Lea Davison, double olympienne, explique comment utiliser sa notoriété sportive pour avoir une influence positive dans la société

 

Lea Davison a vite compris qu’elle pouvait mettre sa renommée sportive au service de tous. En 2007, alors qu’elle commençait à peine à se faire remarquer dans le peloton de tête du mountain bike, Lea et sa sœur Sabra ont créé Little Bellas, une association à but non lucratif qui aide les jeunes femmes et les filles à exploiter leur potentiel en cyclisme.

Depuis, si Lea a participé deux fois aux Jeux Olympiques et reste l’une des valeurs sûres du mountain bike mondial, elle n’en consacre pas moins beaucoup de temps à Little Bellas dès qu’elle descend de son vélo. Quels conseils donnerait-elle à des athlètes souhaitant lancer leur propre association ?

 

Les paroles, c’est bien, mais les actes, c’est encore mieux

« Quand nous avons fait nos premiers pas dans le sport, il n’y avait pas autant de filles au départ des courses que chez les garçons. Pour une centaine de juniors masculins, nous étions à peu près une dizaine ou une quinzaine de filles. Mais au lieu de nous lamenter, nous nous sommes dit qu’il fallait prendre les choses en main. Nous avons commencé à organiser des stages pour que les filles pratiquent le mountain bike, en mettant l’accent au maximum sur le côté ludique. Résultat, les filles étaient totalement en confiance lorsqu’elles nous ont quittées. »

 

Ne soyez pas timide

« J’ai vraiment mis à contribution beaucoup de mes contacts dans le sport. Je pense que tout athlète de haut niveau est extrêmement bien placé pour tirer parti de ses contacts et de ses réseaux afin d’initier un changement social. Lors des années fastes, comme les années olympiques, on est sur une plus grande scène et ça nous a vraiment permis de raconter l’histoire de Little Bellas. »

 

Exploitez la magie olympique

« Lorsqu’on est athlète olympique ou de haut niveau, on a beaucoup de pouvoir et on peut avoir beaucoup d’impact. C’est le superpouvoir de l’athlète : il peut être le moteur du changement dans la vie d’un enfant, instaurer la confiance, nouer une amitié en deux temps trois mouvements, et devenir un être humain accessible au lieu de se comporter en superstar. »

 

Jouez la carte collective

« Quand on est athlète de haut niveau, il faut vraiment puiser dans différentes sources pour obtenir de bons résultats. Se lancer en laissant son ego de côté, vouloir s’améliorer, apprendre et écouter… Il y a beaucoup de choses à apprendre et à assimiler, et je n’ai certainement pas toutes les réponses. Cela peut être une belle leçon d’humilité. »

 

Essayez de faire la différence

« On a vraiment l’impression d’avoir beaucoup plus d’influence sur le monde. Voir ces filles s’améliorer, être vraiment bien dans leur peau et devenir autonomes le temps d’un été, c’est vraiment quelque chose de particulier. Il y a de plus en plus de filles en selle, ce qui renforce l’autonomie des femmes de demain. Quand on a un but et qu’on fait les efforts nécessaires, tout comme en sport, on peut vraiment accomplir de grandes choses. »

 

Si vous souhaitez suivre les traces de Lea et créer votre propre association à but non lucratif, visitez le portail Athlete Learning Gateway

Contenu lié