Accueil > Actualités > Tokyo 1964 > Equipe féminine japonaise de volleyball

Tokyo 1964

Options

Equipe féminine japonaise de volleyball

Equipe féminine japonaise de volleyball

21/10/1964

Volleyball

C’était la première fois que le volleyball figurait au programme olympique, un événement que les partisans du pays hôte attendaient avec impatience. Si l’équipe masculine japonaise empocha le bronze derrière la toute puissante Union soviétique, c’est sur l’équipe féminine japonaise de volleyball que le pays hôte était le plus focalisé.

L’équipe comptait dans ses rangs dix membres travaillant dans la même filature près d’Osaka sans compter l’entraîneur, Hirofumi Daimatsu, responsable de l’achat des fournitures de bureau. Sous son apparence banale, cet homme cachait en fait une extraordinaire détermination.

Ses techniques d’entraînement étaient poussées à l’extrême : les joueuses subissaient ses moqueries et étaient forcées de travailler pratiquement chaque jour, sans exception. Mais Daimatsu avait également mis au point une nouvelle tactique, encore en place jusqu’à aujourd’hui.

Il constitua une équipe hautement performante qui fascinait le public japonais. On attendait des joueuses non seulement qu’elles vainquent, mais qu’elles le fassent avec la manière.

C’est ce qu’elles firent en laissant échapper un seul set face aux Polonaises durant tout le tournoi sur le score serré de 15-13. Et même là, il y avait une raison : le set fut concédé uniquement après que Daimatsu eut fait sortir quelques-unes de ses meilleures joueuses afin de frustrer les chercheurs de talents travaillant pour l’Union soviétique.

La finale les opposa à l’équipe soviétique qui s’était qualifiée avec le nombre record de quatre victoires sans aucun set concédé. Mais le match ne se déroula pas selon le schéma classique espéré, bien au contraire. En effet, les Japonaises dominèrent du début à la fin et gagnèrent sur le score de 3-0.

C’était cependant exactement le résultat que le public japonais attendait : 80 % des habitants du pays étaient devant leur poste de télévision durant ce match triomphal.

Après les Jeux Olympiques, durant un entretien avec le Premier ministre, la capitaine de l’équipe Masae Kasai mentionna que le régime strict des entraînements auquel elle était soumise l’empêchait de rencontrer un mari éventuel. Pris de sympathie, le Premier ministre lui arrangea un rendez-vous avec un homme du nom de Kazuo Nakamura. L’histoire se termina par un mariage.

Découvrez les dernières photos

  • Vyacheslav Ivanov - Jeux Olympiques à Tokyo en 1964

    Tokyo 1964 - Vyacheslav Ivanov (URS) 1e, en haut, et HILL Achim (EUA) 2e. © 1964 / Comité International Olympique(CIO)

  • Cérémonie d'ouverture

    Yoshinori Sakai a allumé la vasque olympique

    ©CIO

  • Cérémonie d'ouverture Tokyo 1964

    Yoshinori Sakai, dernier relayeur de la flamme, se tient à côté de l’actrice grecque Aleka Katseli lors d’une répétition précédant la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques de Tokyo

    ©Central-Press

  • Larisa Latynina (URSS)

    Larisa Latynina, médaille de bronze autour du cou, sur la troisième marche du podium du concours de poutre des JO de Tokyo 1964. Sur la première marche se trouve la Tchécoslovaque Vera Caslavska tandis que Tamara Manina (URSS) complète le podium à la seconde place

    ©CIO

  • Yoyogi National Gymnasium

    An aerial view of the Yoyogi National Gymnasium, circa 1965. Designed by Kenzo Tange to house the swimming and diving events in the 1964 Tokyo Olympics, it is now a major venue for basketball and ice hockey. (Photo by Three Lions/Hulton Archive/Getty Images)

  • Anton Geesink

    Dutch judo champion Anton Geesink arrives back in his home town of Utrecht after winning the gold medal in the open event at the Tokyo Olympics, 6th November 1964. (Photo by Keystone/Hulton Archive/Getty Images)

À LA UNE