La grande skieuse alpine slovène explique sa transition vers la vie normale après son retrait de la compétition en janvier 2017.

Tina Maze était connue pour sa furieuse détermination quand elle dévalait les pistes verglacées.

Aujourd’hui, la skieuse slovène de 34 ans, qui a participé à quatre Jeux Olympiques d’hiver et remporté quatre médailles, s’est retirée de la compétition et s’est engagée dans la vie d’après.

Rester impliquée dans le ski

Olympienne d’hiver la plus titrée dans les annales slovènes, Tina Maze étudie un large éventail d’options après son illustre carrière de skieuse. Malgré sa retraite, elle envisage de rester dans le milieu de son sport pour au moins quelques années supplémentaires.

« Après 17 ans passés sur le circuit de la Coupe du monde de ski alpin, j’ai estimé qu’il était temps de dire combien j’étais heureuse de ce que j’ai réalisé et que je n’éprouvais plus le besoin de concourir à un niveau de polyvalence aussi élevé », dit Tina Maze.

« Cela dit, je sais que je peux encore très bien skier, et je vais rester dans le milieu du ski alpin pour partager mes connaissances afin de mettre au point du matériel avec les sponsors et aider les jeunes skieurs », ajoute-t-elle.

Commenter du ski à la télévision, écrire une autobiographie ou dresser le portrait de sa fidèle équipe d’encadrement de course « Team to aMaze », tels sont certains de ses projets d’avenir. La star slovène continue également à collaborer avec ses nombreux sponsors, si bien qu’elle n’a pas eu à faire ses adieux à son sport, loin de là.

« On a besoin d’objectifs »

La talentueuse touche-à-tout Tina Maze estime qu’il est important qu’un athlète sache ce qu’il veut faire après sa retraite sportive.

« Le fait de faire du sport à un niveau aussi élevé pendant 14 ans peut vous empêcher d’étudier, de vivre et bloquer vos capacités d’organisation, reconnaît-elle. Quand on a 33 ans, on ne sait pas beaucoup de choses à part ce qu’on a déjà fait, et c’est le plus dur. »

« On a besoin d’avoir des objectifs, on a besoin de s’essayer à autre chose et ce ne sont pas des années faciles. Aujourd’hui, je m’y suis habituée, mais cela demande du temps. »

Partager ses compétences tant que c’est encore frais

Tina Maze est très fière d’un autre fait, accompli loin des pistes : l’obtention d’un diplôme d’enseignement primaire de l’université de Maribor. Peut-être la retrouvera-t-on un jour dans une école ?

« J’aime les enfants et j’adorerais le faire, mais il faut des compétences. Pour l’heure, je préfère utiliser les miennes en ski et les partager avec les plus jeunes, explique-t-elle. J’aimerais transmettre un maximum de choses maintenant, parce que c’est encore tout frais. »

Pour davantage d’idées et de conseils d’experts, rendez-vous sur le portail Athlete Learning Gateway et suivez une formation sur la transition professionnelle, le sponsoring ou la création de sa propre marque