skip to content

Athènes 2004

LE PROJET

La candidature d’Athènes à l’organisation des Jeux d’été de 2004 prévoit d’utiliser le stade existant du complexe olympique d’Athènes à Marousi, sans transformations majeures. Inauguré en 1982 à l’occasion des 13e Championnats d’Europe d’athlétisme, ce stade accueille notamment les Jeux méditerranéens en 1991 ainsi que les Championnats du monde d’athlétisme en 1997.

Athènes obtient les Jeux en 1997 et, au printemps 2001, le projet de couvrir le stade avec un toit moderne et emblématique est annoncé. Conçu par l’architecte espagnol Santiago Calatrava, le concept est présenté au public en juin 2001. La construction débute en 2003 et est menée à bien malgré des délais serrés. Des travaux de rénovation ont également lieu à l’intérieur de l’édifice, comme l’installation de 66 000 nouveaux sièges dans les tribunes ou la création de nouvelles suites et d’une salle de conférences de presse.

ARCHITECTURE

De forme ovale et d’orientation nord-ouest – sud-est, le stade, localisé au nord-est de la ville, est composé de deux anneaux de tribunes superposés. Le toit, en deux parties, est lui constitué de deux arches doubles tubulaires parallèles qui surplombent le stade dans sa longueur, au-dessus des tribunes. Les arches doubles font 304 mètres de long. Des poutres transversales sont disposées de part et d’autre de chacune des arches inférieures et supportent la couverture constituée de panneaux de polycarbonate. Trois rangées de câbles se déploient à partir de chacune des arches supérieures et contribuent au maintien de l’ensemble. La longueur totale du câblage équivaut à 10 kilomètres. Les deux parties du toit sont reliées l’une à l’autre à leurs extrémités. Le toit a une surface totale de 25 000 mètres carrés et pèse 18 700 tonnes.

Kishimoto/CIO / YUBA, Yasuo


[…] la complexité de l’ingénierie est incroyable. Il y a des moyens plus simples de couvrir un stade, mais aucun ne serait aussi spectaculaire que le modèle de Santiago Calatrava. Nick Ling De l’entreprise Sinclair Knight Merz, cité en 2003. Sinclair Knight Merz était impliqué dans la vérification du concept de couverture du stade et l’analyse de la structure.
PARTICULARITÉS

Les deux parties du toit sont assemblées en dehors du stade, à 70 mètres de leur emplacement définitif. Elles sont ensuite déplacées sur des rails dans leur position finale. Cette opération est réalisée respectivement en mai 2004 pour la partie ouest et en juin 2004 pour la partie est. Pour des questions esthétiques, les jointures des différentes sections qui constituent les arches ne doivent pas être visibles. Le boulonnage des sections s’effectue ainsi à l’intérieur du tube et les jointures sont ensuite soudées.

Le toit est conçu pour résister à un tremblement de terre de force 8 sur l’échelle de Richter et à des vents violents.

CIO / HUET, John

APRÈS LES JEUX

En 2004, le club de football de l’AEK Athènes FC, qui a déjà occupé le stade entre 1985 et 1987, revient jouer ses matchs à domicile au stade principal de l’O.A.K.A. Le Panathinaikos FC l’utilise également pendant plusieurs saisons entre 2005 et 2013. Outre des événements sportifs, l’infrastructure de premier plan que constitue le stade olympique accueille également des manifestations culturelles majeures telles que des concerts.

CIO / HUET, John

LE SAVIEZ-VOUS ?

-Le concept de la cérémonie d’ouverture a un impact sur les travaux préparatoires du stade. Au centre du terrain, d’imposants éléments scéniques sont extraits d’un puit de 25 mètres de large et de 23 mètres de profondeur. Un système de 37 kilomètres de câbles situé à plus de 36 mètres au-dessus du stade permet de déplacer ces éléments dans 24 directions. Quatre tours principales de 55 mètres de haut, deux tours de stabilisation et 24 tours secondaires sont nécessaires à sa réalisation.

- La contribution de l’architecte Santiago Calatrava ne se limite pas au seul stade olympique mais s’étend à l’ensemble du complexe olympique d’Athènes. Le projet d’uniformisation esthétique du site inclut notamment la couverture du vélodrome, une agora qui comprend une structure en rotonde composée de 99 arcs en acier ainsi qu’une sculpture ondulante de plus de 250 m de long baptisée « Mur des Nations ».

SOURCES

- Andreas Georgoulias, Theodoros Patramanis and Spiro N. Pollalis (supv.), The Roof of the Olympic Stadium for the 2004 Athens Olympic Games from Concept to Implementation, Harvard Design School, février 2006, pp. 6, 12, 17, 31.
- Athens 2004 Candidate City, Comité de candidature Athènes 2004, 1996, vol. 2, p. 43.
- “Historic Approach”, site Internet du Complexe olympique d’Athènes Spyridon Louis (O.A.K.A.).
- “Le complexe olympique d’Athènes”, site Internet d’Athènes 2004.
- “OAKA – Stade olympique”, site Internet d’Athènes 2004.
- Official Report of the XXVIII Olympiad: Athens 2004, ATHOC, Athènes, 2005, vol. 2, pp. 162, 242, DVD: Behind the Scenes of the Athens 2004 Opening & Closing Ceremonies.
- “Site olympique OAKA à Athènes – Un hommage sensuel à l’apesanteur”, Steeldoc / Construire en acier, Centre suisse de la construction métallique (SZS), no. 4, 2005, pp. 4- 11.
- “Stadium”, site Internet de l’AEK FC.
- “Stadium”, site Internet du Panathinaikos FC.
- “The Olympic Stadium”, Media Info 2004, ATHOC, no. 1, avril 2000, p. 45.
- “The ʻWowʼ factor”, Panstadia International, vol. 9, no. 3, février 2003, pp. 6-13


STADE OLYMPIQUE
Dénomination : Porte également le surnom de Nid d’oiseau
Localisation : Olympic Green, district de Chaoyang, Beijing, Chine
Statut : Construit pour les Jeux. Utilisé actuellement.
Concepteurs : Herzog & de Meuron, Arup, China Architectural Design & Research Group, Ai Weiwei
Coût : -
Capacité : 91 000 spectateurs (80 000 places permanentes et 11 000 temporaires)
Dimensions : 333 m de long sur 294 m de large et 69 m de haut
Données additionnelles : Superficie totale de 258 000 m2, 110 000 tonnes d’acier dont 42 000 pour la structure externe.
Construction : Décembre 2003 à juin 2008
Inauguration officielle : 28 juin 2008
Événements durant les Jeux : Athlétisme (départ et arrivée des deux 20 km et du 50 km marche et arrivée des deux marathons inclus), finale du tournoi de football masculin.
Cérémonies d’ouverture et de clôture


back to top En