skip to content

David WISE

  • O 2
  • A 0
  • B 0

David Wise, le seul champion olympique du ski halfpipe

Arrivé en favori à Sotchi pour la toute première épreuve olympique de halfpipe en ski, David Wise n’a pas déçu en s’imposant sous des trombes de neige pour prendre sa place dans la légende des Jeux d’hiver. Quatre ans plus tard, à 27 ans, il a remis ça grâce à un 3e run éblouissant en finale à PyeongChang 2018. Sa discipline ne connaît que lui comme champion olympique.

Voler

David Wise grandit à Reno dans le Nevada, à quelques encablures des stations de ski de la Sierra Nevada californienne. Toute sa famille est passionnée de ski et David est sur les planches à l’âge de 3 ans. Mais il a quelque chose en plus : Il adore « voler », rebondit des heures sur le trampoline placé dans le jardin de sa maison, décolle sur les bosses… et rejoint à onze ans l’équipe locale de ski acrobatique. Il trouve sa passion, son élément : le demi-tube de neige dans lequel il remporte très vite ses premières compétitions juniors.

Dominer

À 15 ans, David Wise est champion des États-Unis. À 18 ans, il débute en Coupe du monde. Avant d’arriver en favori à Sotchi, il est en 2009 le premier skieur à poser      un « double cork 1260 », figure qui va devenir sa signature. Il remporte la Coupe du monde FIS de halfpipe en 2012 et les Championnats du monde de ski acrobatique à Oslo en 2013. Il réalise par ailleurs l’exploit inédit de remporter trois fois de suite la compétition de halfpipe des X-Games à Aspen (2012-2013-2014). David Wise se marie très jeune. Il est le père d’une petite fille prénommée Nayeli.

Rêver

Le plus grand rêve de David Wise se concrétise en 2011 lorsque le CIO inscrit sa discipline au programme des Jeux de Sotchi. Arrivé sur place, il expliquera : « C’est de la folie ! Vous attendez quelque chose depuis si longtemps, puis ça s’approche, ça s’approche, ça semble si loin dans le futur et d’un seul coup, nous sommes en Russie ! Oh, c’est le premier jour d’entraînement ! Oh, ça va être la compétition ! Je ressens un grand honneur de représenter le sport qui a fait de moi ce que je suis devenu et de pouvoir le proposer devant un public mondial ».

Écrire l’histoire

Le 18 février 2014, de gros flocons tombent sur le halfpipe de Rosa Khutor. Les chutes de neige ralentissent les concurrents. Dans ces conditions compliquées, David Wise fait la différence dès son premier run en finale. Il réussit à placer deux double-cork, dont son fameux « 1260 » qui lui vaut un score de 92.00. Personne ne parviendra à l’améliorer. Wise s’impose devant le Canadien Mike Riddle (90.60) et le Français Kévin Rolland (88.60).

Un double sentiment agite ensuite le champion américain : « C'est vraiment dommage. J’avais toutes ces manches de folie que je voulais faire aux Jeux Olympiques, mais si tu n'as pas la vitesse, tu ne peux pas faire les figures que tu veux. J'ai dû mettre en place mon plan C ou D. Il fallait s’adapter ». D’un autre côté, celui qui vient d’écrire une page de l’histoire des Jeux d’hiver s’exclame : « C’est trop beau pour être vrai. C’est  vraiment arrivé ? Est-ce que je vais me pincer et me réveiller ? Être le premier médaillé d’or est la chose la plus insensée que j’aurais pu imaginer. Je suis chanceux, c’est à lui de représenter son sport à travers le monde, et c’est cela qui m’excite. »

Recommencer 

Les années qui suivent sa victoire inaugurale à Sotchi ne se passent pas au mieux, il n'enregistre aucun résultat significatif et doit aussi composer avec les blessures. Mais à l'approche de l'échéance olympique 2018, le mari d'Alexandra et père d'une fille, Nayeli, et d'un garçon, Malachi, frappe un grand coup en s'imposant pour la 4e fois (mais pour la première depuis 2014) dans le superpipe d'Aspen lors des X-Games disputés en janvier. Très présent sur les réseaux sociaux et à travers sa chaine YouTube, il va abondamment documenter son parcours vers son deuxième titre olympique, et le marathon médiatique qui suivra aux États-Unis, de New York à son accueil triomphal dans sa ville de Reno.

En effet, le 22 février dans le demi-tube de neige du Phoenix Park, il y a David Wise et les autres. L’Américain de 27 ans ménage le suspense puisqu'il chute lors de ses deux premiers runs en finale, et se retrouve au 9e rang. Alors que son compatriote Alex Ferreira occupe la tête de la compétition, Wise, sous pression, assomme la concurrence lors de sa dernière tentative. Il s'envole haut, plaque deux 1080 l'un derrière l'autre, le 2e en switch (lancé en marche arrière), ainsi que deux double cork 1260, et se voit gratifié d'une note de 97.20 qui met un terme aux débats. Après deux saisons perturbées par les blessures, il se pose comme l’homme des grands rendez-vous en restant le seul champion olympique de sa discipline. "Aujourd’hui, c’était une journée incroyable", commente-t-il. "Voir Alex poser tous ses runs, voir le niveau des qualifs. Tout cela m’a inspiré. Ce que je voulais c’était réussir un run propre. Je n’arrive pas vraiment à y croire. Gagner, perdre. Tout ce que je voulais, c’était poser un run. Et je suis parvenu à le faire juste au moment où j’en avais besoin."

Plus


Galerie

1:35 play

David Wise: Mes moments fort de PyeongChang

Le skieur acrobatique américain, David Wise, a conservé son titre olympique de halfpipe avec une dernière manche palpitante.
IOC
1:08 play

Le champion de ski acrobatique, David Wise, à propos de son jeu sur la sécurité aux aéroports avec sa médaille d'or

"C'est une sorte d'aventure amusante", déclare le gagnant du PyeongChang 2018, à propos de son arrêt au scanner à cause de son métal précieux.
IOC
2:28 play

La dernière manche est tout ce dont Wise a besoin pour défendre le titre de half-pipe| Ski acrobatique

Le skieur freestyle américain David Wise a remporté la médaille d’or avec une note de 97,20.
IOC
2:46 play

David Wise inspiré par les paralympiens

David Wise a remporté sa deuxième médaille d'or à PyeongChang. Mais il a eu une période difficile après Sochi et a acquis une nouvelle vision du monde des paralympiens.
IOC

Résultats


back to top En