L’ancienne gymnaste américaine, arrivée à 15 ans sur la scène olympique en 1992, donne ses conseils aux athlètes actuels.

Shannon Miller est la gymnaste américaine la plus titrée dans les annales olympiques, avec ses sept médailles en deux éditions des Jeux. Aux Jeux Olympiques de Barcelone 1992, alors qu’elle n’avait que 15 ans, elle a remporté deux médailles d’argent et trois de bronze. Quatre ans plus tard, à Atlanta, elle a conduit les « Sept mercenaires » à l’obtention de la toute première médaille d’or par équipes féminine des États-Unis.

Elle livre ici quelques conseils empreints de sagesse aux athlètes d’aujourd’hui, concernant la pression et le succès à un si jeune âge.

Ne prêtez pas attention au battage médiatique

« Ne vous laissez pas trop absorber par votre discipline. Vous aurez des bons jours, et des jours sans. Menez votre propre course, et tout le reste suivra. J’ai géré la pression de différentes façons. Quand j’avais 15 ans, lors de mes premiers Jeux Olympiques, j’ai utilisé la stratégie « l’ignorance est une bénédiction ». Je ne réalisais pas que je n’avais pas le droit d’être nerveuse avant la fin des Jeux ! »

Faire face aux attentes
« En 1996, j’étais beaucoup plus consciente des attentes, et je voulais ramener l’or à mon pays. J’ai fait face à la situation en sachant que je m’étais bien entraînée. J’avais fait ce qu’il fallait au cours des années précédant les Jeux. J’avais fait les répétitions nécessaires, et quoi qu’il arrive, je pouvais être fière de l’intensité de mon entraînement. »

Restez dans la dynamique olympique

« Les athlètes savent déjà s’entraîner et participer à des compétitions. Je vous conseille de rester dans votre bulle pendant plusieurs mois. Ne vous laissez pas distraire de votre entraînement, parce que c’est l’accumulation de travail qui vous permettra de récolter les fruits. »

 

Amusez-vous
« Une fois aux Jeux Olympiques, faites en sorte d’en profiter ! Amusez-vous. C’est ridiculement simple, mais c’est ce que mon entraîneur me disait à chaque compétition avant que j’entre sur le praticable. Il ne m’a jamais dit d’aller chercher la victoire, ou demandé d’être parfaite. Il savait que j’étais d’une nature perfectionniste, et que j’avais besoin de respirer un peu pour profiter simplement du séjour. »

 

Profitez de tout à fond

« Si je devais donner des conseils à la petite Shannon que j’étais, je lui dirais d’ouvrir les yeux davantage et de s’imprégner encore plus de toutes ces choses extraordinaires qui l’entouraient durant les Jeux Olympiques. J’ai passé mon temps à manger, à dormir et à m’entraîner… point barre ! J’ai même raté l’occasion de voir quelques-uns des membres de la Dream Team américaine de basketball de 1992, car je faisais la sieste ! »

Si vous voulez savoir comment être performant malgré la pression, rendez-vous sur le portail Athlete Learning Gateway et suivez la formation « Psychologie du sport : s’enfermer dans sa bulle »

Contenu lié