Accueil > Actualités > Seoul 1988 Actualités > URSS basketball

Seoul 1988

Options

URSS basketball

01/10/1988

Lorsque l’équipe de basketball soviétique affronta la Yougoslavie à la finale des Jeux de 1988 à Séoul, on aurait pu lui pardonner d’avoir pensé qu’elle avait déjà remporté le combat.

L’URSS devait sa place en finale après l’un des matches rejoués les plus attendus de l’histoire des Jeux d’été qui culmina par une victoire 82-76 sur les États-Unis.

Seize ans plus tôt à Munich, l’URSS avait pris l’or sur les États-Unis après l’une des scènes les plus controversées jamais vue aux Jeux.

Le temps était écoulé et, en cette fin du match, les Américains menaient 50-49, provoquant une mêlée des joueurs et des entraîneurs ayant envahi le terrain pour célébrer.

Toutefois, les officiels, confrontés à des protestations bruyantes de la part des Soviétiques et des spectateurs décidèrent d’accorder trois secondes à l’horloge du fait d’un temps mort soviétique non pris en compte.

Et comme à la poursuite d’une cause perdue, l’URSS  organisa une longue passe de la balle reçue avec brio par Sasha Belov, qui devant deux défenseurs américains maladroits, marqua les deux points décisifs. Ceci ne manqua pas de provoquer une énorme bronca et les répercussions furent immédiates.

La fierté des États-Unis était encore à vif lorsqu’ils rencontrèrent de nouveau leurs adversaires de la Guerre froide dans le stade de Jamsil à Séoul pour la finale des Jeux de 1988.

Entraînés par John Thompson, les Américains étaient les favoris après être passés sans défaite par les étapes de qualification, mais de nouveau la machine rouge se révéla plus forte dans les demi-finales.

La Yougoslavie était sur la liste d’attente des prétendants à la médaille d’or. Elle avait eu des tête à tête record avec l’URSS mais avait souvent manqué son coup à la plus grande des occasions.  Pour de nombreux joueurs, le souvenir de l’étroite défaite aux Championnats du monde de 1986 était encore vif. 

Et l’histoire se renouvela, avec l’équipe soviétique menant 76-63 grâce à l’appui ultime de son trio mobilisé d’origine lituanienne Sarunas Marciulionis, Arvydas Sabonis et Rimas Kurtinaitis.

Les États-Unis néanmoins ne restèrent pas les pieds dans les mêmes sabots puisqu’ils se sont imposés ensuite, décrochant quatre médailles d’or dans les cinq éditions des Jeux suivantes, à commencer par Barcelone 1992 où ils alignèrent leur «équipe de rêve» avec Magic Johnson, Michael Jordan, Scottie Pippen et Charles Barkley.

Bien qu’incontestablement le meilleur pays en basketball des récentes générations, le souvenir cuisant des défaites de 1972 et de 1988 subsistera longtemps dans la mémoire américaine.

À LA UNE