Accueil > Actualités > Seoul 1988 Actualités > Naim Suleymanoglu

Seoul 1988

Options

Naim Suleymanoglu

22/09/1988

Peu d’hommes de petite taille ont eu autant d’impact aux Jeux Olympiques modernes que Naim Suleymanoglu, haltérophile exceptionnel.

Né en Bulgarie, l’Hercule de poche, comme on le surnomma, devait devenir un symbole en Turquie après ses prouesses olympiques avec seulement 1 m 47 et un peu moins de soixante kilos.

Il remporta la première de ses trois médailles d’or des poids plumes à Séoul en 1988 avec un nombre extraordinaire de points d’avance. Sa domination était telle qu’il battit un record du monde dans les deux catégories de l’arraché et de l’épaulé-jeté produisant un poids combiné qui aurait valu l’or dans la catégorie des poids légers lourds

Mais la route vers la gloire de Suleymanoglu fut loin d’être droite.

Fils d’un mineur de la communauté turque de Bulgarie, il battit son premier record du monde à 15 ans et était favori pour l’or des Jeux de 1984 à Los Angeles, sans le boycott du bloc de l’Est.

Lors de la répression du gouvernement bulgare contre la minorité ethnique du pays en 1985, son passeport lui fut retiré et son nom changé pour celui de Naum Shalamanov, à consonance non-musulmane.

Profondément révolté, il décida de faire défection lors de la Coupe du monde de 1986 à Melbourne et passa sous les couleurs de la Turquie son pays d’adoption.

Avoir la possibilité de concourir au niveau international nécessitait l’accord du gouvernement bulgare qui reçut un million de dollars de la Turquie pour autoriser ce changement.

On estima à un million également le nombre de personnes qui affluèrent dans les rues turques pour l’accueillir dans son nouveau pays après sa victoire écrasante en Corée du sud. Il souleva 30 kg de plus que son rival immédiat qui ironiquement était bulgare.

Le gymnase olympique où se déroulait l’haltérophilie était rouge et blanc des drapeaux turcs quand Suleymanoglu effectua son programme, soulevant un prodigieux 190 kg dans l’épaulé jeté.

Il devait devenir le premier haltérophile à gagner trois médailles d’or consécutives à Atlanta en 1996 et en 2001, Juan Antonio Samaranch, président du CIO d’alors, lui décerna l’Ordre olympique.  

À LA UNE