache avec le Japonais Akito Watabe puis le dépose dans le final et l'emporte avec quatre secondes d'avance. "C’est fabuleux, incroyable ! Il n’y a pas de mots pour décrire ce que je ressens. C’est le plus beau jour de ma vie", déclare-t-il alors. Il termine ensuite 10e de la compétition grand tremplin puis gagne le 20 février sa troisième médaille olympique, l'argent par équipes avec Kircheisen, Rydzek et Fabian Riessle, dernier relayeur battu au sprint par le Norvégien Jørgen Graabak.

 Record en Coupe du monde

Dans les quatre ans qui séparent les Jeux de Sotchi de ceux de PyeongChang, Eric Frenzel devient le recordman de victoires au classement de la Coupe du monde : il la remporte cinq fois consécutivement de 2013 à 2017. Il atteint les 40 victoires, dont treize dans son jardin de Seefeld, et s'adjuge cinq médailles aux Championnats du monde : l'or par équipes et l'argent en sprint en 2015 à Falun (Suède), de nouveau l'or par équipes, le titre en sprint avec Johannes Rydzek, et l'argent sur tremplin normal en 2017 à Lahti (Finlande). Mais son début de saison olympique 2017-2018 est très discret. Il est sevré de victoires et de podiums quand il arrive en République de Corée pour défendre son titre. Avant de relever le défi, il est le porte-drapeau de la délégation allemande lors de la cérémonie d'ouverture des XXIIIes Jeux d'hiver.

Démonstration de force

Le 14 février 2018 à Alpensia, Eric Frenzel ne prend le départ de la course de fond qu'en 5e position après le saut, à 36 secondes de l'Autrichien Frantz-Josef Rehrl qui a réalisé le meilleur bond. Mais l'épreuve sur 10 km tourne dans le final à une explication entre le champion allemand et Akito Watabe, comme quatre ans plus tôt à Sotchi. Frenzel porte son attaque imparable dans la très difficile montée finale. Il prend immédiatement une dizaine de secondes d’avance au moment de revenir dans le stade et il peut passer la ligne d’arrivée en roue libre, presque étonné de son immense performance. Watabe finit à presque 5 secondes, et l'Autrichien Lukas Klapfer vient prendre le bronze à 18 secondes. Eric Frenzel est le premier à conserver le titre sur tremplin normal depuis l'Allemand de l'Est Ulrich Wehling, vainqueur trois fois de suite en 1972, 1976 et 1980.

Sur tous les podiums à PyeongChang 2018

L'épreuve sur grand tremplin disputée le 20 février donne lieu à une démonstration de la patrouille allemande. Frenzel, Rydzek et Riessle, tous bien placés après le saut, attaquent en formation à 1 km du but, se détachent et se disputent la victoire au sprint : Johanne Rydzek triomphe, Fabian Riessle prend l'argent et Frenzel, le bronze. "Après une saison un peu mi-figue mi-raisin, nous avons montré que l'équipe d'Allemagne est puissante, et qu'elle est une force sur laquelle il faut compter. L'année dernière, nous avons réalisé un triplé en Coupe du monde, et nous recommençons dans le contexte olympique ! C'est sans prix", remarque le désormais quintuple médaillé olympique.

Et ce n'est pas fini ! Les Jeux de PyeongChang s'achèvent sur un grand chelem pour l'équipe d'Allemagne de combiné nordique et sur une 3e médaille d'or pour Eric Frenzel. Sur grand tremplin, l'équipe formée par Vinzenz Geiger, Fabian Riessle, Eric Frenzel et Johannes Rydzek effectue une véritable démonstration dans l'épreuve 4 x 5 km, et l'emporte avec une avance de plus de 52 secondes sur la Norvège qui était tenante du titre. "C'est une journée incroyable pour nous, spécialement après les Jeux de Sotchi, où nous avions été battus par la plus faible des marges", observe celui qui devient avec trois titres olympiques l'égal de l'Autrichien Felix Gottwald et du Finlandais Samppa Lajunen au sommet du palmarès, ses six médailles le voyant figurer juste derrière Gottwald (sept podiums entre 2002 et 2010).

À PyeongChang 2018, Eric Frenzel s'est définitivement installé à 29 ans comme un géant de sa discipline. "Nous planifions quatre années supplémentaires avec mon entraîneur Frank Erlbeck, ce qui veut dire que si je continue à performer, je prendrai un nouveau départ aux Jeux Olympiques", dit-il en mai avant de reprendre l'entraînement pour une nouvelle saison.

Plus


Résultats

  • Jeux
    Résultat
    Sport
    Epreuves
  • B 23:53.3
    Ski
    Individuel LH
    O 24:51.4
    Ski
    Individuel, NH
    O 46:09.8
    Ski
    Par équipes 4x5km
  • A 47:13.8
    Ski
    Par équipes hommes
    O 23:50.2
    Ski
    Individuel hommes
  • B 49:51.1
    Ski
    Par équipes hommes


back to top En