Accueil > Actualités > SOTCHI 2014 > Sotchi 2014: Le dernier compte à rebours

SOTCHI 2014

Options

Sotchi 2014: Le dernier compte à rebours

Sotchi 2014: Le dernier compte à rebours
©Getty Images

26/04/2013

Dans un peu moins d’un an, les plus grandes vedettes des sports d’hiver se retrouveront à Sotchi pour les Jeux Olympiques d’hiver de 2014. Mike Rowbottom, journaliste et auteur de reportages pour insidethegames.biz, s’est rendu dans la station russe pour la Revue Olympique. Il relate ici la remarquable transformation de la ville qui se prépare à accueillir un spectacle de neige et de glace hors normes.

Sotchi est depuis longtemps une station de vacances très populaire en Russie. Les estivants y affluent, attirés par le climat et les avenues bordées de palmiers de cette ville aussi méridionale que Nice sur la Riviera française. Mais, à la suite de sept années de stupéfiantes transformations, Sotchi est sur le point de s’imposer sur la scène mondiale en accueillant les Jeux d’hiver, manifestation plus traditionnellement associée à la glace et à la neige ainsi qu’à des températures situées à l’autre extrême du thermomètre.

Une destination accessible toute l’année

S’exprimant devant la presse mondiale en novembre dernier, le maire de Sotchi, Anatoly Pakhomov, a annoncé: «La principale conséquence des Jeux Olympiques sera que Sotchi ne sera plus simplement perçue comme une station estivale mais comme une destination accessible toute l’année. Bénéficiant de 300 jours d’ensoleillement et d’un climat subtropical, il peut y faire 15° C en mars-avril contre -10° à -15° C à Krasnaya Polyana ! Vous pouvez skier sur les hauteurs et croiser des baigneurs en maillots sur la côte.»


La municipalité du Grand-Sotchi s’étend au sud-ouest de la Russie, sur la rive nord de la mer Noire, le long d’une ligne côtière de 145 km au pied des monts du Caucase. Sa population compte 350 000 habitants. «C’est un lieu unique, commente Anatoly Pakhomov, qui a vocation depuis toujours à être visité toute l’année et ne devrait pas être uniquement la station estivale préférée de Russie. Les Jeux nous ont permis de saisir l’occasion qui nous manquait car nous n’avions jamais pu obtenir les infrastructures indispensables ni bénéficier des conditions favorables à ce projet.»

De fabuleux sites alpins

Ceci a exigé des efforts considérables des organisateurs. Mais ce travail colossal arrive à son terme avec la création d’une destination de sports d’hiver de classe mondiale. L’ensemble côtier du parc olympique de Sotchi est si compact que les sites couverts qui s’y trouvent réunis sont à moins de quelques minutes à pied les uns des autres. Les skieurs pourront, pour leur part, concourir sur de fabuleux sites alpins, à environ 40 km de là, dans les monts arborés de Krasnaya Polyana.

Toutes les épreuves sur glace auront lieu dans le parc olympique: au Palais de glace «Bolchoï» et à l’Arène «Shaiba» pour le hockey sur glace, au Centre de curling «Ice Cube», au Centre de patinage «Adler Arena» pour le patinage de vitesse, ou au Palais des sports de glace «Iceberg» pour le patinage artistique et le patinage de vitesse sur piste courte. Le parc comprend également le stade olympique «Fisht», le village olympique principal ainsi que le Centre international de radio-télévision et le Centre de presse principal.  Le complexe de montagne, très compact, accueillera les sports de ski et de glisse. Les sites seront situés à 4 km en moyenne des villages olympiques annexes.

Tout doit être prêt pour l’ouverture

Lors de notre visite des installations olympiques, en novembre dernier, dans le cadre de la réunion d’information de la presse mondiale, j’ai pu constater toute l’ampleur et l’intensité de l’entreprise. Dans le bus qui nous menait de Krasnaya Polyana à la côte par une route sinueuse, l’ampleur des travaux réalisés pour transformer la région ne nous a pas échappé, que ce soit en altitude ou à Sotchi, seulement à quelques centaines de mètres des flots vert olive de la mer Noire. Le deuxième jour, nous avons découvert les sites alpins. En dépit du mauvais temps, les travaux de construction n’ont pas cessé. Tout doit être prêt pour l’ouverture, le 7 février 2014. Et à en juger par l’état d’avancement, il n’y pas de crainte à avoir.

Beaucoup d’installations ont déjà accueilli de grandes manifestations. Ainsi, le Palais des sports de glace «Iceberg» aux lignes fluides a accueilli la finale du Grand prix de l’Union internationale de patinage en décembre dernier. Les équipements destinés au hockey sur glace, comme tous les autres sites de Sotchi 2014, ont été construits pour l’occasion. Les matches les plus importants auront lieu dans le «Bolchoï», dont la vaste toiture blanche, lors de notre passage, était peuplée d’ouvriers encordés comme des alpinistes à l’attaque d’un glacier.

L’aéroport de Sotchi était lui aussi en travaux en novembre dernier, pour la création d’une aérogare destinée aux arrivées durant les Jeux. Une connexion en métro permettra de rejoindre les zones côtière et de montagne, les villages olympiques et les centres de presse.

«La question des transports a sérieusement été étudiée, a indiqué Anatoly Pakhomov. Nous construisons une voie ferrée, trois autoroutes et huit autres liaisons routières. L’artère principale entre la zone côtière et le complexe alpin s’étend sur 47 km dont 30 sous terre.»

"Des épreuves extrêmement divertissantes"

Douze nouvelles épreuves seront au programme: le saut à ski féminin, le half-pipe en ski (hommes et femmes), le patinage artistique par équipes, un relais mixte en biathlon, un relais par équipes en luge, un slalom parallèle spécial en snowboard (hommes et femmes), le slopestyle en snowboard (hommes et femmes) et le slopestyle en ski (hommes et femmes) qui amèneront les athlètes à réaliser des figures tout en dévalant des pentes sur un parcours de rails, de grands sauts et de bosses. Ce qui fait dire au président Rogge: «Ces épreuves extrêmement divertissantes ne manqueront pas de captiver les jeunes.»

Fin 2012, plus de 150 000 candidatures ont été reçues pour le programme des volontaires et 80 % des postes étaient pourvus. Parmi ces candidats, plusieurs centaines ont déjà l’expérience de leur tâche puisqu’ils étaient des «Artisans des Jeux» de Londres 2012!

Le relais de la flamme le plus long de toute l’histoire des Jeux d’hiver

L’héritage de Jeux réussis est certes souvent intangible, néanmoins l’usage ultérieur des sites de Sotchi fait l’objet d’un plan réfléchi afin que cette ville demeure perçue comme un grand complexe sportif tant en montagne que sur la côte. Entre-temps, le comité d’organisation de Sotchi 2014 planche sur le relais de la flamme – le plus long de toute l’histoire des Jeux d’hiver. La flamme débutera son périple en Russie le 7 octobre 2013, parcourra 65 000 km sur le sol russe et sera portée par 14 000 relayeurs. Une image qui convient bien à l’ambition de Sotchi et de toute la Russie.


 

Photos de Sotchi 2014

À LA UNE