Accueil > Actualités > Femme et sport > Débat sur l'égalité des sexes dans et par le sport aux Nations Unies

Femme et sport

Options

Débat sur l'égalité des sexes dans et par le sport aux Nations Unies

Gender equality in and through sport discussed at UN meetings
©IOC/Giulio Locatelli

29/06/2010

Le rôle du sport dans la promotion de l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes et des jeunes filles à travers des partenariats novateurs ont fait l'objet aujourd'hui à New York d'une discussion entre de hauts représentants du Mouvement olympique, des Nations Unies, des gouvernements, du secteur privé, de fondations, d'ONG et du monde universitaire à l'occasion d'un petit-déjeuner de travail. La rencontre, qui s'est déroulée durant l'examen ministériel annuel du Conseil économique et social des Nations Unies (ECOSOC), a été organisée conjointement par le Comité International Olympique (CIO) et le Bureau des Nations Unies pour les partenariats, en coopération avec le Bureau pour le sport au service du développement et de la paix.

Premier petit-déjeuner de travail CIO-ONU

Cette rencontre est la première du genre depuis que le CIO s'est vu octroyer le statut d'observateur auprès des Nations Unies en octobre dernier – une décision prise afin de saluer la contribution du Comité à la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement (OMD). Le CIO et ses partenaires utilisent le sport pour lancer diverses initiatives à l'échelon mondial dans le domaine de l'aide humanitaire, de la paix, de l'éducation, de l'égalité des sexes, de la durabilité et de la prévention du VIH/SIDA.

Le sport, vecteur de changement social

"Le sport renforce l'autonomie des femmes et des jeunes filles car il entraîne un changement d'attitude. Il permet aux sportives d'exploiter leur potentiel et au reste de la population de les voir sous un autre jour. Lorsqu'une athlète triomphe, elle devient souvent un modèle pour sa famille, sa communauté et même son pays", a déclaré Anita DeFrantz, membre du CIO et présidente de la commission femme et sport, lors de la réunion d'aujourd'hui. Et d'ajouter : "Il n'est pas facile de faire évoluer les choses dans ce domaine. Nous devons nouer de solides partenariats afin que, partout dans le monde, un plus grand nombre de femmes et de jeunes filles aient accès à la pratique sportive. Pour progresser réellement, nous avons besoin de l'aide des gouvernements, des établissements d'enseignement et du secteur privé."

Ce petit-déjeuner de travail, dont le but était d'encourager l'utilisation du sport pour promouvoir l'égalité des sexes – le troisième des objectifs du Millénaire pour le développement, était placé sous la conduite d'Anita DeFrantz et d'Amir Dossal, directeur exécutif du Bureau des Nations Unies pour les partenariats. L'Américaine Dara Torres, quintuple olympienne et 12 fois médaillée olympique en natation, a participé à la rencontre. Cette mère de famille, mannequin, personnalité télé et conférencière spécialiste de la motivation est la preuve vivante qu'une athlète exceptionnelle peut être une source d'inspiration pour les femmes et les jeunes filles aux quatre coins de la planète. Ainsi qu'elle l'a déclaré : "Les Jeux Olympiques font partie de ma vie depuis que j'ai 14 ans. J'en ai maintenant 43. En tant que mère et sportive, je me rends compte, aujourd'hui plus que jamais, à quel point il est devenu important pour moi d'œuvrer en faveur des femmes dans le sport."

Wilfried Lemke, conseiller spécial du secrétaire général des Nations Unies pour le sport au service du développement et de la paix, a indiqué pour sa part : "Le sport est un langage universel. Il fait partie de la culture de tous les pays ou presque. Cela étant, le sport est souvent négligé car il n'est pas considéré partout comme une occupation acceptable ou souhaitable pour les femmes et les jeunes filles, mais plutôt comme un domaine réservé aux hommes. Nous devons nous pencher sur ce problème en nous montrant ouverts aux diverses cultures, mais en rappelant également que la pratique du sport est un droit de l'homme. Les gouvernements ont la possibilité cette année, durant la réunion au sommet de l'ECOSOC et lors d'autres grands colloques onusiens, de mettre l'accent sur l'importance de l'égalité des sexes dans et par le sport."

À propos de l'ECOSOC et de son examen ministériel annuel

L'examen ministériel annuel du Conseil économique et social des Nations Unies (ECOSOC) réunit des chefs d'État ainsi que des représentants de plusieurs pays pour cinq jours de travail au siège de l'ONU à New York. Cet examen entend évaluer les progrès accomplis dans la réalisation des OMD et des autres objectifs convenus lors des réunions au sommet organisées sous l’égide de l’ONU, tout en échangeant de nouvelles idées et pratiques pour aller de l'avant.

Anita DeFrantz s'adressera aux délégués le 2 juillet 2010.

À LA UNE