Accueil > Actualités > Héritage > Sydney 2000, un héritage olympique digne d’éloges

Héritage olympique

Options

Sydney 2000, un héritage olympique digne d’éloges

13/07/2012

Alan Marsh, le directeur général de l’Agence responsable du Parc olympique de Sydney ne tarit pas d’éloges pour l’héritage que les Jeux Olympiques ont laissé à la métropole australienne, mais il rappelle aussi toute l’importance de disposer à l’avance d’u

Alan Marsh, le directeur général de l’Agence responsable du Parc olympique de Sydney ne tarit pas d’éloges pour l’héritage que les Jeux Olympiques ont laissé à la métropole australienne, mais il rappelle aussi toute l’importance de disposer à l’avance d’un plan pour l’après-Jeux.

Mentionnant l’héritage économique issu des Jeux, Marsh estime que ceux-ci ont servi de catalyseur pour la tenue d’autres grandes manifestations à Sydney par la suite. « Le succès des Jeux Olympiques de 2000 est à l’origine de retombées financières pour la population de Sydney, » confie-t-il à olympic-org. « Et la capacité de l’Australie à organiser des Jeux d’été avec le succès qu’a été le leur a attiré l’attention du monde sur les sociétés australiennes d’une manière qui n’aurait jamais été possible autrement. »



« La création d’une enceinte propre aux manifestations de classe mondiale a permis à Sydney d’accueillir de grands événements comme la Coupe du monde de rugby ou les Jeux masters mondiaux. Grâce aux équipements du Parc olympique, Sydney a pu également attirer des tournées mondiales de divertissements, des conventions et autres expositions majeures. »

Le Parc, construit spécialement pour les Jeux de 2000, est devenu depuis un quartier résidentiel, commercial et sportif vivant où sont désormais installées 130 entreprises qui emploient plus de 12 000 personnes et contribuent considérablement à la vie économique du pays. Pour Marsh, ces installations sont l’un des legs les plus importants des Jeux Olympiques de 2000.

Un complexe entièrement intégré réservé aux grandes manifestations

« Avec la réalisation du Parc olympique de Sydney, l’Australie a gagné un complexe entièrement intégré réservé aux grandes manifestations qui combinent des sites de première classe disposant de liaisons de transports, gérés par des équipes de grande qualité et bénéficiant d’une organisation expérimentée : l’Agence du Parc olympique de Sydney, » explique-t-il « C’est ce qui a amené les sites du Parc à devenir le lieu habituel de grandes manifestations sportives, divertissements et autres expositions de masse. » 

L’ancien stade olympique, situé dans le Parc, accueille désormais près de 45 grands événements par an comme les matches de la Ligue de rugby, du football australien, du football, du rugby union et du cricket, sans oublier les nombreux rassemblements musicaux tels que les concerts d’AC/DC, d’U2 et des Rolling Stones. Pour leur part, les autres équipements du Parc attirent d’autres rendez-vous internationaux qu’il s’agisse du centre d’athlétisme pour les compétitions de course, de sauts et lancers ou des bassins du Centre aquatique pour la natation, le plongeon, le water-polo, ou des espaces couverts pour les événements en salle.

« Près de 6 000 manifestations et 12 millions de personnes par an, ces chiffres de fréquentation du Parc semblent être un élément de mesure significatif du succès et ils ne cesseront d’augmenter à l’avenir, » ajoute Marsh. « Ces activités drainent annuellement 1 milliard de dollars australiens dans l’économie de la Nouvelle Galles du Sud, chiffre qui continue de croître puisque les entreprises affluent toujours dans le parc de même que les manifestations qui y sont organisées. »

L’importance de la planification

Marsh insiste néanmoins sur l’importance de la planification en vue de l’héritage post-Jeux.
« Les Jeux Olympiques de 2000 à Sydney, » rappelle-t-il « furent les premiers à envisager explicitement un plan de legs lors du dépôt de la candidature olympique, soulignant ainsi la nécessité de projeter les infrastructures dans un avenir qui se prolonge après la seule période des Jeux. »

« Le legs sur le plan sportif, environnemental ou des sites, tout cela a été réfléchi en amont des Jeux, et ce notamment pour le Parc olympique de Sydney. Pour les aspects commerciaux, le plan directeur a été appliqué après les Jeux mais il s'est révélé extrêmement concluant. »

Le plan directeur 2030

Le Parc olympique de Sydney a fait l’objet d’une succession de plans prévisionnels conçus pour adapter les équipements du parc à l’héritage après les Jeux.

« Le plus récent de ces documents : le plan directeur 2030 expose la vision pour les vingt prochaines années pour le Parc » précise Marsh. « Le but est qu’en 2030 le Parc soit fréquenté journellement par 50 000 personnes, résidants, employés et étudiants dont la fonction sera essentielle à l’accueil des 25 000 visiteurs quotidiens. La progression actuelle en vue de ces objectifs du plan directeur est très satisfaisante, puisque les premiers résidants ont emménagé dans le parc au début de l’année. »

 

À LA UNE