Accueil > Actualités > Paris 1924 Actualités > Abrahams écarte les Américains et décroche l’or du 100 m

Paris 1924

Options

Abrahams écarte les Américains et décroche l’or du 100 m

03/07/1924

Avec les Chariots de feu, le film qui raconte son histoire, l’aventure sportive d’Harold Abrahams bénéficia sans doute d’une forte dose de licence poétique. Elle n’en demeure pas moins aussi spectaculaire que captivante.

 

Les scénaristes prirent en effet quelque liberté avec la réalité mais ce que ce Britannique démontra indéniablement c’est qu’il était bien le sprinteur le plus rapide des Jeux Olympiques de 1924 à Paris.

Sa réputation de sauteur en longueur et de sprinteur était depuis longtemps établie, mais son échec à se qualifier dans les dernières séries du 100 m aux Jeux à Anvers quatre ans plus tôt fut l’étincelle à l’origine de son succès à ceux de Paris.

Harold Abrahams et l’Écossais Eric Liddell étaient déjà censés rapporter un doublé en or à la Grande-Bretagne mais ce dernier se concentra sur le 400 m sachant que l’une des premières éliminatoires du 100 m devait se dérouler un dimanche.

La confrontation avec la puissance des Américains conduite par « California Flash » Charlie Paddock, champion en titre et son coéquipier Jackson Scholz, « The New York Thunderbolt », reposa donc sur le seul Abrahams.

Sur la suggestion de Liddell, Abrahams avait engagé un entraîneur professionnel et la décision de travailler avec Sam Mussabini ne devait pas manquer de lui rapporter de riches dividendes.

Ce dernier tint compte de l’allure naturelle d’Abrahams et, après sa déception d’Anvers, il l’incita à se concentrer sur le 100 et le 200 m. Ses temps s’améliorèrent et, bien qu’à l’approche des Jeux il établît un record britannique en saut en longueur, il opta pour les sprints.

Après un record olympique de 10,6 secondes en quart de finale, il reproduisit cet exploit de manière surprenante en demi-finale, alors même que, croyant à un faux départ, il avait fait une pause et laissé s’échapper ses adversaires.

Les images de la finale montrent la routine élaborée des athlètes qui se servaient alors de petites truelles pour creuser leurs cale-pieds en vue du départ crucial.
À mi-parcours, un rien séparait Abrahams de Paddock et de Scholz mais le Britannique dans un effort décisif passa la ligne avec 60 cm d’avance, réalisant ce faisant le même temps record de 10,6 secondes.

Il devait terminer dernier du 200 m cependant et Liddell fut un surprenant troisième. À peine un an plus tard, sa carrière d’athlète actif prenait fin sur une jambe cassée en compétition de saut en longueur.

Abrahams incarna la notion même du sursaut crucial au moment opportun et Hollywood contribua à ce que son nom demeure dans l’histoire comme l’un des vainqueurs du ruban bleu des épreuves olympiques.

Découvrez les dernières photos

  • Johnny Weissmuller (USA)

    Entré dans la légende hollywoodienne pour son rôle de Tarzan, Johnny Weissmuller n’en a pas moins été un nageur accompli. Aux JO de Paris 1924, il a remporté l’or sur 100m nage libre, 400m nage libre et 4x200m nage libre. On le voit ici après son 400m nage libre entouré de ses dauphins, le Suédois Arne Borg (2ème, à droite) et l’Américain Andrew Charlton (3ème, à gauche)
    ©CIO

  • Paavo Nurmi (FIN)

    L’athlète finlandais Paavo Nurmi remporte cinq médailles d’or au cours des JO de Paris 1924. Il gagne ainsi le cross country individuel, le cross country par équipes, le 1’500m, le 5’000m et le 3’000m par équipe. Le 10 juillet 1924, il s’impose sur le 1’500m avant de s’aligner victorieusement, 55 minutes plus tard (!), sur le 5’000m

    ©CIO

  • Médaille de vainqueur Paris 1924

    Le revers de la médaille est occupé par la représentation d’un athlète aidant un de ses adversaires à se relever. Ce motif permet ainsi de parfaitement illustrer la solidarité que l’on attend de tout sportif participant aux Jeux Olympiques. En outre, il faut noter que les anneaux olympiques apparaissent pour la première fois sur une médaille (ils sont ici visibles sur la partie inférieure de l’objet)
    ©CIO

  • Liddell Chaired

    18th July 1924: Eric Liddell (1902 - 1945), winner of the 400 metres at the 1924 Paris Olympics, is paraded around Edinburgh University after his victory. He was known as the 'Flying Scotsman' and was immortalised in the film Chariots of Fire. (Photo by Firmin/Topical Press Agency/Getty Images)

  • Liddell Triumphant

    18th July 1924: Scottish athlete Eric Liddell (1902 - 1945) is paraded around Edinburgh University after winning the 400 metres at the 1924 Paris Olympics. Eric Liddell, known as the 'Flying Scotsman' went to the Paris Olympics in 1924 as the favourite t

  • Eric Liddell

    Scottish athlete and missionary, Eric Henry Liddell (1902 -1945) being carried round the streets after his Olympic victory. Eric Liddell, known as the 'Flying Scotsman' went to the Paris Olympics in 1924 as the favourite to win the 100 metres race but refused to run because he felt that running on a Sunday conflicted with his Christian beliefs. He won a bronze medal in the 200 metres event instead and then ran the 400 metre race despite having little experience at the distance. He not only won the gold medal but broke the world record by completing the race in 47.6 seconds, an achievement which is celebrated in the 1981 film 'Chariots of Fire'. Liddell gained two degrees, one in science and the other in divinity, before leaving Britain to work as a Scottish Congregational Church missionary in China as his parents had before him. Original Publication: People Disc - HG0205 (Photo by Topical Press Agency/Getty Images)

À LA UNE