skip to content

Plus d’un siècle après leur première participation aux Jeux Olympiques, les athlètes féminines atteindront finalement la parité avec les hommes à Tokyo 2020. L’avancée vers l’égalité des sexes – aussi bien sur l’aire de compétition qu’en dehors – s’accélère depuis quelques années au sein du Mouvement olympique grâce en partie aux initiatives progressistes lancées par le Comité International Olympique (CIO).

CIO

Le nombre de femmes concourant aux Jeux a augmenté de manière significative, passant de 34 % à Atlanta 1996 à un nouveau record de 48,8 % attendu à Tokyo 2020, et un engagement à atteindre une égalité parfaite aux Jeux Olympiques de Paris 2024. En octobre 2018, les Jeux Olympiques de la Jeunesse (JOJ) de Buenos Aires 2018 étaient le tout premier événement olympique à afficher une parfaite égalité entre les sexes.

Les Jeux de Tokyo 2020 seront non seulement les premiers Jeux Olympiques d’été de l'histoire où l'équilibre entre les sexes sera respecté, mais ils verront également une pleine représentation des sexes au sein des 206 délégations. Par ailleurs, le CIO a changé les règles afin de permettre à un homme et une femme athlètes de porter ensemble le drapeau de leur délégation lors de la cérémonie d’ouverture, envoyant ainsi un message fort au monde.

CIO
UN LONG CHEMIN VERS L'ÉGALITÉ DES SEXES

La route a été longue depuis les Jeux Olympiques de Paris 1900, lorsque des athlètes féminines participèrent pour la première fois à cinq épreuves : tennis, voile, croquet, sports équestres et golf. Seules 22 y prirent part, représentant à peine 2,2% du nombre total de 997 concurrents.

Ces 25 dernières années en particulier, le CIO a encouragé les Comités Nationaux Olympiques (CNO) et les Fédérations Internationales (FI) à accroître la participation des femmes. Parmi les facteurs clés qui ont permis d’avoir plus d’athlètes féminines aux Jeux Olympiques, citons l’admission des femmes dans divers sports auparavant exclusivement masculins, les quotas fixés par le CIO et remplis par les FI, ainsi que l’augmentation du nombre d’épreuves avec remise de médailles pour les athlètes féminines.

CIO

Un nombre de décisions majeures ont été prises pour garantir un meilleur équilibre entre les sexes au niveau du programme des épreuves et des quotas d'athlètes aux Jeux de Tokyo 2020. À Tokyo, quatre FI proposeront pour la première fois un nombre identique d'épreuves masculines et féminines (aviron, canoë, haltérophilie et tir). Au niveau des disciplines, l'équilibre des sexes sera atteint en BMX racing, mountain bike et lutte libre. Pour ce qui est des quotas d’athlètes, six FI parviendront pour la première fois à un équilibre hommes-femmes (aviron, canoë, haltérophilie, judo, tir et voile). Les cinq nouveaux sports inscrits au programme de Tokyo – baseball/softball, escalade, karaté, skateboard et surf – auront tous des épreuves pour les femmes.

Plus récemment, grâce aux changements apportés au programme des épreuves pour Tokyo 2020, le nombre d'épreuves mixtes est multiplié par deux par rapport à l'édition de Rio 2016. Beijing 2022 proposera aussi une augmentation des épreuves féminines et mixtes pour atteindre le chiffre record de 45,44 % de participation féminine à une édition des Jeux d'hiver.

Le CIO ne cherche pas seulement à atteindre la parité dans les chiffres. Il sait également que chaque occasion donnée au sport féminin et aux athlètes féminines aux Jeux Olympiques a un impact sur la promotion de l’égalité des sexes et sur les débouchés offerts aux sportives dans le monde entier.

D'autres statistiques sont disponibles dans la feuille d'information sur les femmes dans le Mouvement olympique

Prévention du harcèlement et des abus dans le sport

Le harcèlement et les abus n’ont leur place ni dans le sport, ni dans la société. La sécurité et le bien-être des athlètes sont primordiaux aux yeux du CIO, qui a mis en place des mesures de prévention du harcèlement et des abus dans le sport (PHAS), notamment pendant les jeux.

En savoir plus

Référentiel du CIO pour protéger les athlètes contre le harcèlement et les abus dans le sport
back to top En