Accueil > Actualités > ACTUALITES LONDRES 2012 > Dans les coulisses de Londres 2012 avec Sonali Shah, présentatrice à la BBC

LONDRES 2012

Options

Dans les coulisses de Londres 2012 avec Sonali Shah, présentatrice à la BBC

Behind the scenes with BBC presenter Sonali Shah
©IOC/Billy Rowlinson

06/08/2012

Il a fallu des années d'entraînement, des centaines de réveils matinaux et des nerfs d'acier pour arriver aux Jeux Olympiques. Non, ici il n'est pas question d'athlètes. Les diffuseurs olympiques travaillent jour et nuit pour s'assurer de proposer la meil

Pouvez-vous nous parler de votre rôle ?
Je fais plein de choses différentes pour les Jeux Olympiques. Je suis deux sports en particulier, le triathlon dans Hyde Park et le tir à l'arc donc je suis sur le site à Lords pour les jours de remise de médailles. Durant les jours où je ne suis pas ces deux sports, je suis dans les studios de BBC Three ici au Parc olympique, studios en extérieur qui possèdent une superbe vue, donc c'est comme si nous étions au cœur de l'action.

Jusqu'ici, quel a été votre meilleur moment des Jeux ?
Je dirais lorsque l'équipe britannique a remporté le bronze en gymnastique artistique car ça a vraiment représenté beaucoup dans ce sport (la première médaille britannique en 100 ans). Nous parlions de cette médaille masculine il y a 100 ans mais à l'époque, il y avait la corde, donc c'est différent et cette équipe a vraiment travaillé d'arrache-pied pour décrocher cette médaille. Je ne pensais pas voir ce jour arriver. 

Qu'est-ce que cela fait que son pays soit l'organisateur des Jeux ?
C'est fou ! Je ne pourrais jamais vivre cette expérience à nouveau donc je sais que c'est vraiment fantastique. Lorsque j'étais à Beijing (pour les Jeux Olympiques de 2008), qui était ma première édition des Jeux, nous savions déjà que Londres serait la prochaine ville hôte et pour moi, il était évident que je voulais y participer, c'est pourquoi j'ai veillé à prendre les bonnes décisions. Je me suis sentie comme les athlètes, non pas que je me sois entraînée, mais j'avais un objectif, aller aux Jeux Olympiques de 2012 à Londres coûte que coûte.

Quel est le sport que vous préférez commenter ?
Je pense qu'il s'agit du triathlon. J'ai commenté de nombreux triathlons donc j'attendais avec impatience de commenter mon premier triathlon olympique. C'est vraiment sympa car c'est comme le golf où vous pouvez vous déplacer sur le parcours avec les concurrents.

Qu'est-ce que cela fait de penser que vos commentaires sont diffusés en direct dans le monde entier ?
C'est un peu effrayant car nous n'avons pas la fonction auto cue (calage automatique sur le « vrai » début audio d'une plage) et parfois nous ne savons pas où nous allons donc nous devons faire comme si nous parlions avec plusieurs personnes, mais un peu de stress ne fait pas de mal et souvent cela donne lieu à de grands moments de télévision.

Quel a été votre meilleur moment en tant que journaliste sportive ?
Je dirais avoir été présente pour les médailles d'or à Beijing. J'étais là lorsque Chris Hoy et son équipe ont décroché l'or (équipe britannique, vitesse par équipe en cyclisme), et c'était juste incroyable d'être là et de voir des personnes que j'ai appris à connaître au fil des années goûter au succès. Nous avons aussi tous sympathisé avec Tom Daley (GBR), athlète de plongeon, car nous avons appris à le connaître aussi ces dernières années. Il y a des personnes telles que le navigateur britannique Ben Ainslie que je soutiens car il a été le premier olympien que j'ai rencontré et qu'il m'a laissé l'habiller en pirate sur son bateau !

Qu'avez-vous pensé des premiers Jeux Olympiques de la Jeunesse d'hiver à Innsbruck ?
J'ai bien aimé. C'était mes premiers Jeux Olympiques de la Jeunesse. Ce que j'ai beaucoup aimé dans cette édition est que tous ces jeunes lorsqu'ils participeront aux prochains rendez-vous des saisons d'hiver pourront dire qu'ils ont déjà connu l'expérience d'une manifestation olympique. Il n'est pas nécessairement question de remporter des médailles, il s'agit d'être assez calme à votre prochaine participation pour décrocher des médailles. Le plus d'éditions olympiques auxquelles vous participez, le plus détendu vous serez pour réaliser de meilleures performances quel que soit votre rôle.

En quoi pensez-vous que les Jeux Olympiques de la Jeunesse aideront les futurs athlètes dans leurs carrières respectives ?
En leur donnant l'expérience d'une cérémonie d'ouverture et de la compétition sur une scène mondiale avec un peu de pression car c'est une manifestation olympique, et avec beaucoup d'attention, ce qui est un avantage. Tom Daley, qui a participé à l'édition de Beijing en 2008 à l'âge de 14 ans, a dû supporter cette pression, il est un bon exemple de cela et de la manière dont les athlètes des Jeux Olympiques de la Jeunesse progressent bien (Tom a également concouru aux Jeux Olympiques de la Jeunesse de 2010 à Singapour).

Quel athlète des Jeux Olympiques de la Jeunesse attendez-vous avec impatience de voir concourir ?
Le gymnaste britannique Sam Oldham (GBR, médaillé olympique en bronze). Lorsque je l'ai vu disputer sa compétition, j'ai pensé aux Jeux Olympiques de la Jeunesse et à combien cette expérience l'avait aidé.

Découvrez les dernières photos

  • Madness au Stade Olympique

    Londres 2012 - Le groupe britannique Madness ("folie..") interprète son tube de 1982, "Our House" durant la Cérémonie de clôture au Stade Olympique, le 12 août 2012.

  • Le saxophoniste volant

    Londres 2012 - Le saxophoniste du groupe Madness joue son solo suspendu à un filin, volant à travers le Stade Olympique durant la Cérémonie de clôture le 12 août 2012.

  • Ray Davies des Kinks chante "Waterloo Sunset"

    Londres 2012 - Ray Davies, chanteur et auteur-compositeur du groupe britannique The Kinks, chante sa célèbre chanson de 1967, "Waterloo Sunset", véritable lettre d'amour adressée à la ville de Londres, lors de la Cérémonie de clôture au Stade Olympique le 12 août 2012.

  • Acrobates sur les toîts de Londres

    Londres 2012 - Acrobates, danseurs et interpètes font le spectacle sur les toîts de Londres, au Stade Olympique, le 12 août 2012 lors de la Cérémonie de clôture.

  • Les Kaiser Chiefs arrivent en scooter

    Londres 2012 - Les scooters britanniques du milieu des années 1960, symboles de la culture "mod", amènent Ricky Wilson jusqu'à la scène pour l'interprétation avec les Kaiser Chiefs de la chanson des Who "Pinball Wizzard", lors de la Cérémonie de clôture au Stade Olympique, le 12 août 2012.

  • Reconnaissance pour la mode britannique à la Cérémonie de clôture

    Londres 2012 - Alors que le tube de David Bowie "Fashion" est diffusé dans le Stade Olympique, le défilé des mannequins offre une image de la haute-couture britannique au public de la Cérémonie de clôture, le 12 août 2012.

À LA UNE