skip to content

Anna GASSER

  • O 1
  • A 0
  • B 0

Gasser rime avec big air !

Anna Gasser aborde les Jeux de PyeongChang 2018 en tant que grandissime favorite de la nouvelle épreuve du big air snowboard tant elle domine la discipline, et elle ne déçoit pas. Un magnifique cab double cork 1080 à son 3e run lui offre une médaille d'or historique !

De la gymnastique au snowboard

Anna Gasser grandit, et vit toujours, à Grossdombra en Carinthie, commune de Milstatt, au bord du lac autrichien du même nom. "Enfant, j'ai passé des moments merveilleux au bord du lac. J'étais un vrai rat d'eau, fascinée par la tour de plongée qui s'y trouvait. Dès l'âge de 12 ans, j'ai sauté de 16 mètres de hauteur", a-t-elle raconté. À l'école, elle rêve de devenir vétérinaire, mais parallèlement, elle devient une gymnaste accomplie, un espoir du sport autrichien qui décide d'abandonner les agrès à 15 ans, rebutée par les cadences d'entraînement. Environ deux ans plus tard, son cousin lui fait visionner des images de snowboard freestyle qui l'inspirent. Elle se met alors aux acrobaties aériennes sur les parcours enneigés, développant rapidement son talent, bien aidée par ses années de gymnaste de haut niveau.

Une première et un coup d'éclat à Sotchi 2014

Dans sa discipline, le slopestyle, Anna Gasser débute en compétition lors de l'hiver 2010-2011 et fait ses premiers pas en Coupe du monde à 21 ans début 2013. En novembre, sa réputation devient mondiale quand elle est la première à poser un cab double cork 900 (double rotation tête en bas avec un demi-tour). Elle obtient son premier podium à Stoneham (Canada) un mois avant les Jeux de Sotchi 2014, avant de frapper fort sur les modules et les tremplins de Rosa Khutor le 6 février. La jeune Autrichienne termine en effet en tête des qualifications de la première compétition olympique de slopestyle. Mais le lendemain, en finale, là où l'Américaine Jamie Anderson inaugure le palmarès de la discipline, Gasser chute sur ses deux runs et doit se contenter de la 10e place. 
Imbattable en big air
En 2015, elle est médaillée d'argent en slopestyle lors des Mondiaux FIS de Kreischberg (Autriche). La même année, en juin, le Comité International Olympique inscrit le big air au programme des Jeux de PyeongChang 2018. Une nouvelle discipline, consistant à s'élancer d'une gigantesque rampe pour produire les tricks les plus amples, parfaitement taillée pour Anna Gasser et dans laquelle elle va devenir quasiment imbattable. Ainsi, dès sa première compétition en Coupe du monde, en novembre 2016 à Milan, elle s'impose, avant de récidiver le même mois lors de l'épreuve préolympique disputée sur la rampe d'Alpensia à PyeongChang. De fait, elle ne va pas descendre du podium (six victoires et une 2e place) jusqu'aux Jeux d'hiver 2018.

Un 100 historique aux Championnats du monde

Parallèlement, aux X-Games, Anna Gasser monte sur toutes les marches du podium : l'agent en big air à Aspen en janvier 2017, puis l'or en slopestyle et le bronze en big air lors de l'édition européenne à Hafjell (Norvège) en mars. L'ancienne gymnaste couronne sa saison avec un titre de championne du monde du big air remporté avec un score historique à Sierra Nevada (Espagne) le 17 mars 2017. "En fait, Gasser a été la première femme à poser un cab double cork 1080 mute (triple rotation en se retournant et en tenant sa carre avant) en compétition, ce qui a ébahi non seulement les juges, mais également le public et elle-même", note la FIS. Cela lui vaut le score maximum pour son troisième run : 100 ! Elle s'adjuge à la fin de l'hiver le gros globe de cristal du snowboard freestyle et le petit du big air.

Sportive autrichienne de l'année

Le 2 novembre 2017 est une date à marquer d'une pierre blanche dans l'histoire du sport autrichien qui a produit tant de grands champions et championnes sur la neige et la glace. Ce jour-là, Anna Gasser est élue meilleure sportive de l'année dans son pays, devenant la première spécialiste du snowboard (hommes et femmes confondus) à décrocher ce trophée très convoité. "C'est un moment très émouvant pour moi, c'est une motivation supplémentaire pour travailler encore plus dur, afin de conserver si possible ce même élan qui m'a porté l'hiver dernier", dit-elle en pensant aux Jeux de PyeongChang, ajoutant qu'elle a dû "visionner 100 fois" la vidéo de son trick à 100 points des Mondiaux 2017.

L'or olympique pour l'histoire

Anna Gasser dispute deux épreuves de big air à Milan et à Beijing en Coupe du monde avant les Jeux de 2018; elle les remporte. En janvier, elle s'impose magistralement aux X-Games à Aspen. Ses deuxièmes Jeux d'hiver démarrent au Phoenix Park le 12 février par la compétition de slopestyle où elle n'est pas en réussite, chutant sur ses deux runs et terminant à la 15e place. Sept jours plus tard à Alpensia, elle brille de mille feux en qualifications du big air, marquant son territoire avec un score de 98.00, la première place, l'accession directe à la finale.

Le 22 février, quand elle s'élance pour son troisième run en finale, dernière concurrente en lice, elle est déjà assurée de la médaille, mais pas de l'or, puisqu'au cumul des deux premières manches, c'est la double championne olympique du slopestyle Jamie Anderson qui occupe la première place. C'est le moment pour la Carinthienne d'exécuter et de réussir sa spéciale : le cab double cork 1080. Le score de 96.00 qui lui est alors attribué lui permet de totaliser 185.00 et de gagner la médaille d'or devant Anderson (177.25) et l'adolescente néo-zélandaise Zoi Sadowski-Synnott (157.50).

"C’est le plus grand succès auquel je puisse me référer", indique-t-elle à chaud. "Pas seulement parce ce sont les Jeux Olympiques mais aussi en raison du niveau de la compétition. Quand j’ai commencé à l’âge de 18 ans, ces disciplines n’étaient pas olympiques. Puis il y a deux ans, le big air a été retenu et je me suis dit que ce serait déjà cool si mon rêve devenait réalité et que je puisse participer aux Jeux Olympiques. Après avoir obtenu l’accès à l’université, j’ai décidé de poursuivre mon rêve et de mettre mes études entre parenthèses pendant un certain temps", c'est-à-dire pour entrer dans l'histoire comme la première médaillée d'or olympique du big air !

Plus


Résultats



back to top En