Accueil > Actualités > Paris 1924 Actualités > La légende d’Eric Liddell est née à Paris

Paris 1924

Options

La légende d’Eric Liddell est née à Paris

La légende d’Eric Liddell est née à Paris

07/07/1924

De toutes les médailles olympiques d’or remportées au fil des années peu ont été aussi bien documentées, chroniquées et mises en scène que celle d’Eric Liddell.

Chrétien pratiquant, Eric Liddell refusa de courir le 100 m sa course préférée, car l’une des séries éliminatoires était fixée un dimanche, et s’en alla décrocher une médaille d’or dans un 400 m exténuant.

Rendu célèbre par les Chariots de feu, le film plusieurs fois primé aux Oscars, l’histoire de l’Écossais aussi merveilleuse soit-elle n’en fut pas moins absolument à l’opposé du style de sa foulée.

Les puristes le décrivirent comme la laideur incarnée quand il courait la tête en arrière les yeux au ciel, les mains labourant l’air et les pieds pédalant à une vitesse vertigineuse.

Contrairement à ce que le film raconte, la date du sprint masculin avait été annoncée plusieurs mois avant les Jeux à Paris et une fois que Liddell s’était rendu compte qu’il ne pouvait s’y présenter, il opta pour les épreuves du 200 m et du 400 m auxquelles il eut le temps de se préparer.

Il remporta le bronze du 200 m tandis que son coéquipier Harold Abraham, le champion du 100 m, dut se contenter de la cinquième position, et, le lendemain, il affronta les qualifications du 400 m.

D’aucuns se moquèrent de la décision de Liddell de s’abstenir de courir le dimanche mais peu notèrent le petit papier que lui tendit un membre de l’équipe américaine peu de temps avant le départ et sur lequel était écrite la parole biblique : « j’honorerai ceux qui m’honorent. »

Beaucoup estimèrent que la tactique de Liddell était proche du suicide.

Le 400 m était considéré comme une course de demi-fond à l’époque et l’extrême vitesse avec laquelle Liddell aborda la finale ne manqua pas de surprendre autant ses adversaires que les spectateurs.

À n’en pas douter, son énergie allait lui faire défaut dans les derniers mètres et permettre à des Américains considérés comme plus aptes, ou même à son coéquipier Guy Butler, de s’imposer.

Liddell, cependant, conserva forme et concentration et, quand d’autres concurrents s’inclinèrent devant l’allure qu’il avait imprimée, il parvint à passer la ligne en 47,6 secondes, record olympique qui devait subsister jusqu’aux Jeux à Berlin douze ans plus tard.

Liddell fut porté en triomphe au milieu d’une foule en délire dans les rues d’Edimbourg. Plus tard, il retourna en Chine, le pays qui l’avait vu naître, pour poursuivre sa tâche de missionnaire.

Il devait décéder d’une tumeur au cerveau dans un camp d’internement japonais durant la dernière année de la Seconde guerre mondiale.

Découvrez les dernières photos

  • Johnny Weissmuller (USA)

    Entré dans la légende hollywoodienne pour son rôle de Tarzan, Johnny Weissmuller n’en a pas moins été un nageur accompli. Aux JO de Paris 1924, il a remporté l’or sur 100m nage libre, 400m nage libre et 4x200m nage libre. On le voit ici après son 400m nage libre entouré de ses dauphins, le Suédois Arne Borg (2ème, à droite) et l’Américain Andrew Charlton (3ème, à gauche)
    ©CIO

  • Paavo Nurmi (FIN)

    L’athlète finlandais Paavo Nurmi remporte cinq médailles d’or au cours des JO de Paris 1924. Il gagne ainsi le cross country individuel, le cross country par équipes, le 1’500m, le 5’000m et le 3’000m par équipe. Le 10 juillet 1924, il s’impose sur le 1’500m avant de s’aligner victorieusement, 55 minutes plus tard (!), sur le 5’000m

    ©CIO

  • Médaille de vainqueur Paris 1924

    Le revers de la médaille est occupé par la représentation d’un athlète aidant un de ses adversaires à se relever. Ce motif permet ainsi de parfaitement illustrer la solidarité que l’on attend de tout sportif participant aux Jeux Olympiques. En outre, il faut noter que les anneaux olympiques apparaissent pour la première fois sur une médaille (ils sont ici visibles sur la partie inférieure de l’objet)
    ©CIO

  • Liddell Chaired

    18th July 1924: Eric Liddell (1902 - 1945), winner of the 400 metres at the 1924 Paris Olympics, is paraded around Edinburgh University after his victory. He was known as the 'Flying Scotsman' and was immortalised in the film Chariots of Fire. (Photo by Firmin/Topical Press Agency/Getty Images)

  • Liddell Triumphant

    18th July 1924: Scottish athlete Eric Liddell (1902 - 1945) is paraded around Edinburgh University after winning the 400 metres at the 1924 Paris Olympics. Eric Liddell, known as the 'Flying Scotsman' went to the Paris Olympics in 1924 as the favourite t

  • Eric Liddell

    Scottish athlete and missionary, Eric Henry Liddell (1902 -1945) being carried round the streets after his Olympic victory. Eric Liddell, known as the 'Flying Scotsman' went to the Paris Olympics in 1924 as the favourite to win the 100 metres race but refused to run because he felt that running on a Sunday conflicted with his Christian beliefs. He won a bronze medal in the 200 metres event instead and then ran the 400 metre race despite having little experience at the distance. He not only won the gold medal but broke the world record by completing the race in 47.6 seconds, an achievement which is celebrated in the 1981 film 'Chariots of Fire'. Liddell gained two degrees, one in science and the other in divinity, before leaving Britain to work as a Scottish Congregational Church missionary in China as his parents had before him. Original Publication: People Disc - HG0205 (Photo by Topical Press Agency/Getty Images)

À LA UNE