skip to content
DI FRANCISCA Elisa
DI FRANCISCA Elisa

Elisa DI FRANCISCA

  • O 1
  • A 0
  • B 0

Elisa di Francisca, le rêve doré se réalise à Londres

Originaire de Jesi comme sa compatriote Valentina Vezzali, Elisa Di Francisca a été la reine des Jeux de Londres au fleuret, avec deux médailles d’or en individuel et par équipes.

Naitre dans une ville d’escrime

L’escrime est une tradition plus que centenaire en Italie, le pays qui occupe la première place du palmarès olympique avec 121 médailles dont 48 en or depuis 1896 !  Pour ce qui est de ces dernières décennies, Jesi, dans la région des Marches occupe une place à part. C’est une ville d’escrime et plus spécifiquement de fleuret, dont le club a produit plusieurs champions et championnes olympiques. La sextuple médaillée d’or Valentina Vezzali en est originaire, tout comme Elisa Di Francisca.  Pourtant, cette dernière commence enfant par la danse. « Je n’avais pas un grand feeling. Trop calme. Il me fallait plus de mouvement », raconte-t-elle.

Attendre son tour

Elisa se met donc au fleuret sous les ordres du réputé maitre Elio Triccoli et affiche rapidement de belles qualités, remportant en 1995, à 13 ans, le titre national de sa classe d’âge. En 2000, elle est vice-championne d’Italie junior et en 2001, médaillée de bronze mondiale, avant d’intégrer l’équipe d’Italie dans tous les grands tournois mondiaux à partir de 2003. En équipe avec notamment Valentina Vezzali, Elisa va remporter plusieurs titres mondiaux et européens. Mais en individuel, elle grandit dans son ombre. Ainsi, Elisa Di Francisca n’est pas sélectionnée pour les Jeux de Beijing en 2008 où on lui offre pourtant un poste de remplaçante qu’elle décline.

Tout change à Paris en 2010

2010 est l’année d’Elisa di Francisca. A Paris, lors des championnats du monde disputés sous la verrière du Grand Palais, elle mène un parcours royal et triomphe 15-11 en finale face à sa compatriote Arianna Errigo pour remporter son premier grand titre individuel. Elle est championne d’Europe l’année suivante à Leipzig, et pour faire bonne mesure, championne d’Italie à Livourne, les deux fois en battant Vezzali en finale.

Double triomphe à Londres

Le 28 juillet 2012 sur la piste de l’Excel, Elisa Di Francisca dispute son premier tournoi olympique. Elle le mène avec autorité, se montrant intraitable pour la libanaise Mona Shaito en 1/32e de finale (15-2), pour l’Allemande Caroline Golubitskyi en 1/8e (15-9) puis pour la Japonaise Chieko Sugawara en quarts (15-9). En demi-finale, elle s’impose à la mort subite devant la Coréenne Nam Hyun Hee (11-10). Pour l’or, elle affronte Arianna Errigo et les deux compatriotes sont aà égalité 11-11 à la fin du temps réglementaire. Elisa obtient la priorité et porte immédiatement la touche gagnante. L’Italie réalise un triplé avec la médaille de bronze remportée par Valentina Vezzali.

Dans le tournoi par équipes le 2 août, les trois championnes italiennes unissent leurs forces et font très mal à toutes leurs adversaires, jusqu’au triomphe final 45-31 face à la Russie. « Nous sommes si heureuses » s’exclame Elisa, « Ca avait l’air vraiment facile, mais il y a tant de travail derrière tout ça. Et puis c’est génial de célébrer la victoire avec tant de fans. Ils nous ont soutenues tout du long, c’était comme avoir Rome à Londres ! ».

Son guide : Pablo Neruda !
Six fois championne du monde (dont 5 titres par équipes), 10 fois championne d’Europe (3 titres individuels gagnés en 2011, 2013 et 2014), double médaillée d’or olympique, Elisa Di Francisca a une phrase tatouée sur l’avant- bras qui, dit-elle, la représente : « Meurt Llentement, celui qui évite la passion, qui ne risque pas sa sécurité pour l’insécurité d’un rêve », extrait d’un poème de Pablo Neruda.
Plus



Résultats

  • Jeux
    Résultat
    Sport
    Epreuves
  • A
    Escrime
    fleuret individuel
  • O
    Escrime
    fleuret par équipes femmes
    O
    Escrime
    fleuret individuel femmes

back to top En