Accueil > Actualités > Moscou 1980 > Le bastion du bloc de l’Est mis à mal par Cuba

Moscou 1980

Options

Le bastion du bloc de l’Est mis à mal par Cuba

Cuban Colon upsets Eastern Bloc stronghold

21/07/1980

La domination des Allemands de l’Est et des Russes lors des épreuves d’athlétisme des Jeux Olympiques de 1980 était telle que la victoire du bloc de l’Est au javelot féminin ne semblait pas poser problème.

Avec ou sans les nations ayant boycotté Moscou, les Européennes de l’Est auraient de toute façon survolé les épreuves. La seule inconnue, semblait-il, consistait à savoir qui obtiendrait le meilleur résultat de la journée.

C’était sans compter la Cubaine Maria Colon qui n’avait apparemment pas eu la même lecture du scénario.

Originaire de Baracoa, cette athlète de 22 ans avait fait ses preuves au niveau junior avant de fêter son premier grand succès international lors des Jeux Panaméricains l’année précédant Moscou.

Mais les dominatrices de la scène mondiale du javelot venaient de l’Europe de l’Est.

Durant les mois ayant précédé les Jeux Olympiques, le record du monde n’avait fait que passer entre Ruth Fuchs (Allemagne de l’Est) et Tatyana Biryulina (Russie).

Cependant, lors de la finale dans le grand stade de Moscou, toutes deux se montrèrent décevantes.

Véritable modèle de confiance, l’Allemande s’était pourtant qualifiée avec le deuxième meilleur lancer du tour préliminaire tandis que la Cubaine n’avait passé qu’avec un laborieux 62,42m.

Or, Ruth Fuchs était gênée par un mal de dos récurrent et Tatyana Biryulina était en petite forme. Le champ était dès lors libre pour l’élégante Maria Colon qui reçut des applaudissements nourris.

Elle ouvrit la compétition sur un résultat insurpassable : 68,40 m, record olympique pour son premier lancer qu’aucune de ses 12 concurrentes n’arrivera à approcher.

Elle décrocha donc sa première médaille d’or, devant la Russe Saida Gunba en retrait de quelque 64 cm. Quant au bronze, il revint à l’Allemande de l’Est Ute Hommola. Tatyana Biryulina termina sixième et Ruth Fuchs huitième.

Découvrez les dernières photos

  • Cérémonie d'ouverture Moscou 1980

    Le dernier relayeur de la flamme, le basketteur Sergei Belov, dans le Stade Olympique de Moscou lors de la cérémonie d’ouverture

    ©CIO

  • Relais Moscou 1980

    Un porteur de la flamme lors du relais des JO de Moscou 1980

    ©CIO

  • Aleksandr Dityatin (URS)

    Aleksandr Dityatin aux anneaux lors des JO de Moscou 1980

    ©CIO

  • Médaille de vainqueur Moscou 1980

    Le revers de cette médaille est très différent de son avers: il n’est pas l’œuvre du même artiste. Alors que l’avers est une création de Giuseppe Cassioli, son revers a été conçu par Ilya Postol, jeune sculpteur soviétique. On peut y observer plusieurs éléments se distinguant par leur grande stylisation: une vasque olympique, une piste d’athlétisme en arrière-plan et le logo officiel des JO de Moscou en haut à droite ©CIO

  • Médaille de vainqueur Moscou 1980

    L’avers comporte un visuel de l‘artiste toscan Giuseppe Cassioli. Ce motif se retrouve sur tous les avers des médailles de vainqueur remises lors d’éditions de Jeux d’été depuis 1928 à l’exception de 3 cas particuliers : Barcelone'92, Athènes 2004 et Beijing 2008. Une inscription permet de faire le lien avec les JO de Moscou. Voici sa retranscription en alphabet latin et sa traduction :«Igry XXII Olympiady Moskva 1980»/«Jeux de la XXIIe Olympiade, Moscou 1980» ©CIO

  • Cérémonie d’ouverture Moscou 1980

    Vue sur les délégations se tenant devant la mascotte Misha formée par le public brandissant des panneaux

    ©CIO

À LA UNE