Accueil > Actualités > Moscou 1980 > Wockel - la charge du 100 m pour l’Allemagne de l’Est

Moscou 1980

Options

Wockel - la charge du 100 m pour l’Allemagne de l’Est

Wockel leads East German sprint charge

02/08/1980

Barbel Wockel était un des rouages clés de la machine est-allemande qui domina le 100 m femmes durant les années 70 et le début des années 80.

Puissante mais gracieuse, Barbel avait remporté l’or du 200m des Jeux Olympiques de Montréal en 1976 à l’âge de 21 ans alors qu’elle courait sous son nom de jeune fille, Eckert.

Après y avoir contré toute une série d’adversaires du bloc de l’Est et suite au boycott des États-Unis lors des Jeux de Moscou, elle avait encore plus de chances de vaincre en 1980.

À la fin des années 70, Barbel Wockel et ses coéquipières Marita Koch, Marlies Gohr et Renate Stecher réécrirent le livre des records en repoussant les limites des femmes à des valeurs encore inconnues jusque-là.

Détentrice du record du monde, Marita Koch était la femme la plus rapide du monde sur le 200m avant les Jeux de Moscou, mais elle choisit de disputer le 400m.

Barbel adopta une technique parfaite durant plusieurs courses en faisant le strict minimum pour se qualifier lors des premiers tours préliminaires et garder ses réserves intactes pour les batailles ardues qui l’attendaient.

En finissant deuxième derrière la gracieuse Jamaïcaine Merlene Ottey en demi-finale, il était clair qu’elle était parvenue à se ménager autant qu’elle l’avait pu.

L’Allemande, la Jamaïcaine et la Russe Natalya Bochina, qui avait couru sur le chronomètre éblouissant de 22,26 secondes dans le premier tour, étaient les favorites parmi les athlètes alignées sur la ligne de départ du Grand stade de Moscou.

En se détachant des starting blocks avec fracas, Barbel Wockel effectua une superbe courbe et prit la tête en menant sur la Russe avec 1,8 d’avance. Elle s’élança avec puissance vers son but, ne concédant rien à cette dernière, et franchit la ligne d’arrivée sur le temps de 22,03 secondes, un record olympique.

Elle fit ensuite équipe avec Romy Muller, Ingrid Auerswald et Marlies Gohr pour s’adjuger l’or du relais 4x100m, ce qui porta à quatre le nombre de médailles d’or olympiques inscrit à son palmarès.

Découvrez les dernières photos

  • Cérémonie d'ouverture Moscou 1980

    Le dernier relayeur de la flamme, le basketteur Sergei Belov, dans le Stade Olympique de Moscou lors de la cérémonie d’ouverture

    ©CIO

  • Relais Moscou 1980

    Un porteur de la flamme lors du relais des JO de Moscou 1980

    ©CIO

  • Aleksandr Dityatin (URS)

    Aleksandr Dityatin aux anneaux lors des JO de Moscou 1980

    ©CIO

  • Médaille de vainqueur Moscou 1980

    Le revers de cette médaille est très différent de son avers: il n’est pas l’œuvre du même artiste. Alors que l’avers est une création de Giuseppe Cassioli, son revers a été conçu par Ilya Postol, jeune sculpteur soviétique. On peut y observer plusieurs éléments se distinguant par leur grande stylisation: une vasque olympique, une piste d’athlétisme en arrière-plan et le logo officiel des JO de Moscou en haut à droite ©CIO

  • Médaille de vainqueur Moscou 1980

    L’avers comporte un visuel de l‘artiste toscan Giuseppe Cassioli. Ce motif se retrouve sur tous les avers des médailles de vainqueur remises lors d’éditions de Jeux d’été depuis 1928 à l’exception de 3 cas particuliers : Barcelone'92, Athènes 2004 et Beijing 2008. Une inscription permet de faire le lien avec les JO de Moscou. Voici sa retranscription en alphabet latin et sa traduction :«Igry XXII Olympiady Moskva 1980»/«Jeux de la XXIIe Olympiade, Moscou 1980» ©CIO

  • Cérémonie d’ouverture Moscou 1980

    Vue sur les délégations se tenant devant la mascotte Misha formée par le public brandissant des panneaux

    ©CIO

À LA UNE