Accueil > Actualités > Le développement par le sport > D'athlète à ambassadeur : au-delà des compétitions sportives des JOJ

Le développement par le sport

Options

D'athlète à ambassadeur : au-delà des compétitions sportives des JOJ

From Athlete to Ambassador – a look beyond the YOG sports competitions
©UNAIDS / Mario Balibago

25/08/2010

Les tout premiers Jeux Olympiques de la Jeunesse (JOJ) à Singapour sont le moment idéal pour sensibiliser les jeunes athlètes venus des quatre coins de la planète aux questions mondiales qui les concernent tous sans exception.

Parties intégrantes du programme culturel et éducatif des JOJ, les organisations partenaires du CIO informent en effet les athlètes participants sur des sujets importants tels que le développement durable, le dopage, l'Olympisme, le VIH/Sida, les droits des enfants, le fair-play,  les premiers secours et l'aide humanitaire.

Ainsi que l'a expliqué le président du CIO, Jacques Rogge : "Le sport est un outil efficace pour nouer le dialogue avec les jeunes d'aujourd'hui sur tous les continents et pour les sensibiliser très tôt à l'adoption de comportements sains et responsables."

Des stands interactifs installés au cœur du village olympique de la jeunesse ont donné la possibilité aux athlètes d'en apprendre davantage sur ces sujets d'une manière aussi amusante qu'attrayante et de découvrir ce qu'ils pouvaient entreprendre pour contribuer à la résolution de ces questions. Ces stands ainsi que leur contenu ont été spécialement créés pour les JOJ. Ils s'adressent directement aux jeunes afin que ceux-ci approfondissent leurs connaissances sur les problèmes mondiaux tout en se divertissant.

©Ornella Lardaruccio / IOC

Dirigés par plusieurs organisations internationales, les stands ont remporté un franc succès auprès des athlètes dans le village pendant les Jeux.

"La fréquentation a été bien plus élevée que nous l'espérions" a confié Alexandra Karaiskou de l'Académie Internationale Olympique (AIO), dont le stand permet aux athlètes d'en apprendre davantage sur les valeurs olympiques et l'histoire des Jeux Olympiques modernes à travers un large éventail de jeux et d'affichages interactifs. Et d'ajouter : "Chaque jour, nous accueillons près de 150 visiteurs, ce qui est très satisfaisant."

Il est à espérer que les athlètes prendront dès maintenant le relais et discuteront de ces questions au sein de leurs communautés respectives.

©Ornella Lardaruccio / IOC

"Ces athlètes pourraient devenir des modèles pour l'avenir" a expliqué Hartmut Stahl, en charge d'un programme pour le PNUE (Programme des Nations Unies pour l'environnement), lequel utilise deux vélos électriques pour alimenter deux ampoules et une chaîne hi-fi afin de sensibiliser les athlètes à l'importance de l'efficacité énergétique. Et de poursuivre : "Nous espérons qu'ils comprendront ce message et le transmettront au plus grand nombre."

Certaines des questions abordées sur les stands relèvent de sujets pouvant directement toucher les athlètes participants dans un avenir proche tels que le dopage, un mode de vie sain ou encore le fair-play.

David Julien, en charge de la section éducation et sensibilisation au sein de l'Agence Mondiale Antidopage (AMA), a indiqué pour sa part : "Nous invitons les jeunes athlètes à montrer au reste du monde qu'ils souhaitent faire partie d'un projet assurant la promotion d'un sport propre et de montrer leur confiance en ce projet." Le stand de l'AMA propose un jeu vidéo qui apprend aux athlètes à faire le bon choix lorsqu'ils sont confrontés aux drogues. Et d'ajouter : "C'est peut-être la première fois que certains de ces athlètes subissent des contrôles de dopage, c'est pourquoi nous tenons à ce que leur première expérience antidopage soit significative et positive afin qu'ils puissent s'amuser au final."

Dans une zone spécifique baptisée "zone santé" au village olympique de la jeunesse, les athlètes peuvent également être informés des aspects nutritionnels et de l'altération de l'image corporelle à travers des jeux interactifs et des vidéos pédagogiques.


©Ornella Lardaruccio / IOC

L'ancien olympien, Tony Estanguet, fait partie des nombreux athlètes modèles présents à Singapour. Il est ravi d'assurer la promotion du fair-play dans le sport, lequel est également mis à l'honneur sur le stand du Comité International du Fair-Play (CIFP).

Ainsi que le Français, deux fois champion olympique en canoë, l'a commenté : "Je pense que le fair-play est extrêmement important lorsque l'on pratique un sport. J'ai souvent pu apprécier ce véritable esprit de fair-play au cours des différentes compétitions de canoë auxquelles j'ai pris part. Lorsque j'ai remporté une médaille d'or aux Jeux Olympiques de 2004 à Athènes, le vainqueur n'a pas immédiatement été désigné après la finale. Nous avons toutefois décidé de fêter ce moment de victoire tous ensemble ! L'essentiel à cet instant était de partager notre plaisir les uns avec les autres. Ma mission est de raconter ce genre d'anecdotes aux jeunes et de les encourager à respecter cet esprit de fair-play."

Parmi les autres questions abordées, des problèmes d'ordre mondial tels que le VIH/Sida, les dons de sang, les premiers soins aux communautés et les droits des enfants. Les jeunes représentent 40 % des nouvelles personnes infectées par le VIH sur le plan mondial, aussi le stand de l'ONUSIDA (programme conjoint des Nations Unies sur le VIH et le Sida) s'est-il attaché à sensibiliser les athlètes à la prévention du VIH à travers une grande gamme de jeux interactifs.

"Il y a toujours énormément de jeunes infectés par le VIH" a déclaré Dawn Foderingham en sa qualité de conseiller pour un programme régional concernant l'Asie et le Pacifique au sein de l'ONUSIDA. Et d'ajouter : "C'est pourquoi la catégorie des 14-18 ans est le groupe cible de tous nos messages. Notre stand a reçu plus de 100 visites par jour et je suis agréablement surpris des échos que nous recevons des athlètes au village olympique de la jeunesse."


©UNAIDS / Mario Balibago

La Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR) est également présente au village olympique pour sensibiliser les jeunes aux techniques des premiers secours, à la préparation aux catastrophes et aux nécessaires dons du sang au niveau mondial. Dragana Volkanovska, une jeune joueuse de badminton originaire de l'ex-République yougoslave de Macédoine, a assisté à une séance de la FICR et souhaite à présent faire passer le message suivant : "Chaque être humain a la responsabilité morale de donner son sang." Elle est également repartie avec ce message : "on a besoin de sang, en particulier en période de catastrophes et de conflits. Tout le monde doit faire un don au moins une fois dans sa vie."

Par ailleurs, sur le stand du Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF), les athlètes ont pu participer à de nombreux jeux et activités, tous axés sur les droits des enfants et les conditions à remplir pour que ces derniers puissent atteindre leur plein niveau de capacité. Les jeux sur le stand invitent en effet les jeunes à parler de leurs vies, de leurs rêves et de leurs valeurs d'une manière amusante et interactive. Par exemple, bon nombre d'athlètes ont choisi de concevoir leurs propres tee-shirts avec des slogans tels que "vous avez le droit d'être une fille et de pratiquer un sport" ou encore "c'est à ton tour d'aider ceux qui en ont le plus besoin."

Ainsi que l'a déclaré Wilfried Lemke, conseiller spécial du secrétaire général des Nations Unies pour le sport au service du développement et de la paix, alors qu'il faisait le tour des stands : "C'est une occasion unique pour les jeunes athlètes de voir au-delà des compétitions sportives et de se sensibiliser aux questions mondiales qui nous préoccupent tous." 

M. Lemke a également assisté à un atelier spécial au cours duquel il s'est adressé aux athlètes présents concernant le rôle qu'ils peuvent jouer par rapport à ces questions une fois les Jeux terminés. "L'expérience que vous avez vécue ici vous permettra d'être des ambassadeurs dans vos communautés respectives une fois rentrés. Vous pourrez partager ce que vous avez appris et encourager les personnes qui vous entourent à devenir des acteurs du changement" a-t-il déclaré.


©Ornella Lardaruccio / IOC

 

Réservez dès à présent votre place à la 7e Conférence mondiale sur le sport, l'éducation et la culture qui se tiendra à Durban, Afrique du Sud, du 5 au 7 décembre 2010.

À LA UNE