skip to content

Beijing 2008

LE PROJET

Dès la phase de candidature de la ville de Beijing à l’organisation des Jeux d’été de 2008, il est prévu de construire un stade polyvalent capable d’accueillir des événements sportifs ou culturels d’envergure nationale ou internationale. Le stade est la pièce maîtresse du parc olympique réalisé dans le prolongement de la zone centrale des Jeux asiatiques de 1990, au nord de la ville.

Fin 2002, l’invitation du concours international pour la conception du stade est lancée. Le projet lauréat est désigné en 2003. En 2004, à la suite d’une réévaluation des coûts, l’idée d’un toit rétractable est abandonnée, entraînant une réduction de 22,3 % de la quantité d’acier initialement prévue.

ARCHITECTURE

Le stade se présente comme une imposante ellipse en forme de selle constituée d’un entrelacement de poutres métalliques apparentes qui en constitue l’enveloppe externe. Bien qu’apparaissant dans l’ensemble aléatoire, cette ossature, dont les éléments se supportent mutuellement, est établie sur un plan de base géométrique. Alors que l’inspiration architecturale de l’enveloppe vient des poteries au verni craquelé et des pierres veinées typiques de la Chine, l’aspect du bâtiment lui vaut le surnom devenu célèbre de « nid d’oiseau ».

CIO / TOBLER, Hélène

Entre la structure externe enchevêtrée et l’intérieur du stade, les concepteurs développent un espace transitoire autonome décrit comme piranésien (en référence à l’artiste Giovanni Battista Piranesi). Là, dans une ambiance de forêt artificielle, des rampes d’accès s’élèvent et s’entrecroisant au milieu des poutraisons qui se dressent. Cet espace ouvert sur le parc olympique et la ville offre un emplacement pour des restaurants et des commerces. En outre, l’édifice est ventilé naturellement.

Les surfaces du toit sont recouvertes, sur la partie supérieure, d’une membrane transparente en éthylène tétrafluoroéthylène (ETFE) de 38 500 mètres carrés et, sur la partie inférieure, d’une membrane translucide en polytétrafluoroéthylène (PTFE) de 53 000 mètres carrés. En plus d’être imperméable, cette double membrane contribue à l’éclairage dans le stade et en améliore l’acoustique. Un système de pompe à chaleur géothermique capte la chaleur du sol en hiver et sa fraîcheur en été. Une installation photovoltaïque fournit suffisamment d’énergie pour éclairer 15 000 mètres carrés de garages souterrains. De plus, un système de récupération et de purification des eaux de pluie est installé sous le stade. Les eaux sont collectées sur une surface de 22 hectares avec un volume annuel estimé à 67 000 mètres cubes. Enfin, le bâtiment est prévu pour résister à un tremblement de terre de magnitude 8 sur l’échelle de Richter.


Il mérite certainement une médaille d'or pour l'innovation Kelly Holmes Athlète britannique, triple médaillée olympique en athlétisme, spécialiste du demi-fond.
PARTICULARITÉS

Le concept de l’éclairage d’ambiance de nuit du stade s'inspire des lanternes chinoises. Une abondante lumière intérieure marque les contours des poutres de l’enveloppe externe afin de créer un puissant effet visuel.

CIO / HALLEREN, Scott

APRÈS LES JEUX

Parmi les événements organisés dans le stade après les Jeux Olympiques figurent les courses automobiles de la Race of Champions en 2009, trois éditions de la Supercoupe d’Italie de football (2009, 2011, 2012), un meeting d’athlétisme au programme du Challenge mondial de l’IAAF quatre années consécutives (2013 à 2016), les Championnats du monde d’athlétisme de 2015 ou encore, en 2017, la finale des championnats du monde du jeux vidéo Leagues of Legends. L’édifice accueille aussi des événements tels des concerts ou de sports d’hiver comme par exemple des étapes de la coupe du monde FIS de ski acrobatique en 2013, 2014 et 2015. De plus, le Nid d’oiseau est devenu une attraction touristique. Les cérémonies d’ouverture et de clôture des Jeux Olympiques d’hiver de 2022 qui se tiendront à Beijing doivent s'y dérouler.

CIO

LE SAVIEZ-VOUS ?

- À la suite des épreuves tests, l’écran de 28,3 m2 situé à l’intérieur du stade, estimé trop petit par certains spectateurs, est remplacé par deux écrans de 66 m2.

SOURCES

- “226 – National Stadium”, site Internet de Herzog & de Meuron.
- Beijing 2008: Candidate City, Comité pour la candidature de Beijing aux Jeux Olympiques de 2008, 2001, vol. 2, p. 39.
- “Bird's Nest - An architectural breakthrough”, nouvelle, site Internet de Beijing 2008, 28 juin 2008.
- “Bird’s Nest Milestones”, site Internet de Beijing 2008.
- Nick Mulvenny, “Les Jeux s’annoncent”, Revue Olympique, n° 66, janvier-mars 2008, p. 37.
- “Newly completed National Stadium welcomes guests”, nouvelle, site Internet de Beijing 2008, 28 juin 2008.
- Official Report of the Beijing 2008 Olympic Games, Comité d’organisation des Jeux de la XXIXe Olympiade à Beijing, 2010, vol. 2, pp. 17, 264, vol. 3, pp. 30, 36-37, 47.
- “Past events”, site Internet du Stade National, Beijing.
- The Arup Journal, The Beijing National Stadium special issue, vol. 1, 2009, pp. 11, 44.
- “Video game warriors do battle before 40’000 fans in China”, The Inquirer / AFP, 5 Novembre 2017.



STADE OLYMPIQUE
Dénomination : Porte également le surnom de Nid d’oiseau
Localisation : Olympic Green, district de Chaoyang, Beijing, Chine
Statut : Construit pour les Jeux. Utilisé actuellement.
Concepteurs : Herzog & de Meuron, Arup, China Architectural Design & Research Group, Ai Weiwei
Coût : -
Capacité : 91 000 spectateurs (80 000 places permanentes et 11 000 temporaires)
Dimensions : 333 m de long sur 294 m de large et 69 m de haut
Données additionnelles : Superficie totale de 258 000 m2, 110 000 tonnes d’acier dont 42 000 pour la structure externe.
Construction : Décembre 2003 à juin 2008
Inauguration officielle : 28 juin 2008
Événements durant les Jeux : Athlétisme (départ et arrivée des deux 20 km et du 50 km marche et arrivée des deux marathons inclus), finale du tournoi de football masculin.
Cérémonies d’ouverture et de clôture


back to top En