Accueil > Actualités > Moscou 1980 > Coe revient brillamment sur le devant de la scène

Moscou 1980

Options

Coe revient brillamment sur le devant de la scène

Coe seals glorious comeback against rival Ovett

28/07/1980

Sebastian Coe n’avait été que l’ombre de lui-même dans les jours qui avaient suivi sa défaite mortifiante face à son éternel rival Steve Ovett lors de la finale du 800 m des Jeux Olympiques de Moscou.

Si Coe avait bel et bien été pressenti comme vainqueur de sa distance favorite, il avait dû s’avouer vaincu, chose rare, par son coéquipier Ovett après avoir mené une course à la tactique choquante.

Fidèle à sa réputation, la presse britannique éreinta Coe et porta aux nues Ovett pour la maîtrise dont il avait fait preuve dans sa course pour l’or dans le stade Lénine.

Immédiatement après sa défaite, Coe souligna l’importance du 1500 m. “Le 1500 m était de toute façon une épreuve difficile avant, mais maintenant ce sera LA course de ma vie. Je dois la remporter.”

Coe se trouvait désormais face à un immense défi.

Ovett restait invaincu sur cette distance depuis plus de trois ans et il venait d’égaler le record de Coe quelques jours avant les qualifications du 800 m à Moscou.

Tous deux disputèrent les qualifications dans un style différent, Coe à l’arraché pour remporter sa course tandis qu’Ovett leva le bras nonchalamment afin de saluer la foule avant même d’avoir franchi la ligne d’arrivée.

Au début de la course, Coe n’avait aucune intention de se laisser enfermer ou distancer de la même manière, scolaire, que lors du 800 m.

Coe était à la hauteur du meneur de la course, l’Allemand de l’Est Jurgen Straub, tandis qu’Ovett était dangereusement en embuscade.

Tous deux comptaient sur leur finish lors du dernier virage mais Ovett n’avait tout simplement pas les réserves suffisantes pour combler le dernier mètre qui le séparait de la victoire.

Ce dernier ralentit dans les dernières foulées, donnant à Straub la plus inattendue des médailles d’argent qui le fit exulter comme s’il avait remporté la course.

L’image la plus frappante de la compétition, voire des Jeux, fut celle de Sebastian Coe alors qu’il franchissait la ligne d’arrivée, le visage grimaçant de soulagement et de revanche.

Il se retourna rapidement en direction de ses détracteurs présents dans l’aire des médias en leur indiquant triomphalement le chiffre 1 avec son doigt.

Quatre ans plus tard, à Los Angeles, il défendra avec succès son titre du 1500 m. À ce jour, il reste le seul homme à avoir accompli ce doublé.

Découvrez les dernières photos

  • Cérémonie d'ouverture Moscou 1980

    Le dernier relayeur de la flamme, le basketteur Sergei Belov, dans le Stade Olympique de Moscou lors de la cérémonie d’ouverture

    ©CIO

  • Relais Moscou 1980

    Un porteur de la flamme lors du relais des JO de Moscou 1980

    ©CIO

  • Aleksandr Dityatin (URS)

    Aleksandr Dityatin aux anneaux lors des JO de Moscou 1980

    ©CIO

  • Médaille de vainqueur Moscou 1980

    Le revers de cette médaille est très différent de son avers: il n’est pas l’œuvre du même artiste. Alors que l’avers est une création de Giuseppe Cassioli, son revers a été conçu par Ilya Postol, jeune sculpteur soviétique. On peut y observer plusieurs éléments se distinguant par leur grande stylisation: une vasque olympique, une piste d’athlétisme en arrière-plan et le logo officiel des JO de Moscou en haut à droite ©CIO

  • Médaille de vainqueur Moscou 1980

    L’avers comporte un visuel de l‘artiste toscan Giuseppe Cassioli. Ce motif se retrouve sur tous les avers des médailles de vainqueur remises lors d’éditions de Jeux d’été depuis 1928 à l’exception de 3 cas particuliers : Barcelone'92, Athènes 2004 et Beijing 2008. Une inscription permet de faire le lien avec les JO de Moscou. Voici sa retranscription en alphabet latin et sa traduction :«Igry XXII Olympiady Moskva 1980»/«Jeux de la XXIIe Olympiade, Moscou 1980» ©CIO

  • Cérémonie d’ouverture Moscou 1980

    Vue sur les délégations se tenant devant la mascotte Misha formée par le public brandissant des panneaux

    ©CIO

À LA UNE