Accueil > Actualités > Seoul 1988 Actualités > Relais nage libre

Seoul 1988

Options

Relais nage libre

Relais nage libre

30/09/1988

Qu’on se souvienne de l’Américain Matt Biondi autant pour une abominable défaite que pour ses prouesses olympiques est l’une des injustices criantes du sport.

Son palmarès de sept médailles à une seule édition des Jeux n’a été supplanté que par le prodigieux Michael Phelps. Et il demeure incontestablement l’un des athlètes masculins les plus extraordinaires des Jeux de 1988 à Séoul.

Néanmoins, subsistera longtemps dans les mémoires l’étonnant échec au 100 m papillon, conséquence d’une brassée fatalement mal calculée à l’arrivée, qui permit à Anthony Nesty du Suriname de s’attribuer la médaille d’or.

C’est à Los Angeles en 1984 que Biondi goûta pour la première fois au succès olympique. Il aida l’équipe américaine à remporter l’or du relais 4x100 m. Le potentiel de ce Californien de 19 ans était évident.

Il entama sa campagne de Séoul avec détermination par un bronze dans le 200 m papillon puis ce fut la parodie de Nesty.

Cette défaite de Biondi au plus juste le força à se demander s’il n’aurait pas dû se laisser pousser les ongles, mais sa revanche n’allait pas tarder sous la forme de cinq palpitantes médailles d’or.

Biondi étala sa vélocité débordante en décrochant la première place dans le 50 m et le 100 m nage libre puis il prit sa part des victoires dans les relais quatre nages et 4x200 m nage libre par équipe.

Mais dans la charge de cavalerie du relais 4x100 m, il démontra qu’il était bien une classe à part.

Le quartet formé par Christopher Jacobs, Troy Dalbey, Thomas Jager et Biondi en pivot de l’équipe apparaissait comme le grand favori quand les nageurs prirent leur place au départ.

Dans les deux premières longueurs, les Américains acquirent une légère avance mais, dans la troisième, Nikolai Yevseyev plaça les Russes au coude à coude à l’entrée dans l’eau des derniers nageurs.

Dès ses 50 premiers mètres, Biondi mit le résultat hors de portée et accrut l’avance dans sa deuxième traversée, réduisant le record du monde d’une demi-seconde.

Son temps personnel fut étonnamment de moins de 48 secondes et cela lui assura sa place dans l’histoire olympique. Biondi devait ajouter deux médailles d’or dans les relais de 1992 à Barcelone, avant de se tourner vers l’enseignement.

À LA UNE