Accueil > Actualités > Innsbruck 2012 > Un jeu vidéo pour sensibiliser les athlètes aux dangers du dopage

Innsbruck 2012

Options

Un jeu vidéo pour sensibiliser les athlètes aux dangers du dopage

Video games help WADA educate athletes on doping

11/04/2012

Lors des premiers Jeux Olympiques de la Jeunesse d'hiver à Innsbruck en 2012, l'Agence Mondiale Antidopage (AMA) s'était fixé pour mission de sensibiliser les athlètes aux dangers du dopage dans le sport.

À cette fin, un stand avait été mis sur pied dans le cadre du programme culturel et éducatif et plusieurs initiatives lancées, dont un jeu vidéo pour les athlètes.

"Les athlètes qui sont présents aux JOJ en sont au début de leur carrière et bon nombre d'entre eux ne savent pas à quel point il est important de lutter contre le dopage dans le sport", a expliqué Terence O'Rourke de l'AMA.

Le jeu vidéo de l'AMA, qui donne le choix aux athlètes entre accepter ou refuser les produits dopants, leur explique en quoi le dopage peut affecter leur carrière. Relativement simple, me direz-vous. Et pourtant, il n'est pas toujours évident de savoir quels produits contiennent des substances illégales. Les athlètes doivent donc être vigilants quant à ce qu'ils ingèrent.

Et Terence d'ajouter : "Il ne suffit pas de dire aux jeunes athlètes : ne vous dopez pas parce que ce n'est pas bien. Il est préférable qu'ils l'apprennent en jouant.".

Si un athlète décide de se doper dans le jeu, il améliore certes ses performances mais en subit les conséquences en définitive. Après avoir été contrôlé positif, il est sanctionné et finit donc par être déçu. Simon Kainzwaldner (ITA), qui a remporté le double en luge à Innsbruck, a confié qu'il avait trouvé le jeu extrêmement intéressant et très instructif.

"La chose la plus importante que m'a apprise ce jeu est que vous pouvez gagner sans vous doper. La preuve, j'ai décroché l'or !", a-t-il ajouté.

Le jeu vidéo entend également informer les athlètes sur les personnes qui pourraient leur suggérer de se doper.

"Ce sont souvent ceux qui travaillent avec les athlètes qui les incitent à prendre des produits dopants. Il faut donc que les athlètes y soient attentifs", a indiqué Terence en conclusion.

Innsbruck 2012 Photos

À LA UNE