Accueil > Actualités > Femme et sport > La Journée internationale de la femme, un moment propice à la réflexion

Femme et sport

Options

La Journée internationale de la femme, un moment propice à la réflexion

International Women’s Day: A time for reflection
©IOC/Mine Kasapoglu

08/03/2012

Chaque année, la Journée internationale de la femme nous rappelle combien le  Mouvement olympique a progressé dans la longue lutte pour la parité hommes/femmes dans le sport, mais aussi qu'il reste encore du chemin à parcourir.

La ville de Londres accueillera les Jeux Olympiques pour la troisième fois dans moins de cinq mois. Les progrès effectués en faveur de la participation des femmes au sport depuis la première édition des JO à Londres en 1908 sont indéniables, même si cette évolution s'est faite à petits pas plutôt qu'à pas de géant.

Quelques chiffres

Lors des Jeux Olympiques de 1908 à Londres, les femmes représentaient 1,8 % des concurrents. En 1948, lors de la deuxième édition des Jeux à Londres, ce chiffre atteignait les 9,5 % - ce qui était certes une progression, mais loin d'être une manifestation éclatante de l'égalité des sexes.

Depuis lors, le pourcentage de femmes en lice aux Jeux n'a cessé d'augmenter à chaque édition, hiver et été confondus, pour tendre un peu plus vers la parité.

Plus de 42 % des athlètes en lice aux Jeux Olympiques de 2008 étaient des femmes. Nous espérons améliorer encore ce pourcentage à Londres cet été. De plus, une autre étape importante sera franchie lors des Jeux à Londres. En effet, pour la première fois, les femmes concourront dans tous les sports inscrits au programme olympique. Un premier pas dans ce sens avait été fait en 2009 lorsque la commission exécutive du CIO avait approuvé l'admission de la boxe féminine au programme olympique.

Le CIO est également ravi de l'évolution du saut à ski féminin sur le plan international, évolution qui a permis son admission au programme des Jeux Olympiques de 2014 à Sotchi.

Regard vers l'avenir

Si le Mouvement olympique a fait d'énormes progrès au fil des années, nous sommes encore loin de là où nous devrions être.

Un rapport de l'Université de Loughborough sur "l’égalité des sexes et les fonctions dirigeantes dans les organes olympiques" a souligné la nécessité de faire encore mieux pour former, recruter et guider les femmes pour qu'elles occupent des postes de dirigeantes. Comme le rapport l'a très justement fait remarquer, notre capacité à atteindre la parité hommes/femmes est parfois entravée par les pressions sociales qui limitent les choix et les ambitions des femmes. Le sport peut contribuer à briser ce cercle vicieux.  

Nous continuerons à user de l'influence du CIO pour que tous les Comités Nationaux Olympiques envoient des concurrentes aux Jeux Olympiques. De fait, il y a seulement quinze ans, lors des Jeux Olympiques de 1996 à Atlanta, 26 Comités Nationaux Olympiques ne comptaient pas de femmes au sein de leurs délégations. Il y a quatre ans, à Beijing, ils n'étaient plus que trois. Nous espérons voir ce chiffre encore évoluer lors des Jeux à Londres.

Vitrine mondiale

Cet été, plus de quatre milliards de personnes, soit plus de la moitié de la population mondiale, pourront suivre les Jeux Olympiques de 2012 à la télévision, sur Internet ou sur les plateformes mobiles. Près de la moitié de ce public sera constituée de femmes et de jeunes filles - un équilibre entre hommes et femmes que peu de grands événements sportifs peuvent espérer atteindre.

Cette portée mondiale des Jeux Olympiques en fait un instrument puissant au service de la parité hommes/femmes. Les femmes en lice aux Jeux de 2012 à Londres seront des modèles et des exemples à suivre pour les femmes du monde entier.

Le Mouvement olympique n'a pas le pouvoir d'appliquer ce principe de parité hommes/femmes à tous les aspects de l'interaction humaine. Nous pouvons toutefois utiliser le sport pour aider les femmes et les jeunes filles à acquérir la confiance en soi nécessaire pour bousculer les stéréotypes qui compromettent leurs perspectives d'avenir dans d'autres domaines.

À LA UNE