skip to content
Berlin 1936 Torche Getty Images

Concept et particularité du parcours

En mai 1934, le Comité International Olympique donne son approbation à l’idée de transporter une flamme depuis la Grèce jusqu'à Berlin. Cette idée émane de Carl Diem, secrétaire général du comité d’organisation des Jeux de la XIe Olympiade.

Le parcours passe par les capitales de chacun des pays traversés.

Le 20 juillet 1936 à Olympie, pour ce premier relais de la flamme olympique, c’est déjà un miroir parabolique concentrant les rayons du soleil qui est utilisé pour allumer la flamme. Présent sur place, le baron Pierre de Coubertin, dans un message aux relayeurs, leur souhaite une course heureuse. Simultanément à la cérémonie d’Olympie, des festivités se déroulent aussi à Berlin, devant la Mairie.

Le long du parcours de la flamme vers Berlin, cérémonies et festivités ont lieu en son honneur dans les villes étapes. À Athènes par exemple, une cérémonie en présence du roi se déroule dans le Stade Panathénaïque, enceinte sportive utilisée pour les premiers Jeux Olympiques modernes en 1896. À Budapest, c’est sur la Place des héros, devant la tombe du soldat inconnu, que la flamme est célébrée. Le relais atteint Berlin le 1er août 1936. Avant de rejoindre la Cérémonie d’ouverture, une vasque qui brûle pendant toute la durée des Jeux est allumée grâce à la flamme au Lustgarten, dans le centre-ville.

Le 2 août, une flamme est allumée à partir de celle du Stade Olympique. Elle arrive à Kiel le lendemain suite à un relais de 347 km pour le même nombre de relayeurs. Elle brûle sur un bateau dans la baie de la ville, où se déroulent les compétitions de voile.

Le 7 août, une autre flamme est allumée depuis la vasque du Stade Olympique et relayée vers Grünau, site des compétitions d’aviron et de canoë. 191 groupes de coureurs, constitués chacun d’un porteur de la flamme et de deux accompagnants, se succèdent sur 37 km.

Berlin 1936 Parcours du relais IOC

Date de début : 20 juillet 1936, Olympie (Grèce)
Date de fin : 1er août 1936, Stade Olympique, Berlin (Allemagne)
Premier relayeur : Konstantinos Kondylis
Dernier relayeur : Fritz Schilgen
Nombre de relayeurs : 3'075 (relais Berlin-Kiel et Berlin-Grünau non inclus). 1'108 en Grèce, 238 en Bulgarie, 575 en Yougoslavie, 386 en Hongrie, 219 en Autriche, 282 en Tchécoslovaquie, 267 en Allemagne.
Recrutement des relayeurs : Chaque Comité National Olympique des pays traversés a la responsabilité de sélectionner les relayeurs sur son territoire respectif.
Distance : 3’075 km (relais Berlin-Kiel et Berlin-Grünau non inclus). 1'108 km en Grèce, 238 km en Bulgarie, 575 km en Yougoslavie, 386 km en Hongrie, 219 km en Autriche, 282 km en Tchécoslovaquie, 267 km en Allemagne.
Pays traversés : Grèce, Bulgarie, Yougoslavie, Hongrie, Autriche, Tchécoslovaquie, Allemagne.
Berlin 1936 Torche IOC Description : L’itinéraire du relais et les anneaux olympiques surmontés d’un aigle allemand sont gravés sur le manche ainsi que l’inscription Fackel Staffel Lauf Olympia Berlin 1936. La plate-forme porte l'inscription Organisazions-Komitee für die XI. Olympiade Berlin 1936 Als Dank dem Träger.
Couleur : Argent
Longueur : 28 cm (support), ~70 cm au total
Composition : Acier
Combustible : Tube de magnésium, pâte inflammable. Le temps de combustion est d’au minimum 10 minutes.
Designer / Fabriquant : Carl Diem, Walter E. Lemcke / Friedrich Krupp AG

Le saviez-vous?

  • L’idée d’utiliser une torche pour transporter la flamme ne s’est pas immédiatement imposée. Le comité d’organisation, s’inspirant de méthodes antiques, songe d’abord à conserver le feu dans un fagot de branches de férule, arbre méditerranéen dont la combustion est réputée lente. Pour des raisons pratiques, l’emploi de torches est finalement privilégié. Comme aucune torche sur le marché ne répond aux critères requis, le comité d’organisation s’emploie à produire une torche spécifique.
  • Une lanterne est utilisée pour convoyer une flamme de secours qui suitle relais dans une automobile.

back to top En